Avant l’Hiver

avant-l-hiver

Titre : Avant l’Hiver
Auteur : Léa Silhol
Éditeur : Les Moutons Electriques
Date de sortie : 20 juillet 2008
Nombre de pages : 352 pages

Résumé :

Léa Silhol, cartographe émérite ès « envers du monde », accompagne l’écrivaine Elisabeth Massai dans le labyrinthe d’une bibliothèque d’ombres et de murmures ; pour déchiffrer au spectrographe et au scalpel les carnets interdits de la « Trame ». Ce premier Vertige s’exerce à démêler, aux côtés du barde Kelis, les écheveaux des Cours de Vertigen, des jours d’Aana aux batailles pour Erin, de la Chute de Tréaga aux pactes de Dorcha, jusqu’au bris des royaumes fae, et la venue des temps de Seuil, tels que relatés dans les romans La Sève et le Givre et La Glace et la Nuit.

L’avis d’Elodie

Kelis le Barde écoute Angharad la Blanche, héroïne de « La Sève et le Givre », qui raconte en 4 actes et de nombreuses nouvelles l’histoire de la Faerie.

On retrouve des récits devenus cultes, comme « Frost », déjà présent dans les « Contes de la Tisseuse », ou « A l’Image de la Nuit ».

L’écriture merveilleuse de Silhol est toujours là, dans ce préquel qui ressuscite les temps où les fées se mêlaient aux hommes. La poésie des mots résonnent au travers des pages, et l’on est entraîné dans ces pays d’exil. Entre ombre et lumière, on retrouve avec plaisir des héros familiers et on découvre un peu plus de leurs secrets : on écoute par exemple les murmures du lointain Finstern et apprenons l’origine de la nef d’Amadan, le roi des fous…

Léa Silhol nous rend nostalgique d’un monde qui n’existe que dans nos rêves, et qui en est d’autant plus vrai, plus tangible. Sa plume est exceptionnelle.. et il est bien dommage qu’une telle artiste, et pas seulement auteure, ne soit plus éditée. La fantasy française et nous autres pauvres lecteurs en sommes bien frustrés !

Ce livre n’est pas seulement un superbe roman , mais un véritable livre d’art, illustré par Sébastien Hayez, Mad Youri, Léa Silhol et Isabelle Ballester. Chaque nouvelle a son pendant dessiné, et l’on ne se projette que mieux dans l’univers de l’auteure…

Un bémol est néanmoins nécessaire : le style de Silhol est sublime, mais dans cet ouvrage, le lecteur pourra se sentir perdu par le verbe… L’auteure rédige en effet une véritable élégie, entrecoupée de nombreux poèmes (longs, très longs ! ^^) et pas toujours facilement compréhensibles par un lecteur non averti, ou peu habitué à l’écriture de Silhol.

Il est donc pour le moins nécessaire de lire « la Sève et le Givre » auparavant. Et je conseillerais également de lire les merveilleux « Contes de la Tisseuse » avant de s’attaquer à ce monument…

..et ce , si vous arrivez à l’obtenir, car il est plus difficile à trouver à un prix abordable dans le commerce ! En effet, suite à une dispute avec l’éditeur André-François Ruaud, ce livre n’est plus édité chez les Moutons Électriques, ou ailleurs… Personnellement, j’ai eu la chance de le trouver à la médiathèque de Strasbourg, dont le rayon fantasy est des plus fournis, pour mon plus grand bonheur !

« Les poètes souvent ont parlé des ténèbres. Ils en parleront toujours, et pour cause. Tout ce qui est tissé de l’ombre de la nuit est paré d’un charme inégalable aux être de Mortalité.
Pourquoi pas ? Nous aimons ce qui nous fait peur, êtres de chair et de sang dans un monde aux angles durs, êtres d’âme et d’esprit dans un univers sans lignes droites. Nous aimons ce qui nous détourne du chemin d’épines de nos vies rigides, la transgression et le doute ; et, oui, même cette douleur qui nous viens parfois de marcher sur les chemins escarpés de la noirceur de nos propres veines, nous l’aimons. »

Publicités

3 réflexions au sujet de « Avant l’Hiver »

  1. On célèbre d’autant plus justement la Beauté du Verbe en faisant la guerre aux imprécisions / confusions / raccourcis que la rumeur tend à coller comme goudron aux plumes d’artistes…

    Une rectification de taille, please, par rapport à votre article (que j’ai aperçu sur babelio, où je traîne aussi mes guêtres de lectrice) :
    Léa Silhol n’a *pas* cessé d’écrire – et amen à ça – contrairement à ce que laisse entendre sur le net l’antique et triste amalgame fait entre écrire et publier.
    Comme elle a pris la peine de l’expliquer elle-même sur son blog Winterdaze : http://winterdaze.wordpress.com/2013/06/01/2009-2013-it-aint-over-til-its-over/

    Et j’en profite, dans le même esprit, pour rendre à César l’art qui lui revient : si Sébastien Hayez a bien réalisé la couverture et les graphismes d’Avant l’Hiver, les « pendants dessinés » qui répondent aux nouvelles sont en vérité… des photographies, oeuvres de Mad Youri, Léa Silhol et Isabelle Ballester.

    Voilà. Et révérence aux poètes – que leur voix résonne sur des sentiers écartés, ou à portée de nos oreilles !

    1. Merci pour ces rectifications qui apporteront beaucoup à mes futures chroniques. J’ai découvert Silhol il y a 5 ans, et ca a été un véritable coup de coeur. J’avoue à ma grande honte ignorer l’existence de ce blog, et vous remercie d’autant plus ded me l’avoir fait découvrir!
      Je rectifie les petites erreurs glissées dans ma chronique de suite.
      En vous souhaitant une bonne lecture des oeuvres de Silhol et d’autres

  2. Indeed, Psycheinhell. 🙂 Il s’agit bien de photographies, et non de dessins.

    Et j’ajouterais : ce n’est pas Angharad qui « raconte ». Elle n’est qu’une des personnages avec lesquels s’entretient Kelis (dont Elzeriad, Echaion, Nicnevin…)
    + L’Amadan est surnommé « le fou », mais il n’est pas « le roi des fous » (il n’est « roi » de rien du tout, le pauvre).

    Un peu surprise de cette mention à « de longs poèmes » qui entrecouperaient l’opus. Que je sache, il n’y en a qu’un texte rédigé en prose poétique (« Stone, the song of Herne ») et une comptine féerique disséquée par Kelis. Sur un livre aussi joufflu, c’est somme-toute assez léger, les deux textes en question étant bien plus courts que la plupart des autres.

    Ceci dit… étrange de me lire lorsqu’on est imperméable à la poésie.
    La poésie, imho, c’est la vie ! 😉

    Pour le reste… Thanks. Ravie que ce monstre vous ait plu. Il sera réédité l’année prochaine, probablement.

    Vale.

    LS/.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s