Premières Lignes #31: Le Voile Noir

Basé sur une idée de Ma Lecturothèque, il s’agit de citer les premières lignes d’un livre pris dans sa bibliothèque. Cela vous permet de découvrir l’univers d’un auteur et qui sait de vous donner envie de lire l’ouvrage! Et de mon côté, cela me permet de me replonger dans des vieux livres et de les relire, qui sait? Ou encore de les sortir de ma PAL dans laquelle ils sont depuis trop longtemps perdus! Le concept m’a fait songé au Test de la Page 99, précédemment évoqué dans un article du Baz’Art, et j’y ai immédiatement adhéré.

Pour ce trente-et-unième rendez-vous de cette chronique publiée tous les mercredis, voici quelques lignes d’un livre de ma PAL: « Le Voile Noir » d’Anny DUPEREY.

 » Chez moi, au milieu de la maison, il y a une commode à trois tiroirs. Elle n’est pas reléguée dans un coin ou contre un mur, elle est vraiment au milieu. Elle sert de cloisonnement entre le canapé et le piano. Nous y posons le courrier, nos verres, les enfants leurs jouets. 

Dans le premier tiroir il y a les partitions musicales et dans le deuxième tout le petit fouillis domestique dont on ne sait que faire. 

Le troisième tiroir, tout en bas, je ne l’ouvrais jamais. Il contenait les négatifs des photos de mon père, rangés dans de petites boîtes en carton étiquetées par lui-même pour les négatifs souples, et dans de longues boîtes en bois de sa fabrication pour les plaques photographiques en verre.

Il y a près de vingt ans, lors d’un déménagement, elles furent récupérées par ma soeur dans un grenier familial rouennais où elles avaient été oubliées. Elle me dit un jour: « J’ai récupéré les photos de papa. » Petit pincement au coeur. J’avais le souvenir de certains tirages accrochés aux murs de la maison d’un oncle et chez ma tante, mais j’ignorais qu’il subsistait des négatifs. « Bien », dis-je. Et le silence retomba sur cela, comme il était tombé depuis si longtemps sur EUX. »

Anny DUPEREY est une actrice certes, mais on le sait moins, c’est aussi un formidable écrivain. On ne peut être qu’happé par ses mots simples, mais qui savent toucher, et par la beauté des photos de son père qui illustrent l’ouvrage. Le phrasé de DUPEREY est élégant, comment ne pas être touché par cette phrase « Et le silence retomba sur cela, comme il était tombé depuis si longtemps sur EUX. »? J’ai été sensible à son histoire de famille, fascinée par l’oeuvre du père de l’auteur, photographe injustement méconnu.

Voici donc un bel ouvrage que je conseille aux amateurs de photographie, et des premières lignes qui, j’espère, auront su vous séduire.

Publicités

9 réflexions sur “Premières Lignes #31: Le Voile Noir

  1. Pingback: Premières lignes #78 – Ma Lecturothèque

  2. Pingback: Premières lignes #78 | Songes d'une Walkyrie

  3. Pingback: Premières lignes #22 – La marmotte qui Lit

  4. Pingback: Premières lignes #23 – La marmotte qui Lit

  5. Pingback: Premières lignes #79 – Ma Lecturothèque

  6. Pingback: Premières lignes #79 | Songes d'une Walkyrie

  7. Pingback: Histoire de l’oie, Michel Marc Bouchard, Editions Théâtrales,Premières Lignes #27 – Camellia Burows

  8. Pingback: Premières lignes #24 – La marmotte qui Lit

  9. Pingback: Premières lignes #80 | Songes d'une Walkyrie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s