Riverdale

Date de diffusion : depuis janvier 2017

Nombre de saisons: 2ème saison paraissant en octobre 2017

Origine : Série américaine, crée par Roberto AGUIRRE-SACASA

Avec, dans le rôle de : KJ APA (Archie), Lili REINHART (Bettie), Cole SPROUSE (Jughead), Camilla MENDES (Veronica), Madelaine PETSCH (Cheryl), Marisol NICHOLS (Hermione), Luke PERRY (Fred), Mädchen AMICK (Alice), Casey COTT (Kevin), Skeet ULRICH (FP)…

Note: 4/5 ♥

 

Résumé

C’est la rentrée dans la petite ville de Riverdale, qui se remet doucement de la mort tragique du jeune Jason Blossom. Cette rentrée est un nouveau départ pour Archie qui s’est décidé à faire carrière dans la musique malgré la fin de sa relation secrète avec sa professeur de musique qui lui sert de mentor et la fragilité de son amitié avec son meilleur ami Jughead.

De son côté, sa meilleure amie Betty, secrètement amoureuse de Archie, doit faire face à sa mère sur-protectrice qui la drogue aux médicaments. Mais tout va commencer à changer pour elle quand elle va faire la connaissance de Veronica, une nouvelle et riche élève qui arrive en ville à la suite d’un scandale ayant touché de près sa famille.

Mais tout ceci n’est qu’une partie des nombreuses histoires et secrets qui peuplent Riverdale, une ville calme et à l’image parfaite, mais qui cache dans l’ombre de nombreux dangers et une face très sombre.

L’Avis d’Elodie

Des héros pas si banals…

A priori, on s’attend à une série adolescente classique: l’histoire racontée est celle d’un groupe de potes finissant leur lycée. Il y a Archie, le roux joueur de footballeur plutôt populaire et gendre idéale, Bettie l’intello petite fille parfaite, Jughead l’élève en marge mais a quand même comme ami Archie, Cheryl la garce… Arrive ensuite Veronica, la citadine riche qui rejette la campagne, et le cliché est complet. Mais pas tant que ça… car Jason, le frère de Cheryl, a été assassiné il y a un mois et on ignore qui est le meurtrier.

Or c’est ce dernier événement qui fait basculer les personnages. Si de prime abord, ils semblent donc extrêmement classiques, cela ne dure pas. La progression la plus fascinante à mes yeux est celle de Betty, qui passe de miss propre-sur-elle au début de la série à une fille dangereuse, parfois mal dans sa peau et complètement borderline… au point qu’on a peur de jusqu’où elle pourrait aller. Une évolution fascinante.

Autre rôle passionnant, Cheryl Blossom, garce, mante religieuse, enfant mal aimée, meurtrière, pyromane ou fille désespérée? Difficile même à la fin de la série de savoir si on la hait ou si on l’adore, mais en tout cas ce personnage est époustouflant, grand coup de chapeau à l’actrice qui l’incarne, comme à tout le casting d’ailleurs!

Chez les garçons, c’est Jughead qui se distingue, et c’est celui qui se montre le plus mature dans la série, alors qu’on aurait eu tendance à le laisser dans la catégorie bad boy d’opérette dans un premier temps.

Tous  les acteurs sont exceptionnels et jouent à merveille, même s’ils sont clairement plus âgés que leurs rôles. Et les parents ne sont pas en reste non plus. J’ai adoré retrouver dans le rôle du père d’Archie un Luke de « Beverly Hills » qui n’a pas trop mal vieilli, joli clin d’oeil à une autre série adolescente à succès. A noter également la présence de Mädchen Amick, la mère de Bettie, complètement flippante (et flippée?), qu’on connaît grâce à « Twin Peaks » ou « Witches of East End ». Bref, un casting aux petits oignons!

Une série clichée?

