Batman: Le Deuil de la Famille

batman-tome-3Titre:  Batman, le Deuil de la Famille

Tome: 3 de la collection Batman DC Renaissance, le nouvel âge des Super-Héros

Scénario: Scott SNYDER

Dessin et couleur: Greg CAPULLO, JOCK

Editeur: Urban Comics

Nombre de pages: 176

Où l’acheter: dans toutes les bonnes librairies ou sur Urban Comics

Note: 4,5 ♥ / 5 ♥

Résumé:

À peine remis de son éprouvant combat contre la Cour des Hiboux, Batman voit revenir son pire cauchemar, le plus terrible de ses adversaires : le Joker ! Et cette fois-ci le Clown Prince du Crime est décidé à détruire non pas uniquement le Chevalier Noir, mais également tous les associés qui gravitent autour, à commencer par Alfred, le fidèle serviteur… Contient les épisodes US Batman (2011) #13-17.

L’Avis de Mathieu: 

Un Joker plus glauque que jamais…

Commençons par la couverture, réalisée par Greg CAPULLO. L’illustration représente bien l’esprit du comics: très macabre, elle montre le nouveau visage du Joker (pardon pour le jeu de mot).  La figure du personnage gêne le lecteur, avec ses contrastes violents et ses couleurs ternes, cadavériques. Le ton est donné avant même d’ouvrir le livre!

L’esprit de « Killing Joke » est repris, le principe même du nouveau Joker est malsain. Plus extrême, le Prince du Crime de SNYDER est un personnage qui se révèle dans cet ouvrage plus imprévisible que jamais. Un an avant le début du récit, le Joker décide de s’arracher le visage avec l’aide du Taxidermiste. La figure du Joker devient un masque. Un parallèle est à faire avec celui qui recouvre le visage de Batman. Si le héros Bruce Wayne porte un masque pour dissimuler son identité et pouvoir exprimer ses mauvais côtés, c’est avec son vrai visage, mis en avant par le principe du masque, que le Joker sévit. En d’autres termes, si Batman est dans la dissimulation de sa nature profonde, le Joker lui s’en glorifie et met en avant avec une joie proche de la rage sa démence.

Cet acte d’automutilation marque une volonté de changement. Le Joker n’use plus de sbires pour mettre à exécution ses plans. Il se salie lui-même les mains, la spirale de violence est à son apogée, la fin est proche… Même la fidèle Harley Quinn a peur de son bien-aimé. Tout comme Bruce Wayne, qui, chose rare dans l’univers Batman, est déboussolé par son vieil ennemi… Et la crainte se mêle l’envie de revanche, le Joker s’en prenant à la Bat-family!

Le lecteur est entraîné dans ce déchaînement sans pouvoir s’en détacher, les dessins de CAPULLO et JOCK servant parfaitement le propos. L’écriture de SNYDER aussi.

Une écriture efficace 

En effet, dès qu’on tourne la première page, on a l’envie irrépréssible de finir l’ouvrage. Il y a un côté addictif, grâce à l’enchaînement rapide des chapitres. Le lecteur a envie de savoir les raisons de l’évolution du Joker, et la finalité de tous ces débordements. On peut penser un peu à « Psycho » d’HITCHCOCK: le suspense monte, monte encore et on sait qu’on est inextricablement mené vers une fin terrible… SNYDER réalise une belle performance scénaristique, coupant le souffle de ses lecteurs.

Le choix du titre n’est pas anodin: il fait clairement référence à un comics qui a marqué l’univers de Batman, « Un deuil dans la Famille« . Cet ouvrage évoquait la mort de Jason Todd, le deuxième Robin, battu à mort justement par le Joker. Rien que le titre, choisi intelligemment par SNYDER, nous donne des indices sur le contenu violent de l’ouvrage qu’on a entre les mains. Et que dire quand on l’ouvre…

Un opus plus réussi que les autres

Pour moi, c’est le comics qui se démarque le plus de cette série constituée à l’heure actuelle de 9 tomes. Je suis actuellement en train de lire le 6, et si tous sont de qualité, « Le Deuil de la Famille » est clairement celui que je préfère, du moins pour l’instant.

L’arc narratif sur l’organisation secrète « La Cour des Hiboux » était excellent, mais était moins poignant que « le Deuil de la Famille« . Les tomes suivants portant sur l’origine de Batman, le personnage du Joker est mis de côté. Mais le tome 3 était tellement efficace qu’il n’était pas nécessaire de poursuivre l’histoire.

Bref, ce comics est une réussite!

 

 

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Batman: Le Deuil de la Famille »

  1. Généralement je ne lis pas trop les « spin-off » des comics phares, car nous n’en finissons j’amais. Celui-ci semble très prometteur, et je ferai une exception si j’y tombe dessus à la bibliohèque.
    Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s