Le trône de fer tome 1 de George R.R. Martin

couv10201221 Titre : Le trône de fer tome 1
Auteur : George R.R. Martin
Éditeur : J’ai lu
Date de sortie : 11 janvier 2001
Prix : 8,10 €
Nombre de pages : 480 pages
Pour commander : c’est ici

Résumé :

Après avoir tué le monarque dément Aerys II Targaryen, Robert Baratheon est devenu le nouveau souverain du royaume des Sept Couronnes. Tandis qu’en son domaine de Winterfell, son fidèle ami le Duc Eddard Stark rend paisiblement la justice. Mais un jour, le roi Robert lui rend visite, porteur de sombres nouvelles : le trône est en péril. Stark, qui s’est toujours tenu éloigné des affaires du pouvoir, doit alors abandonner les terres du Nord pour rejoindre la cour et ses intrigues. L’heure est grave, d’autant qu’au-delà du Mur qui protège le royaume depuis des siècles, d’étranges créatures rôdent.

Avis de Élodie :

Suite au conseil d’une amie, j’ai acheté à tout hasard le premier tome de cette longue série. Martin y présente ses personnnages et noue son intrigue. Je craignais que cela soit poussif, comme souvent l’est la mise en place des éléments lors de longues sagas. Mes craintes n’étaient pas fondées: chacun des personnages a une psychologie très poussée, et l’histoire est palpitante. Pour la résumer en quelques mots, disons que ce premier tome tourne autour d’Eddard Stark, chargé de remplacer son beau frère décédé (assassiné?) en tant que Main du Roi auprès de son ami Robert Baratheon.

Martin mélange les genres: il s’agit à la base de fantasy, car il y a la présence de dragons, de loups garous (plus loups que garous, mais bref) et d’autres créatures. Mais l’intrigue, basée sur des conflits de pouvoir, est médiévale, le décor aussi. Enfin, l’enquête fait songer à un roman policier, et la recherche dans la psychologie, le caractère des nombreux personnages est surprenante. Impossible en effet de distinguer réellement un héros: chaque personnage a la parole à tour de rôle, et les points de vue sont tous si bien justifiés qu’il est dur de déterminer un « méchant » réel. Même la pire de tous, Cersei Lannister, peut justifier ses crimes par l’amour qu’elle porte à ses enfants.

C’est donc la profondeur et la variété des personnages qui m’a séduite dans le livre de Martin. Mension spéciale à Tyrion Lannister, nain manipulateur dont les ruses sont absolument fascinantes. La série me paraît certes assez longue (13 tomes parus!). Je n’aime habituellement guère suivre de telles sagas (les finances ne suivent pas vraiment, et souvent l’histoire me lasse). Mais je ferais une exception cette fois ci, tant l’écriture de Martin est agréable et son histoire, palpitante.

 » La seule chose à faire est d’ouvrir les yeux. Le cœur ment, la tête joue cent tours, le yeux seuls voient juste. Regarde avec tes yeux. Écoute avec tes oreilles. Goûte avec tes papilles. Flaire avec ton nez. Sens avec ta peau. Que ta pensée suive, au lieu de précéder, et dès lors advient la connaissance de la vérité. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s