Choisir un livre: Le Tarif

Voici mon troisième article sur ce fameux thème qu’est « Comment choisir un livre? » Précédemment, j’avais évoqué deux façons:les prix littéraires et les tests en ligne. Aujourd’hui, j’avais envie de me pencher sur une autre option: le prix.

Grâce à cet article, j’ai découvert une loi (c’est Meltoryas, qui dans la vie est professeur de sciences économiques et sociales, qui va être content). Il s’agit de la loi Lang, parue en 1981, qui limite le prix des livres pour développer la lecture. Si vous avez envie d’en savoir davantage, ce site évoque les tarifs des livres selon les pays et les tenants et aboutissants de la loi Lang: cliquez ici! Néanmoins, c’est l’éditeur qui fixe le prix du livre, qui devra être respecté par tous les vendeurs.

Or c’est là que le bât blesse. Comment expliquer en effet que d’un éditeur à l’autre les prix diffèrent tant? Et que dire des livres électroniques, dont le coût est parfois exorbitant, alors que le coût de production est moindre? Par exemple, le dernier livre de JK Rowling, « Une place à prendre » est vendu 24 euros par les éditions Grasset et la version numérique 15,90 euros, différence infime. Du coup, pour cette raison pécuniaire et le fait que je préfère de loin la sensation du papier sous mes doigts à celle de l’écran,  je n’ai pas de liseuse (et plus de place dans mes étagères).

Personnellement, j’ai tendance à privilégier les livres de poche. Ils permettent d’économiser la place dans une bibliothèque déjà bien fournie, d’économiser un peu d’argent (histoire d’acheter encore plus de livres!!!) et je peux les emmener partout. Je parlerai dans un prochain article des différents éditeurs et de leurs spécificités, mais on peut déjà dire par rapport aux prix que cela oscille entre 2 euros pour un Folio Classique et une quinzaine d’euros pour les gros volumes.

Néanmoins, j’aime acheter de belles éditions pour mes livres préférés, et étant professeure d’arts plastiques, je ne peux échapper aux livres d’art, qui sont généralement de gros volumes. L’addition augmente vite alors. Les Bragelonne, dans le domaine de la fantasy et fantastique, coûtent entre 20 et 30 euros. Les éditions Taschen, spécialisés dans le livre d’art, débutent à 10 euros…et cela monte peut monter jusqu’à 10000 euros pour une édition limitée d’un ouvrage sur Jeff Koons !!!

Pour fixer leurs prix, les éditeurs réfléchissent aux coûts de production et de distribution des livres. Le Syndicat National de l’Edition a fait le point sur la répartition des coûts pour un livre vendu 10 euros en librairie, prix qui est à peu près le prix moyen d’un ouvrage vendu en France.

Sur ces 10 euros, l’auteur touche 1 €, l’éditeur 1,50€ (création éditoriale, relecture, correction, mise en forme, maquettage, marketing, promotion commerciale, service de presse, vente de droits étrangers et de droits audiovisuels et frais de structure), l’imprimeur 1,50 € (pré-presse – qui peut aussi être réalisé par le service de fabrication de l’éditeur – achat du papier et impression), le diffuseur et le distributeur perçoivent 1,70 € et le libraire 3,80 €. L’Etat récolte quant à lui 0,50 € de TVA.

Dur de rogner sur des sommes pareilles donc… Mais si ces chiffres expliquent bien le prix d’un livre de poche, ils n’expliquent pas celui d’un livre de grand format. Or les 2 premiers groupes d’éditions (spécialisés dans le grand format) se partagent 35 pourcents des ventes de livres. On pourrait supposer que c’est cette position dominante qui pourrait expliquer le prix élevé des « beaux livres », car ces éditeurs ont la possibilité de fixer un prix supérieur au prix du marché. C’est donc bien au niveau des éditeurs que le prix augmenterait… Cliquez ici pour avoir davantage d’informations.

On en vient à où acheter ses livres afin de faire des économies… Si j’aime toujours aller chez des libraires (ou à la Fnac, je l’admets) afin de regarder les dernières sorties, j’aime pris peu à peu l’habitude d’aller sur internet et dans les librairies d’occasion afin de trouver mes futurs trésors… En voici une liste non exhaustive.

  • Magasins spécialisés
    • Gibert Joseph, enseigne initialement ouverte à Paris en 1886, qui compte aujourd’hui 30 magasins en France, laisse une grande part de ses étagères pour les occasions de tout genre ( livres, BD, films, CD…) Les magasins de Lyon comme de Paris sont des cavernes d’Ali Baba!
    • Farfouilles, place Saint Etienne à Strasbourg, a bercé toute mon adolescence et propose une formidable collection de comics, BD et mangas à des prix défiant l’imagination.
    • Dinali, passage de la Grange à Strasbourg, propose une large gamme de livres d’arts et de cuisine à des prix incroyables (parfois -70 pourcents!!!)
    • Tribulles, passage du Théâtre à Mulhouse, a une partie BD d’occasion et propose souvent des dédicaces d’auteurs connus (Dernièrement, il y avait Alice Picard, la créatrice de Weena, une de mes BD préférées!)
    • Bidibul, rue de la Monnaie à Troyes, est un merveilleux magasin à qui je dois bien des soirées lectures. Il a une partie manga et BD d’occasion et organise comme Tribulles de nombreuses dédicaces.
  • Sites internet
    • Mon chouchou Recyclivre est un site écolo et solidaire qui renverse 10 pourcents de leur chiffre d’affaire à des associations luttant contre l’illettrisme ou la préservation des forêts. Le principe est de donner ses livres pour une bonne cause, et d’acheter à bons prix d’autres ouvrages. Un Emmaus du livre en somme.
    • Justbooks est un comparateur de prix qui met en concurrence différents leaders du marché en ligne afin de trouver le meilleur prix pour le livre que vous cherchez. Seul bémol, il privilégie clairement Amazon au détriment de sites plus petits.
    • Priceminister est l’un des leaders du marché. Si on peut faire d’excellentes affaires en tant qu’acheteur et que le système est bien sécurisé, je déconseille d’y vendre. Le site en effet prélève des marges exorbitantes, surtout si vous vendez peu cher… Entre cette perte et le prix d’expédition, ce n’est guère rentable. Par contre, on peut y trouver des perles (comme par exemple des ouvrages des éditions Oxymore).

Si vous connaissez d’autres magasins ou sites internet d’occasion, n’hésitez pas à commenter cet article sur le site ou sur facebook!

plural-bookshop12-550x366

Image: Librairie située à Bratislava en Slovaquie. J’aime beaucoup le design de ce magasin, qui laisse clairement la possibilité à ses clients de bouquiner sur place, ce qui est rare!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s