Les Ailes d’Emeraude: T2 L’Exil

les-ailes-d-emeraude,-tome-2---l-exil-727904-250-400 (1)

Titre : Les Ailes d’émeraude, tome 2: l’Exil
Auteur : Alexiane DE LYS
Éditeur : Nouvelles Plumes (France Loisirs))
Date de sortie :  1 mars 2016
Prix : 14,99 euros
Nombre de pages :  490 pages

Pour commander : France Loisirs

Note (sur 5 ♥): ♥♥

Challenge Faerie : 11 / 10-15  chroniques en mode Kelpie

 

Résumé:

Tout juste de retour au camp des Myrmes, Cassiopée affronte une première déconvenue : Gabriel est en mission espionnage et les deux amoureux sont brutalement séparés.
Arrive alors Leo, un jeune homme mal en point qui ne tarde pas à révéler sa véritable identité. Ancien Myrme devenu Narque, il a un message à lui transmettre de la part de Manassé : Cassiopée est en danger au sein de son propre clan. Le mal serait-il vraiment du côté des Narques ?
Gabriel est bientôt porté disparu. Tout porte à croire qu’il est mort, mais Cassiopée, convaincue du contraire, décide de suivre son intuition et part à sa recherche, aidée de ses amis.

L’Avis d’Elodie:

Me voici donc, après avoir relu un tome 1 qui m’avait laissée des plus dubitatives, en train de lire ce deuxième tome. Rappelons mon avis sur le tome 1: des personnages quelque peu lassants à mon goût, un triangle amoureux inutile, une héroïne qui parle avec sa conscience de manière extrêmement agaçante, et des ailes façon papillon-Fée Clochette dans le dos de purs beaux gosses. En d’autres termes, pas mal de points négatifs au compteur. Mais je ne peux que souligner le fait que l’intrigue est entraînante et que l’héroïne, malgré tous ses défauts, est attachante. J’ai hélas mordu à l’hameçon tendu par Alexiane DE LYS, et malgré les défauts précédemment cités du 1er tome, j’avais envie de savoir la suite, pauvre de moi! Ce qui prouve que l’ouvrage n’est pas dénué de qualités.

Je disais dans ma chronique du tome 1 que finalement, le principal défaut de l’auteure, et donc de l’ouvrage, c’est le manque de maturité dans l’écriture comme dans le scénario. Je suis bien consciente qu’Alexiane DE LYS était très jeune quand elle a rédigé sa saga, et que la future trilogie est destinée à un public adolescent. Et si je ne pouvais que saluer des efforts stylistiques dans le vocabulaire, ils avaient plus tendance à me faire sourire qu’autre chose ( dédicace spéciale à l’insulte « saligaud » usée dans le tome 1!!!). Dans ce second tome, je trouve que le style est plus léger, plus agréable, et a donc quelque peu évolué, chose positive.

Niveau scénario, le triangle amoureux qui me faisait tant grincer des dents a disparu, merci. Mais Alexiane DE LYS retombe dans deux de ses travers, si je puis les appeler ainsi: on a de nouveau des décès-mais-en fait-peut-être-que-non (suspense, suspense…) et des monologues de l’héroïne avec sa conscience. Nouveauté dont je me serais bien passée, la conscience numérote ses pensées, maintenant, et franchement, les listes dans les romans, ça ne m’a jamais branchée.

Extrait: (ps: je passe de 3 à 6 histoire d’éviter les spoilers)  » 1) je retrouve Gabriel. 2) Je tue Gabriel et jure de ne plus jamais lui pardonner. 3) Je pardonne à Gabriel. 6) Nous eûmes beaucoup d’enfants et vécûmes heureux pour toujours. » Je vais éviter la facilité en ne m’attardant pas sur le fait que si tu tues quelqu’un, lui pardonner après c’est sympa mais il reste mort. Et je ne vais pas céder à la tentation de parler de la conjugaison plus qu’hasardeuse, même si je suis actuellement très tentée de faire un remake de « Non mais tu as vu ce que tu écoutes » de Links The Sun avec « Non mais tu as vu ce que tu écris » (oui, je l’ai cherché loin celle là).

Niveau fées, qui en quand même rappelons-le censé être l’un des thèmes principaux de l’ouvrage, et la raison pour laquelle je lis ce livre, eh bien c’est à nouveau un échec. J’espérais dans ce tome 2 le développement d’une mythologie plus claire, d’explications plus poussées sur les Myrmes et les Narques, qui n’étaient pas de mauvaises idées en soi. L’opposition entre ces deux peuples est un clin d’oeil aux luttes constantes entre ombre et lumière, duels présents dans maints romans et série ( voir ma chronique sur Lost Girl, notamment). Mais là, l’auteure ne semble rester qu’à la surface de sa propre histoire, et cette lutte est tristement résumée à un débat houleux père-fille, c’est dommage… Il y avait il me semble matière à faire plus! Les fées ici sont donc, comme expliqué dans ma chronique du tome 1, des créatures ailées quasi immortelles qui luttent pour la possession de la « Caïna », la plante qui permet la transformation. Espérons que le tome 3, on ait plus de détails…

En résumé, je suis toujours aussi dubitative quant à cette saga. Et pourtant je me suis attachée aux personnages au point que je sais bien que dans un an, je rédigerais la critique du tome 3…

Bref, un livre assez moyen bien qu’avec quelques qualités. Une histoire longuette, des personnages agaçants mais pour qui on éprouve de l’affection, une intrigue correcte sans plus, mais une écriture qui a pris de la maturité.

A vous de voir si vous voulez tenter l’aventure, de mon côté je ne le conseillerais qu’à ceux qui aiment la littérature TRES TRES ado… 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s