Tale of Tales

440695.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Date de sortie: 2015

Réalisé par: M. GARRONE

Avec: Salma HAYEK, Vincent CASSEL, Toby JONES, JC REILLY, Bebe CAVE, Stacy MARTIN

Note (sur 5 ♥): ♥

Durée:134 minutes

Bande annonceVisionnez ici!

Challenge Faerie : 9 / 10-15  chroniques en mode Kelpie

Résumé:

Il était une fois trois royaumes voisins où dans de merveilleux châteaux régnaient rois et reines, princes et princesses : un roi fornicateur et libertin, un autre captivé par un étrange animal, une reine obsédée par son désir d’enfant… Sorciers et fées, monstres redoutables, ogre et vieilles lavandières, saltimbanques et courtisans sont les héros de cette libre interprétation des célèbres contes de Giambattista BASILE.

L’avis d’Elodie:

Mes excuses à ceux qui ont apprécié ce film, mais je vais être franche, ce film rentre dans mon classement des pires films que j’ai jamais vu, au point qu’il a suscité un article spécial sur ce thème, article qui paraîtra bientôt!

Pourtant, la bande annonce du film donnait envie, la voici d’ailleurs si vous avez envie de vous forger votre avis:

De plus, il était nommé au Festival de Cannes 2015. En d’autres termes, un comité d’expert a décidé que ce film valait la peine d’être vu, et ça me désole donc d’autant plus d’avoir été déçue de ce film.

GARRONE reprend ici des contes italiens. Nul surprise donc devant une reine qui mange le coeur d’un monstre afin d’avoir un enfant, et Salma HAYEK est convaincante dans ce rôle de mère torturée qui aime jusqu’à l’écœurement. Le réalisateur aborde des thèmes fondateurs, comme la perversité, l’ambition ou la violence, sujets récurrents dans les légendes traditionnelles.

Mais l’exercice de style du réalisateur échoue de par la lenteur inutile des scènes, par la gêne qui se dégage de moments qui se veulent oniriques, mais qui ne sont que trop crus. De plus, par essence même, un conte se clôt par une morale. Avec 3 histoires connexes, on s’attend à 3 conclusions et là, rien. Impossible pour moi à l’issue de ce film de déterminer quelconque moralité à ces histoires. A croire que ces deux longues heures de film aient été inutiles. A quoi bon en effet développer des récits si on ne les termine pas? Je n’ai rien contre les fins ouvertes, bien que cela soit un choix difficile, mais il faut les maîtriser, or là on dirait que GARRONE s’est perdu dans son propre film.

Pas de conclusion donc, mais pas de liens entre les histoires aussi. Les 3 scénarios se mêlent sans aucune cohérence et même si on se dit qu’il y a forcément un rapport entre les récits présentés, difficile de s’y retrouver. Quel rapport entre la reine en manque d’enfant, entre le roi fornicateur qui se fera avoir de la façon la plus glauque possible (merci GARRONE pour ces images atroces et peu nécessaires), et entre le roi indigne qui ne sait comment traiter sa fille en âge de se marier? Si vous avez la réponse, n’hésitez pas à commenter l’article, je suis toute ouïe! ^^

Bref, un scénario bien trop alambiqué, des histoires qui partent dans toutes les directions sauf la bonne, des acteurs qui sont doués mais qui eux mêmes se sentent perdus dans le film, une absence de fin cohérente…

ATTENTION SPOILERS – ATTENTION SPOILERS – ATTENTION SPOILERS – ATTENTION

Par rapport au challenge du Bazar de la Littérature, les fées apparaissent lorsqu’une des deux vielles femmes se voit transformée en jeune fille en fleur. Et je crois bien que c’est la seule partie de ce film que j’ai jugé intéressante.
En effet, si la jeunesse retrouvée est à priori un beau cadeau, dans ce film ce n’est que l’apogée d’un drame. Loin de faire un don, la fée donne plutôt tous les ingrédients d’une tragédie. En effet, comment admettre pour des jumelles que l’une reste décrépie et que l’autre voit ses belles journées à nouveau refleurir? Forcément, cela n’engendre que haine et rancoeur. La fée de « Tale of Tales » s’inscrit ainsi dans une lignée de fées mauvaises telles les Teugghias italiennes dont BASILE et GARRONE se sont probablement inspirés.

Hélas, cette part du scénario n’est que peu, voir pas développée. J’aurais aimé en savoir davantage sur cette fameuse fée, sur ses intentions, sur le pourquoi de son acte… mais non, GARRONE me laisse encore  une fois sur ma faim.

Néanmoins, je suis obligée d’admettre que ce film a une qualité. La photographie est irréprochable, preuve en est avec les images suivantes. Mais hélas, c’est le seul point positif que j’ai pu trouver à cette réalisation, et c’est bien faible.

Ce film est donc une grande déception, et je le déconseille fortement!

572970.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx574533.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s