D’une traditionnelle série adulescente telle Les Frères Scott , on évolue vers une tragédie complexe et bien écrite. La saison 1 suit nos jeunes héros menant leur enquête, mais à force de chercher, ils finissent par découvrir bien des secrets, dont certains les touchent directement. A travers la mort de Jason, c’est leur innocence qu’ils ont perdu, et en cherchant des réponses, ils ne font que susciter de nouvelles questions sur la ville dans laquelle ils vivent, sur les gens qu’ils côtoient. Riverdale n’est pas un lieu si tranquille que cela, et c’est toute la structure de la société américaine qui est interrogée.

De multiples thèmes sont évoqués à travers les épisodes: drogue, viols, harcèlement scolaire, trafics d’influence et meurtres… Derrière les maisons proprettes et les barrières en bois bien blanches dignes de toute ville américaine qui se respecte, il y a des monstruosités. Une notion bien clichée, et très proche de « Desperate Housewives » me direz vous. Mais ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que c’est bien « Riverdale » qui a crée ces clichés, le comics datant des années 40…

J’ai réalisé un peu tardivement que chaque épisode reprend le titre d’un film connu:

  • River’s Edge = Le Fleuve de la Mort, avec Keanu REEVES
  • Anatomy of a Murder = Anatomie d’un Meurtre,d’Otto PREMINGER
  • A Touch of Evil = La soif du Mal,d’Orson WELLES

Bravo aux scénaristes, ces clins d’oeil sont géniaux!

Une esthétique léchée

Ce qui a fait que j’ai tant aimé « Riverdale », c’est bien l’atmosphère. On se retrouve projeté dans les années 40-50 de par les décors ou les vêtements des protagonistes. « Chez Pop’s », le café où le groupe se retrouve et où aura le rebondissement final de la saison est constamment filmé, au point où on peut le considérer comme un personnage à part entière. Ce décor est magique, et participe à une esthétique bien particulière et extrêmement bien travaillée.

Les vêtements aussi ont leur importance, tous les protagonistes ont des tenues soignées à l’extrême et on peut qualifier le blouson de Jason Blossom comme on a évoqué le café Pop’s!

 

Une imagerie fantasmée parfaitement représentée par les posters de la série, bourrés de doubles sens, où les personnages ont des sourires carnassiers et des postures pleines de suggestions…

Chaque plan pourrait être une photo, le résultat est superbe. Il y a du « Stranger Things » là dedans, et la présence au casting d’Ethel alias Barb n’est peut-être pas un hasard…

En conclusion

Je suis obligée d’admettre que cette série a des défauts, évidemment. L’intrigue connaît quelques latences, notamment au début de la saison. Les scénaristes n’ont pas résisté à l’envie de nous glisser des triangles amoureux qui sont un peu lassants, et bien sûr, certains personnages ne m’ont pas convaincue par leur utilité… mais peu importe! Les qualités précédemment citées rivalisent largement avec ces petits soucis.

Vous l’aurez compris, c’est une série qui m’a vraiment enthousiasmée. Esthétiquement irréprochable, elle est agréable à regarder, l’intrigue est entraînante et les acteurs jouent vraiment bien! Une bonne série que je ne puis que conseiller! La saison 2 arrive bientôt, et je trépigne d’impatience!

 

Publicités

5 réflexions sur “Riverdale

  1. Oui, ele semble cibler un pblic adulescent, et j’ai passé cet âge et l’intérêt ne m’apparaît pas es masses, surtout que je crains un côté girly trop appuyé.
    Mais, je ne dis pas non pour autant, je verrai pour me laisser tenter et lui donner sa chance!

  2. Article parfait ! J’aime beaucoup cette série et je la trouve au dessus de ce qu’elle veut bien faire croire, à savoir une série pour ado de plus et très classique … il y a vraiment quelque chose de plus et ça crée aussi un nouveau style en quelque sorte avec ce côté thriller, mystères …
    Bravo et vraiment merci, un régal à lire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s