Le Cinéphile déçu – TAG

Une petite chronique / banc d’accusation servis par un Meltoryas et une Elodie agacés!

**SPOILERS INSIDE **

NB: Nous sommes bien conscients que chacun peut avoir un avis différent du nôtre. Notre chronique n’est ici qu’un billet qui se veut humoristique, et n’a de valeur que celle que vous lui donnez. Nul volonté de blesser et si votre point de vue diverge du nôtre, nous serons heureux de confronter nos avis, avec politesse bien sûr! ^^

* Un film français qui t’a fait pleurer au lieu de rire

  • Bienvenue chez les Chtis, de BOON
    • Elodie: « Je n’ai jamais compris l’engouement suscité par ce film. 20 489 303 de spectateurs, dont je fais hélas partie. Dans la veine films à succès français, j’ai préféré Intouchables, que je trouve plus sensible et touchant que Bienvenue chez les Chtis avec ses vannes bas de gamme. »

* Une suite qui n’en est pas une

  • Divergente 3, Au delà du mur (voir chronique), de SCHWENTKE
    • Elodie: « Je cède à la mauvaise blague bien tentante: « Au-delà du mur »… il y a de l’ennui. Le film enchaîne des scènes d’action et des dialogues inutiles… voir inquiétants quant au niveau mental de l’héroïne. Tris apprend qu’elle est l’élue qui sauvera l’humanité. Très crédible et super original, non? Et évidemment, Tris, flattée dans son ego, croit dur comme fer à ce joli scénario. Le problème, c’est que le spectateur non, et a donc dix longueurs d’avance sur l’héroïne, ce qui est rapidement lassant. »

* Un comic qui a failli te faire perdre la foi dans ce domaine

elektra.jpg

  • Elektra (voir chronique), de BOWMAN
    • Elodie: « Le bustier rouge vif de Jennifer-Elektra est censé détourner le spectateur masculin du vide des dialogues et de l’absence d’humour. Pour les filles, on a Tattoo, carrément desservi par son prénom et du Goran Bidule d’Urgences, qui joue Mark, vraiment pas aidé par ses textes.. Bref, une horreur. »

-> -> -> -> -> -> -> -> -> -> -> -> -> -> -> -> -> -> ->

* L’horreur absolue? 

  • Les Bronzés 3, de LECONTE
    • Meltoryas: « J’ai l’impression que ce film s’est moqué de moi, je voulais voir un film drôle et distrayant, sans prétention. Et j’ai vu un film où des acteurs vieillissants aux rôles inchangés depuis les Bronzés 1 et 2 ont joué une comédie fade. Nul doute que les blagues n’ont fait rire que les producteurs (on l’espère pour eux) »

* L’idée était génial sur le papier, mais… (2 pour le prix d’un!)

  • Tale of Tales (voir chronique), de GARRONE
    • Elodie:  » Un scénario bien trop alambiqué, des histoires qui partent dans toutes les directions sauf la bonne, des acteurs qui sont doués mais qui eux mêmes se sentent perdus dans le film, une absence de fin cohérente… Bref, une horreur! »
  • The Tree of Life, de MALLICK
    • Meltoryas: « Bien que les images soient magnifiques, un film ne vaut rien sans un scénario qui soit bien écrit, une mise en scène qui soit compréhensible et des dialogues qui ne ressemblent pas à des publicités pour parfum. »

* Incohérences et anachronismes… quand les historiens se suicident.

  • 10000, d’EMMERICH
    • Meltoryas: « C’est simple, je vous résume le film ainsi: « c’est l’histoire d’un mec dans une tribu, qui rencontre une fille d’une autre tribu, ils tombent amoureux, ils chassent le mammouth. La fille se fait capturer par des méchants (très méchants les méchants, ils sont chauves, tatoués, parlent guttural, avec des turbans). Le héros pas content les poursuit dans la montagne, puis sans transition dans la forêt tropicale, puis dans le désert. Il se fait attaquer par un gros oiseau, puis par un tigre mais qui est gentil en fait. Il arrive en Egypte où des mammouths construisent des pyramides. Il sauve la fille qui meurt, mais en fait non. Puis il rentre. » Franchement, ca vous donne envie? « 

* Et dans la catégorie on n’arrive pas à se mettre d’accord:

  • Lucy, de BESSON
    • Elodie:  » Un scénario basé certes sur une idée intéressante, mais qui n’est pas abouti. A croire que le scénariste a renversé du café sur ses dossiers et s’est dit tant pis on improvise. Des scènes d’actions déjà vues, des acteurs robotisés, une intrigue bateau, un suspense inexistant jusqu’au moment où l’actrice principale se transforme en une p***** de clé USB! Oui, une clé USB, vous avez bien lu! Comment peut-on considérer comme crédible une réalisation avec une telle fin? Dans le film, même Morgan Freeman ne semble pas s’en remettre. »
    • Meltoryas pour la défense  » Pour ma part, je trouve que le scénario, même improvisé, est certes banal et sans surprises, mais sert quand même de base assez solide pour un film divertissant qui tient la route. En bref, c’est le style hollywoodien, le style Besson, qui a toujours fait le succès de ce réalisateur: un héros banal qui devient terriblement badass, un affrontement avec un super-méchant, des combats et poursuites en voiture, le tout filmé de manière dynamique. « 

lucy.jpg

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s