Contemporain / Histoires Vraies et Témoignages·Livres·Young Adult

13 Reasons Why, le livre

13-Reasons-why-13-raisons (1).jpgTitre: 13 Reasons Why

Auteur: Jay ASHER

Editeur: Albin Michel Jeunesse

Date de sortie: mars 2017

Prix:  13,5 euros

Nombre de pages: 288 pages

Pour commander: dans toutes les librairies

Note (sur 5 ♥): 5♥

Résumé:

« Si tu entends ce message, il est déjà trop tard. »

Clay Jensen ne veut pas entendre parler des enregistrements qu’Hannah Baker a laissés. Hannah est morte, ses secrets avec elle. Pourtant, son nom figure sur ces enregistrements. Il est l’une des raisons, l’une des treize responsables de sa mort. D’abord choqué, Clay écoute les cassettes en cheminant dans la ville. Puis, il se laisse porter par la voix d’Hannah. Hannah en colère, Hannah heureuse, Hannah blessée et peut-être amoureuse de lui. C’est une jeune fille plus vivante que jamais que découvre Clay. Une fille qui lui dit à l’oreille que la vie est dans les détails. Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer…

L’Avis d’Elodie: 

juhuuugiu.jpgAvant de commencer cette chronique, je tenais à faire le point sur les propos que je vais tenir. Je vais juger l’ouvrage, ses rebondissements scénaristiques et la qualité de ses personnages. Je me base sur le fait que l’auteur nous livre une fiction, et la commente comme telle. L’avis donné ne porte donc pas sur l’acte illustré, c’est-à-dire le suicide, sujet bien difficile à évoquer. Et lorsque je me permettrai de critiquer Hannah, c’est contre le personnage crée par ASHER que j’en ai, non que les personnes qui auraient inspiré ses écrits. J’écris cette mise en garde car je suis bien consciente que lorsque j’évoquerai chez Hannah une forme de méchanceté, je risque de choquer.

Je tenais à rappeler que je chronique un livre, ses personnages inventés, et pas un fait de société… Voilà! ^^ Les choses sont je l’espère posées clairement, et je peux à présent après ce long paragraphe commencer mon commentaire!

Comme tout le monde, j’avais entendu parler de la série parue sur Netflix, adaptée de ce roman. Et j’avais envie de découvrir le phénomène. Mais connaissant mon côté ultra-sensible, je ne voulais pas être confrontée à des images précises que je n’arriverai pas ensuite à me sortir de l’esprit, et hésitais donc à me lancer.. Jusqu’au moment où, errant dans les rayons de Cultura, je suis tombée sur la réédition de l’ouvrage.

Acheté un mercredi soir, je l’ai terminé le jeudi soir, en lisant même durant mes pauses au boulot (et j’étais à deux doigts de le sortir devant mes élèves!). C’est dire le suspense ménagé par l’ouvrage… Une tension d’autant plus surprenante qu’il n’y avait pas a priori de surprise, toute l’intrigue étant expliquée dans la quatrième de couverture. Le livre commence par une fin: Hannah met fin à ses jours de manière brutale. Aucun signe ou presque n’avait été détecté par son entourage, ses camarades, et pourtant… Elle envoie des cassettes qui expliquent son acte aux personnes qu’elle juge responsables, et qui devront les transmettre au coupable suivant. Si la chaîne s’arrête, les cassettes seront rendues publiques.

J’ai choisi de publier cette chronique avec un retard inhabituel, et de le relire avant de me lancer dans l’écriture, le livre étant prenant d’une façon bien particulière.

Commençons par le style, qui est parfois un peu poussif. J’en viens à ma rengaine habituelle: ce n’est pas parce que le livre est destiné à des ados que l’auteur est obligé d’user de termes aussi simples et d’éviter comme la peste les figures de style… Mais bon. Je tenais à ajouter que même si le livre est rangé dans les librairies au rayon « young adult », j’ai un peu du mal à le mettre moi même dans cette catégorie. Le thème déjà n’est pas facilement abordable à un âge tendre. Et les adultes peuvent se retrouver dans l’ouvrage, pour la simple raison que nous avons tous été adolescents…

L’écriture donc n’est pas exceptionnelle, mais reste correcte. ASHER se rattrape dans le rythme de ses paragraphes, le livre est entraînant, après les quelques latences de mise en place de l’intrigue, on est dans l’histoire. Une fois le démarrage passé, impossible de reposer le livre, je me répète.

Le suspense est clairement présent. Même si on connaît la fin, on espère, comme Clay qui écoute les cassettes, qu’il y ait un retournement inattendu, qu’Hannah ne passe pas à l’acte. Et la fin en est d’autant plus douloureuse.

Ce livre nous invite à réfléchir sur le harcèlement scolaire, et sur ses conséquences. Et il n’est pas anodin que ce soit un américain qui ait écrit cet ouvrage, quand on pense aux désastres des plus médiatisés qui se déroulent dans les lycées et campus des Etats-Unis.

