3 secondes

20_aj_m_8741Titre: 3 Secondes

Auteur : Marc-Antoine Mathieu

Editeur : Delcourt

Date de parution: Septembre 2011

 

Résumé :

3 secondes, le temps pour la lumière de parcourir 900 000 kilomètres, le temps d’un coup de feu, d’une larme, d’un SMS, d’une explosion… Observer les détails, enquêter d’une scène à l’autre permet de reconstituer les angles morts et de récolter les indices sur ce qui relie les personnages et les motive. Affaires, crimes, complot… À chacun de se faire sa propre idée. Bonne investigation.

Mon avis:

Le procédé est simple : 9 cases par page, en noir et blanc. 3 secondes y sont racontées, en une quarantaine de pages. Chaque planche est composée de façon identique : une vue d’ensemble, des zooms, souvent sur des reflets, des jeux de miroirs.. Le dessin est fin, bien travaillé. Le bémol se situe dans le manque de travail entre guillemets de l’artiste, qui use d’un dessin par page et qui après le retravaille sur photoshop au moyen de coupes et de zooms.

Mathieu crée un univers de poupées russes, et la conception surprenante de cette BD est le point fort de cet ouvrage. L’innovation est le maître mot de l’artiste avec ce livre, car, première dans le monde de l’édition BD, une version numérique complète l’oeuvre.

Si j’ai été séduite par le procédé novateur, l’histoire m’a laissée plus dubitative. Le scénario évoque des matchs truqués et des magouilles, mais la longueur du récit et la redondance des effets stylistes a, je trouve, tendance à lasser. Le côté expérimental de la BD est intéressant, mais ne parvient pas à séduire le lecteur lambda. A réserver à un public averti.

J’ai préféré la fameuse version numérique, qui donne un côté ludique à l’oeuvre. On zoom, dézoom, accélère l’histoire et c’est plaisant. Je trouve que cette idée rend le récit plus fluide, plus agréable.

En conclusion : Un grand oui pour l’oeuvre numérique, et je réserve mon jugement pour la version papier. Je pense prendre un peu de recul envers cet ouvrage et surtout retravailler ma critique plus tard, à tête reposée. Je ne peux donc nier l’impact des dessins de Mathieu ! Mais le peu de travail et la répétition lassante du processus m’a plutôt refroidie, et rends difficile l’investissement du lecteur dans l’histoire.

index

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s