Outlander: Le Chardon et le Tartan

TRésultat de recherche d'images pour "outlander le chardon et le tartan"itre: Outlander: Le Chardon et le Tartan

Auteur: Diana GABALDON

Editeur: J’ai Lu

Date de sortie: 1999

Prix: 16 euros

Nombre de pages: 855 pages

Pour commander: dans toutes les bonnes librairies et sur le site de J’ai Lu

Note (sur 5 ♥): ♥♥♥♥

Challenge Ecosse : 1ère chronique!

Résumé:

Ancienne infirmière de l’armée britannique, Claire Beauchamp-Randall passe des vacances tranquilles en Ecosse où elle s’efforce d’oublier les horreurs de la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front…

Au cours d’une promenade sur la lande, elle est attirée par des cérémonies étranges qui se déroulent près d’un menhir. Elle s’en approche et c’est alors que l’incroyable survient : la jeune femme est précipitée deux cents ans en arrière, dans un monde en plein bouleversement ! 1743.

L’Écosse traverse une période troublée. Les Highlanders fomentent un nouveau soulèvement contre l’occupant anglais et préparent la venue de Bonnie Prince Charlie, le prétendant au trône. Plongée dans un monde de violences et d’intrigues politiques qui la dépassent, Claire ne devra compter que sur elle-même pour surmonter les multiples épreuves qui jalonnent ce formidable voyage dans le temps. Elle connaîtra l’aventure et les périls, l’amour et la passion. Jusqu’au moment crucial où il lui faudra choisir entre ce monde palpitant qu’elle aura découvert et le bonheur qu’elle a connu et qui, désormais, lui parait si lointain…

Un grand roman aux multiples rebondissements qui entraîne le lecteur dans le monde sauvage et baroque du XVIIIe siècle écossais, en mêlant habilement fantastique et histoire, fiction et humour.

L’Avis d’Elodie

Je suis tombée par hasard sur cet ouvrage à la bibliothèque, il y a de ça quelques années. Si j’ai été surprise par la taille de ce livre ( 850 pages, des pages d’une rare finesse et une typographie minuscule), je me suis malgré tout lancée dans ma lecture, les pavés ne me rebutant pas!

Et ça a été une jolie découverte. J’ai assez aimé cet ouvrage pour lire la suite (il s’agit d’une saga de 10 tomes à ce jour), l’acheter, et voir l’adaptation télé!

L’histoire commence de manière simple et classique. On entre dans l’intimité d’un couple qui se reconstruit après des épreuves difficiles. Leur vécu personnel lors de la Seconde Guerre Mondiale et la séparation a étiré leurs liens, et même si Claire et Frank s’aiment encore, c’est plus la force des souvenirs qui les lient et une tendre habitude qu’une folle passion. Et c’est là que Claire disparaît.

Le récit bascule d’un roman classique, qui aurait pu être rédigé par une Nora ROBERTS et qui frôlait le style Harlequin, à un récit fantastique. Car c’est en touchant un menhir que Claire se retrouve des siècles en arrière, peu de temps avant la dramatique bataille de Culloden qui signera en Ecosse la fin de clans highlanders. Le procédé est original, et au moment où l’on pense s’être calé dans la narration, tout bascule et on se retrouve projeté dans un autre univers, un autre temps… et un autre style d’histoire.

Cet ouvrage développe de multiples axes narratifs. L’idée du voyage dans le temps est bien mené, on se questionne sur pourquoi Claire a ainsi voyagé dans les années, si elle a un rôle à mener, si elle est la seule dans cette situation. Chaque décision prise dans le passé aura un poids dans le futur. Et cette notion est primordiale quand l’ancêtre de son mari Frank se trouve être un monstre qui la menace de toutes les manières possibles. A mes yeux, il n’y a pas eu d’erreurs, l’intrigue est bien menée, la logique des époques est respectée, et les pièges pourtant étaient nombreux! Il est en effet facile de se perdre dans ce genre d’histoire, surtout quand on s’amuse à tenter de modifier l’Histoire avec un grand H. Mais GABALDON arrive à rester cohérente.

Autre axe évoqué, la romance. Claire fait la rencontre de Jaimie, et vous vous doutez de la suite. Là, je dois admettre que l’on tombe un peu dans le mom porn (oui, le jugement est fort!). Claire se retrouve coincée, elle se veut fidèle envers son mari de 1945, mais son couple n’était pas parfait… et ledit Jamie de 1743 se veut l’archétype de l’homme viril, musclé et dominateur. Vous avez dit cliché? Si l’histoire développée m’a pas mal fait grincer des dents au début, je dois bien avouer avoir réagi finalement comme toutes les lectrices (et là, je n’évoque même pas la série télé, où le casting a été clairement pensé pour faire plaisir aux yeux). Et je me suis retrouvée à trouver leur trio amoureux attachant, puis leur duo… Je n’en dis pas plus, même si vous vous doutez de l’intrigue et du couple privilégié par l’auteure!

J’ai beaucoup apprécié cette lecture. L’histoire est rédigée de manière efficace, le style est agréable, les descriptions s’enchaînent de manière naturelle avec les moments d’action et les dialogues.

Un seul bémol persiste pour moi, et hélas il est de taille: la banalisation des violences faites aux femmes. Certes, est évoqué un temps « barbare », et l’animalité des Anglais comme des Ecossais des années 1700 est sans cesse mise en avant. Ce sont des hommes intelligents, mais sans vernis social, ils sont brutaux mais pas forcément méchants… Si j’ai trouvé cette vision bien trop facile, j’ai quand même fermé les yeux. Mais quand on se retrouve avec une Claire qui ne peut se déplacer sans se faire harceler, qui se retrouve menacée ou frappée par de parfaits inconnus et qui se fait battre et même violer par son propre mari, la coupe est pleine. La dame en question en effet le vit très bien, et ne semble guère traumatisée. Alors que quand un homme se retrouve confronté à de tels actes (ce qui certes change du schéma habituel et est rarement évoqué en littérature), les descriptions sont insoutenables. Et je ne vous parle même pas de la série télé, où sa torture est évoquée pendant un épisode entier, et les répercutions durent pendant tout le reste de la saison. Alors que Claire n’a même pas l’honneur de pouvoir être choquée une minute! Cette légèreté m’a déçue.

A part ce problème relaté dans un long paragraphe (oui, je m’emporte!), je tenais à souligner en conclusion à quel point la lecture de cette ouvrage a été agréable. L’idée de base était originale, l’intrigue bien menée et les personnages attachants. Une réussite donc!

Publicités

5 réflexions au sujet de « Outlander: Le Chardon et le Tartan »

  1. Je le regarde sur Netflix, et j’ai beaucoup aimé. Je compte le lire, une fois la série achevée – pas avant.
    J’adore ta chronique et le point que tu soulignes sur la banalisation de la violence est également présente dans la série, bien que cela reste choquant à l’image.
    Merci!

    1. Merci pour ton avis! J’ai également regardé la série, que j’ai apprécié aussi ^^ Les deux versions (livre et série) se complètent bien, on a beau connaître l’histoire, on ne s’ennuie pas!

  2. J’ai adoré ce roman!! Un vrai coup de cœur!! La romance m’a beaucoup plu parce qu’elle n’est pas cul cul la praline, l’intrigue est prenante et le contexte historique vraiment intéressant!! Je compte bien lire les autres tomes de cette saga 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s