On a beau le savoir, le livre nous le rappelle avec force: les mots peuvent détruire autant que les actes. Et face au harcèlement, on est tous responsables.  Ce qui m’a marquée, c’est le fait qu’Hannah elle-même admet que ce sont ses choix qui l’ont notamment conduite à cet instant T où le demi tour n’est plus possible. Et même Clay, le personnage positif auquel on ne peut que s’identifier, a sa cassette et ses responsabilités.

Néanmoins, en tant qu’adulte, et plus, en tant qu’enseignante, je ne peux m’empêcher de déplorer le fait que lorsqu’Hannah demande (rarement) de l’aide à un adulte, la réception soit mauvaise. En d’autres termes, dans ce livre, l’idée véhiculée est que les adultes ne sont pas aptes à résoudre les problèmes adolescents et pire, refusent de les entendre. Un bien mauvais message…

De plus, j’ai comme le sentiment que cet ouvrage risque de renforcer les fantasmes adolescents sur la mort: en se suicidant et en enregistrant ses cassettes, Hannah devient populaire comme jamais de son vivant et accède en quelque sorte au statut de star. Or les ados sont avides de reconnaissance, et je crains que de tristes idées ne s’implantent dans des esprits fragiles en lisant cet ouvrage…

Enfin, ce qui me choque dans le travail sur le personnage d’Hannah, c’est sa légèreté envers ses parents, auxquels, soulignons-le, elle n’a rien à reprocher. Pas d’explication, pas de cassettes pour eux, ses enregistrements sont uniquement destinés aux « coupables ». Il y aussi une forme de méchanceté chez Hannah, car si les cassettes sont rendues publiques, ses parents apprendront les détails de sa mort sans y être préparés… Un comportement qu’ASHER justifie par la jeunesse d’Hannah. Admettons.

Néanmoins, ces imperfections sont finalement des valeurs ajoutées à l’ouvrage. Hannah n’est pas parfaite, et le fait que l’auteur mette en avant ses défauts, comme ceux de Clay, est un point fort. Pas d’idéalisation abusive ici, ASHER essaie de se montrer neutre et nous force donc à nous forger notre avis sur les personnages et les actes. Nous incite à réfléchir sur des thèmes délicats.

Jay ASHER fait ainsi passer un message fort: lorsque quelqu’un va mal, il faut lui parler, essayer de l’aider même si on n’est pas proche de lui. Car il peut suffire d’une phrase pour faire la différence. Et transmettre une telle notion à des adolescents comme à des adultes est nécessaire.

En conclusion, malgré les réserves émises ça et là, j’ai adoré cet ouvrage. Rares sont les livres qui m’ont marqué autant, et je ne puis que le conseiller. L’auteur a réussi à écrire de manière sensible, sans sentimentalisme, sur un sujet difficile.

Un grand coup de coeur.

13-reasons-why-livre.jpg

5 commentaires sur “13 Reasons Why, le livre

  1. Je n’ai que regardé la série (et moi qui ne suis pas série, j’ai adoré), pas lu le bouquin. Mais je sais que le même genre de « polémique » a tourné aussi autour de la série. Après, je comprends qu’en tant qu’enseignante, tu te sentes « heurtée ». Le message n’est pas le bon, c’est sûr (bien sûr qu’il y a des enseignants et des adultes qui savent écouter les jeunes) mais peut-être correspond-il à la réalité de la vision d’un adolescent… Quand je remonte quelques années dans ma tête, parfois, certains professeurs avaient tendance à minimiser des disputes qu’on pouvait avoir entre copines alors que rien que ce genre de détails est si important quand on est jeune ..! Il y a un travail, un contact à renouer des deux côtés je pense.
    Super chronique en tout cas, merci 🙂

    1. Merci pour ton commentaire! 🙂 Je suis d’accord avec toi, et effectivement je pense aussi que Jay ASHER a essayé de se mettre à la place d’une ado en écrivant son ouvrage. Ce que je lui reproche, c’est juste l’absence d’une figure adulte positive, en opposition avec ceux qui manquent d’écoute. Le public visé par le livre est bien les ados, et ils ont besoin qu’on leur rappelle qu’ils peuvent trouver du soutien! ^^

  2. J’avais commencé à regarder la série, enfin le premier épisode, et je comprenais rien. Du coup j’ai lu le livre et j’ai adoré. J’ai ensuite tentée de continuer la série télé, mais non j’ai pas accroché. L’acteur qui joue Clay est fade à mes yeux, et le reste du casting ne pas convaincu. Je ne me suis pas attaché émotionnellement à eux ni à Anna, alors que dans le livre je la trouvais intéressante à suivre, et Clay aussi. En bref, j’ai adoré le bouquin et jamais fini la série télé. D’ailleurs je vois pas vraiment l’utilisé d’une saison 2… mais tant mieux si certains aiment !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s