La Délicatesse

la-delicateeTitre: La Délicatesse

Auteur: David FOENKINOS

Editeur: Folio

Date de sortie: 2010

Prix: 5,30 euros

Nombre de pages: 224 pages

Pour commanderLivre en poche

Note (sur 5 ♥): ♥♥♥♥

Résumé:

Il lui demanda ce qu’elle voulait boire. Son choix serait déterminant. Il pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais. […] Oui un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Non, le mieux, c’est de choisir un entre-deux, comme l’abricot. Voilà, c’est ça. Le jus d’abricot, c’est parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse pensa François.

A cet instant précis, Nathalie releva la tête de la carte, comme si elle revenait d’une longue réflexion. La même réflexion qui venait de mener l’inconnu face à elle.
« Je vais prendre un jus…
– … ?
– Un jus d’abricot, je crois. »
Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité.

L’Avis d’Elodie:

Trouvé sans le chercher dans une librairie d’occasion, c’est pleine de doutes et de préjugés que j’ai commencé cette lecture… et c’est convaincue par l’ouvrage que je l’ai terminé. Si le fait que FOENKINOS soit un auteur des plus en vogue en ce moment m’a bien refroidie, les doutes ont été passagers, tant son écriture m’a séduite. Les critiques envers le livre, des plus acerbes notamment sur Babelio, m’ont surprise, tant j’ai été charmée par le phrasé subtile et pourtant simple de l’auteur. En voici un exemple: « Les larmes du rire coulèrent sur les joues à peine sèches de celles de la douleur. » C’est direct, les mots ne sont pas compliqués, et pourtant font sens avec poésie.

Ce livre est a priori assez banal et rassemble les clichés de la nouvelle scène littéraire française: une histoire d’amour parfaite, une femme irréprochable, un deuil impossible. La dépression est là, on est en décembre, le livre aurait pu s’appeler « Tristesse » au lieu de « Délicatesse ».

Mais FOENKINOS a su se montrer malin dans son scénario. Je me suis attachée à cette femme si admirable, j’ai décelé les failles dans la perfection, et ai été intriguée par son histoire. L’auteur allait-il oser le sacrilège de sacrifier l’Amour perdu sur l’autel du « c’est la vie, il faut avancer »? Et si oui, comment en faire une histoire digne d’être lue?

Ma curiosité fut comblée vers les 3/4 de l’ouvrage, et je dois admettre que c’est lorsqu’on comprend que l’héroïne cédera à ses pulsions que l’on s’ennuie le plus.  Si le début du livre m’avait enthousiasmée, j’ai trouvé que la fin manquait de charme et tombait dans la banalité. J’aurais aimé que la femme parfaite chute de son piedestal avec davantage de grâce, de délicatesse justement, dans le scénario. Dommage, pour un ouvrage qui m’avait paru si attachant.

Mais cette fin un peu bâclée à mon goût n’entache pas complètement un bilan qui restera positif. Le style est agréable, léger à lire et pourtant soigné. L’héroïne est charismatique, les personnages secondaires bien travaillés, le décor cohérent et bien planté.

Le début de l’histoire m’a beaucoup plu, vous l’avez compris, et je trouve que la quatrième de couverture (voir plus haut) représente bien l’écriture tendre et attachante de l’auteur.

En conclusion, un ouvrage agréable, lu rapidement, qui m’a permis de me défaire de mes préjugés sur l’auteur.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s