Buffy contre les Vampires

buffy-the-vampire-slayer-53bd8ac0862c0-1472991437.jpg

Date de diffusion : 1997-2003

Nombre de saisons: 7

Origine : Série américaine, crée par Josh WHEDON

Avec, dans le rôle de :

Sarah Michelle GELLAR (Buffy), Alyson HANNIGAN (Willow),  Anthony Stewart HEAD (Rupert), Charisma CARPENTER ( Cordelia), James MASTERS ( Spike), David BOREANAZ ( Angel)

 

Résumé: 

L’histoire d’une jeune fille comme les autres qui découvre qu’elle est une Tueuse destinée à lutter contre les créatures maléfiques qui hantent les rues de Sunnydale…

L’Avis d’Elodie:

Nouvel article sur le thème de feu la Trilogie du Samedi sur M6. De 1997 à 2008, la chaîne M6 a mis en place une soirée fantastique, composée de diverses séries américaines. Après avoir chroniqué Smallville et Charmed, me voilà en train de vous parler de Buffy!

Petite parenthèse: Meltoryas me dit ne jamais avoir regardé cette série… No comment.

e5ac7db87e2ef6357b783a37f2a997e7

A première vue, les personnages paraissent très, voir trop stéréotypés: Buffy est la fille normale qui devient extraordinaire, Willow est l’intello timide, Cordelia la pom-pom girl garce… Mais tout le sel de la série a été de démonter ces clichés tout au long des 7 saisons, et de surprendre ainsi agréablement le spectateur. En regardant l’intégralité de la série, impossible de résumer un personnage en un terme. Cette complexité des caractères fait du bien, dans un horizon de séries fantastico-adolescentes très clichées et peu creusées.

55f04b45ebd1b4a3aabc99859558a73eLe personnage de Buffy est le plus intéressant. Certes, c’est le personnage principal, mais ce n’est pas forcément gage de qualité (je pense aux « Chroniques de Shannara » où on a envie de lapider le héros, ou « Lost », où durant 6 saisons on ferme les yeux quand apparaît Jack).

Pour moi, grâce au personnage de Buffy, on voit une femme prendre le pouvoir! Cette série est l’une des premières (bien avant « Desperate Housewives » ou « Lost Girl« ) qui mette en avant des personnages féminins forts qui parviennent à se débrouiller seuls. Les Tueuses de Vampires sont toutes des femmes, et les pouvoirs sont presque tous détenus par la gente féminine: sorcières, tueuses et démones se partagent le haut de l’affiche. Je pense sincèrement que ce concept a eu une vraie portée sur la génération de filles dont j’ai fait partie et qui a regardé M6 le soir… On nous a montré enfin qu’être femme n’est pas nécessairement synonyme de faiblesse.

Pour en revenir à Buffy, il s’agit du type de personnage qu’on rêve d’être.  Icône des temps modernes alliant des études et la chasse des vampires, elle évolue au fur et à mesure des saisons, a ses failles et ses petits défauts…Et a un groupe d’amis auxquels on s’identifie plus facilement, car plus perfectibles. Je pense notamment à Willow, mon coup de coeur de la série!

Autre personnage phare, Angel, bien évidemment! Que serait une série adolescente sans une histoire d’amour impossible? Et je dois avouer que comme beaucoup de fille de ma génération, j’ai succombé au charme de David Boreanaz, en espérant une fin heureuse. Il s’agit un peu du même type de romance que dans Charmed, avec Phoebe et Cole, mais en mieux mené. Bien sûr, la série veut révolutionner les genres, mais Buffy ne peut que tomber amoureuse d’hommes forts et musclés… Que voulez-vous? Cette série est certes novatrice, mais n’a pas pu éviter tous les clichés… On pourrait aussi évoquer la vision peu valorisante de l’homosexualité promue dans la série, ou le fait que la majorité des personnages sont bien blancs.

Niveau scénario, vous l’avez compris, j’ai été convaincue. Les épisodes se suivent et ne se ressemblent pas. Ils sont dans l’ensemble dynamiques, bien menés… J’ai apprécié le fait qu’il y ait différents niveaux de lecture dans la série.

Ainsi, la série peut être vue comme une allégorie du passage à l’âge adulte. Les problèmes adolescents sont souvent évoqués en filigrane, comme dans l’épisode où une jeune fille craint d’être rejetée à cause de sa sexualité, ou lorsqu’un beau-père se révèle être un monstre. D’ailleurs, les monstres de la série sont des métaphores des soucis qu’on a dans la vie (merci wiki pour la confirmation ;))

92d5dcb48cc9e394214b505281a4ef54

Ma saison préférée a été la première (et j’ai eu du mal à me remettre de la mort temporaire de Buffy, à l’époque j’ai du vérifier si la série avait une suite!!!). Grosse dédicace au Maître, le méchant de cette saison, qui a hanté pas mal de mes cauchemars adolescents.

Les graphismes sont soignés, les effets spéciaux ont certes vieillis, mais restent honorables. Les décors et les costumes sont réfléchis.

En conclusion, cette série est absolument cultissime. On se doit de l’avoir vue (n’est-ce pas Meltoryas? ^^) et franchement, je l’ai beaucoup aimée. Elle a bercé mon adolescence et m’a même un peu inspirée, motivée, je n’ai pas peur de le dire! 🙂

PS: Voici le lien d’un article des plus intéressants, bien plus sévère que moi sur la série, mais qui a bâti une réflexion passionnante sur notamment la place de la femme dans la série: Buffy – Le cinéma est politique.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Buffy contre les Vampires »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s