La Sève et le Givre

couv8291422

Titre : La Sève et le Givre
Auteur : Léa SILHOL
Éditeur : Points
Date de sortie : 27 avril 2006
Prix : 7,10 €
Nombre de pages : 332 pages
Pour commander : Décitre

Note (sur 5 ♥): ♥♥♥♥♥

Challenge Faerie : 12 / 10-15  chroniques en mode Kelpie

Résumé :

Trois fois les Parques ont parlé, et en accord avec leurs prophéties de ruine, Finstern, Roi de la Cour unseelie de Dorcha, doit mourir. Sauf si… Comme une dernière chance, ou un danger supplémentaire, des puissances contraires mettent au monde Angharad, née du printemps et de l’hiver, de l’élan et de la mort. Elle peut contrecarrer le destin de Finstern, ou le précipiter, et s’avance sur l’échiquier en Reine Blanche, porteuse du pouvoir de trancher entre des myriades d’intérêts divergents. Mais sans savoir quel est son destin, ni le prix qu’elle devrait payer pour écarter Finstern du sien. Au cœur des affrontements entre les fées d’Ombre et de Lumière, les Fatalités et les anciens dieux, Angharad cherche une voie qui lui soit propre, chacune de ses décisions engageant à la fois l’équilibre de la Féerie, et des Terres de Mortalité…

L’avis d’Élodie :

J’ai découvert Léa SILHOL quand j’étais adolescente. J’errais dans les allées de la bibliothèque municipale de Strasbourg, attendant de me faire séduire par un titre évocateur ou par une couverture avantageuse… Que d’images évoquant la séduction, me direz-vous. Mais ces termes ne sont pas choisis par hasard, car à mes pieds j’ai trouvé ce qu’on pourrait comparer à un coup de foudre.

Il était presque seul, au fond d’un carton, entre une édition déchirée de « Croc-Blanc » de LONDON et un livre poussiéreux sur les belles années du Front Populaire. Sur la couverture, une femme aux cheveux blancs me regardait avec douceur, en me tendant un pendentif entre ses mains rassemblées. Et un titre: « La Sève et le Givre ».

Énormément d’images évocatrices sont crées par ce titre: à la chaleur printanière de la sève coulant dans les veines d’un jeune chêne s’oppose la rigueur dure d’éclats de givre parsemant un manteau de neige fraîche.

La curiosité m’avait piqué, j’empruntais l’ouvrage.

10 ans plus tard, déjà, et un nombre incalculable de relectures plus tard, me voilà devant mon ordinateur à relire cette vieille chronique, faite quelques semaines après ma première lecture. Et je ne résiste pas à l’envie de la réécrire quelque peu, à corriger avec un regard d’adulte toujours aussi passionné l’oeil d’enfant rêveur que j’avais posé sur ce livre.

Le Vertigen est un instant de flottement, un vertige que l’on ressent en passant d’une cour féerique à une autre, fil ténu entre l’ombre et la lumière. Et c’est ce qui je vis à chaque fois que je lis ce livre. Pour moi, lire cette merveille est devenu au fil du temps un moment intime et rassurant, un rendez-vous obligé au moins une fois par an. A force, je connais l’histoire par coeur, bien sûr, mais l’émerveillement est toujours de mise. Je murmure le mots en même temps que je les relis, je les anticipe même tellement je connais ce livre. Connaître, non comme savoir ce que contient un simple tas de papier et d’encre, mais connaître, comme un vieil ami qu’on se ferait une joie de revoir.

L’auteure a une écriture emplie de poésie, les mots résonnent comme des notes de musique. La beauté du livre réside donc dans cette harmonie des phrases, chacune étant formulée avec soin comme une rime. Vient ensuite la magie de l’histoire, dont voici un bref résumé:

Dans les mondes féeriques, les trois Parques tissent le destin des Rois. Finstern l’Immortel, monarque d’Ombre, n’y échappe pas. La première, éconduite avide de vengeance, lui prédit la ruine et la mort. La seconde fait peut être pire en promettant au roi sans Coeur l’Amour. La troisième lui promet Angharade, enfant née des amours de l’Eté et de ‘Hiver, qui seule aura le pouvoir de faire pencher la balance du Destin de Finstern. Mais elle, l’enfant perdue, devra d’abord se trouver. Elle devient la Reine Blanche, entraînée malgré elle dans les affrontements entre Ombre et Lumière, et chacun de ses choix perturbera l’équilibre fragile de la Féerie…

Loin d’être une histoire d’amour impossible clichée, la Sève et le Givre est une ode aux mythes, aux multiples inspirations… A la fois Perséphone et Artémis, Angharade est un condensé de bien des déesses. Léa SILHOL revisite les légendes et a livré avec ce roman un pur instant de magie.

» Car ainsi sommes-nous, êtres de papier et d’étoffe, devant les coeurs de glace et les coeurs de nuits. Incorrigiblement épris, incertains, pleurant, amoureux des brûlures inendurables de leurs étreintes, et inféodés à leurs enchantements. Cherchant toujours, dans nos rêves aveugles d’enfants des mi-teintes et du jour, l’écho de quelque chose qui soit forgé à l’image d’élèvements indicibles ou d’effroyables chutes.
A l’image de l’Hiver, à l’image de la Nuit «

Il est toujours difficile de faire une classification quelconque de nos livres préférés. La liste évolue forcément, selon nos désirs du moment, notre vécu… Mais au bout de 10 ans, « La Sève et le Givre » m’émerveille encore. Et malgré toutes mes relectures, l’impression d’avoir trouvé le livre qui me correspond ne m’a jamais quittée. Donc oui, même si je n’ai pas envie de réduire l’ouvrage à simplement un chiffre dans une suite, ce livre fait bel et bien partie de mes livres préférés.

Car il est à présent dans ma mémoire, et ne me quittera plus.

Publicités

2 réflexions au sujet de « La Sève et le Givre »

  1. Well… thanks…
    Mais (afin que la connaissance de ces pages familières soit vraiment complète)… ce n’est pas un pendentif que tend Angharad — sur la superbe couverture de la version Oxymore, et non celle, due à Gustave Moreau, de la version poche chez Seuil qui est affichée ici — : c’est une graine en train de germer, qui commence à se déplier. 😉
    LS/.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s