Premières Lignes #24: Mère-Fée

Basé sur une idée de Ma Lecturothèque, il s’agit de citer les premières lignes d’un livre pris dans sa bibliothèque. Cela vous permet de découvrir l’univers d’un auteur et qui sait de vous donner envie de lire l’ouvrage! Et de mon côté, cela me permet de me replonger dans des vieux livres et de les relire, qui sait? Ou encore de les sortir de ma PAL dans laquelle ils sont depuis trop longtemps perdus! Le concept m’a fait songé au Test de la Page 99, précédemment évoqué dans un article du Baz’Art, et j’y ai immédiatement adhéré.

Pour ce vingt-troisième rendez-vous de cette chronique publiée tous les mercredis, voici quelques lignes d’un livre de ma bibliothèque: « Mère-Fée» de Cécile Ama COURTOIS.

 » Hélène s’égarait à nouveau. Elle se dissociait. Ce petit corps fluet qui refusait de sortir de l’enfance malgré ces vingt ans d’ancienneté, principale source d’angoisses et de frustrations chez elle, s’était recroquevillé sur lui-même. Il s’enfonçait inexorablement dans l’énorme fauteuil du salon, sous un amas de coussins et de plaids chamarrés. Il y disparaissait. Enfin… Elle aurait donné n’importe quoi pour que ce fût le cas. « 

Ce sont des Premières Lignes un peu particulières que je vous livre ici… puisque j’ai eu le plaisir de rencontrer l’auteure lors du rdv faerique initié lors des Imaginales 2017, et que c’est sa conversation qui m’a incitée à acheter l’ouvrage! Petit clin d’oeil à Cécile donc, si tu me lis sache-le, j’ai été ravie de faire ta connaissance!

C’est en toute « innocence », si je puis dire, que je vous livre ces lignes car je n’ai pas encore lu l’ouvrage. Mais ce début me semble bien prometteur. J’aime beaucoup le choix des mots, très ciselés: « dissociait », « fluet », « inexorablement »… Des mots délicats et porteurs de sens, un lexique riche et travaillé bien que quelque peu négatif… On ne peut du coup s’empêcher d’espérer pour cette héroïne qui semble bien mal dans sa peau une suite plus heureuse! En tout cas, on se projette dans l’histoire, les descriptions permettent bien au lecteur de s’investir dans le récit.

Bref, un début réussi qui encourage à lire la suite!

Publicités

2 réflexions au sujet de « Premières Lignes #24: Mère-Fée »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s