Challenge Faerie: Bilan à 2/3 du défi!

Pour rappel, le Challenge Faerie a été initié par le Bazar de la Litterature, n’hésitez pas à cliquer sur le lien pour en savoir plus et peut être vous inscrire!

A 2/3 de la fin du challenge (qui se clôturera le 28 février 2017), je crois que je tiens bien mon pari. Je participe en mode Kelpie, en d’autres termes je dois chroniquer entre 10 et 15 livres, films ou séries. Or, pour l’instant, 12 chroniques ont été publiées!

Récemment, j’ai lu pour ce challenge:

  • Les Ailes d’Emeraude
    •  » Vous l’aurez compris, l’histoire est assez simpliste: l’héroïne, Cassiopée, découvre qu’elle est en réalité une Myrme, c’est à dire une créature dotée d’ailes et de pouvoirs spéciaux comme une vue incroyable et un don pour parler aux animaux.. Cette découverte a été faite de façon peu banale ( enlèvement, drogue et agression, jusqu’ici tout va bien ) mais si ca gêne quelque peu le lecteur, l’héroïne elle se montre assez peu choquée. Ok, il y a quelques remarques sur sa surprise, mais elle s’adapte très vite aux manières expéditives de ses nouveaux amis, au point de leur répondre avec le même vocabulaire et de distribuer des poings à la moindre remarque gênante… Bref, vous l’aurez compris, si j’ai trouvé le début de l’ouvrage bien rythmé, j’ai un peu de mal avec les facilités que s’est permise l’auteure! « 
  • Les Ailes d’Emeraude: T2 L’Exil
    •  » Extrait: (ps: je passe de 3 à 6 histoire d’éviter les spoilers)  » 1) je retrouve Gabriel. 2) Je tue Gabriel et jure de ne plus jamais lui pardonner. 3) Je pardonne à Gabriel. 6) Nous eûmes beaucoup d’enfants et vécûmes heureux pour toujours. » Je vais éviter la facilité en ne m’attardant pas sur le fait que si tu tues quelqu’un, lui pardonner après c’est sympa mais il reste mort. Et je ne vais pas céder à la tentation de parler de la conjugaison plus qu’hasardeuse, même si je suis actuellement très tentée de faire un remake de « Non mais tu as vu ce que tu écoutes » de Links The Sun avec « Non mais tu as vu ce que tu écris » (oui, je l’ai cherché loin celle là). »
  • La Sève et le Givre
    • « Le Vertigen est un instant de flottement, un vertige que l’on ressent en passant d’une cour féerique à une autre, fil ténu entre l’ombre et la lumière. Et c’est ce qui je vis à chaque fois que je lis ce livre. Pour moi, lire cette merveille est devenu au fil du temps un moment intime et rassurant, un rendez-vous obligé au moins une fois par an. A force, je connais l’histoire par coeur, bien sûr, mais l’émerveillement est toujours de mise. Je murmure le mots en même temps que je les relis, je les anticipe même tellement je connais ce livre. Connaître, non comme savoir ce que contient un simple tas de papier et d’encre, mais connaître, comme un vieil ami qu’on se ferait une joie de revoir. »

Et j’ai vu un film:

  • Tale of Tales
    •  » GARRONE reprend ici des contes italiens. Nul surprise donc devant une reine qui mange le coeur d’un monstre afin d’avoir un enfant, et Salma HAYEK est convaincante dans ce rôle de mère torturée qui aime jusqu’à l’écœurement. Le réalisateur aborde des thèmes fondateurs, comme la perversité, l’ambition ou la violence, sujets récurrents dans les légendes traditionnelles.

      Mais l’exercice de style du réalisateur échoue de par la lenteur inutile des scènes, par la gêne qui se dégage de moments qui se veulent oniriques, mais qui ne sont que trop crus. De plus, par essence même, un conte se clôt par une morale. Avec 3 histoires connexes, on s’attend à 3 conclusions et là, rien. Impossible pour moi à l’issue de ce film de déterminer quelconque moralité à ces histoires. A croire que ces deux longues heures de film aient été inutiles. A quoi bon en effet développer des récits si on ne les termine pas? Je n’ai rien contre les fins ouvertes, bien que cela soit un choix difficile, mais il faut les maîtriser, or là on dirait que GARRONE s’est perdu dans son propre film. »

Dans les mois qui viennent, je compte lire « Changeling », la Bande Dessinée de DUBOIS achetée aux Imaginales et relire « Une Nuit d’Eté » d’ADRIAN. Je viens aussi d’acquérir « L’Herbier des Fées » de LACOMBE lors du Salon du Livre Jeunesse de Troyes! De quoi passer de 12 chroniques à 15 😉

Bon challenge! 🙂

Image: Leslie CASSITI

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s