Actualités·Premières Lignes

Premières lignes #35: Into the Wild, l’histoire de mon frère

Basé sur une idée de Ma Lecturothèque, il s’agit de citer les premières lignes d’un livre pris dans sa bibliothèque. Cela vous permet de découvrir l’univers d’un auteur et qui sait de vous donner envie de lire l’ouvrage! Et de mon côté, cela me permet de me replonger dans des vieux livres et de les relire, qui sait? Ou encore de les sortir de ma PAL dans laquelle ils sont depuis trop longtemps perdus! Le concept m’a fait songé au Test de la Page 99, précédemment évoqué dans un article du Baz’Art, et j’y ai immédiatement adhéré.

Pour ce trente-cinquième rendez-vous de cette chronique publiée tous les mercredis (oups, sauf cette semaine!), voici quelques lignes d’un livre de ma PAL: « Into the Wild, l’histoire de mon frère », de Carine MacCandless.

«  Ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le répéter.

La maison de Willet Drive est plus petite que dans mon souvenir. Le jardin était beaucoup mieux entretenu du temps de maman, mais les mauvaises herbes envahissantes et les arbustes mal taillés lui donnent une allure de château hanté assez appropriée. Je desserre mes doigts, crispés sur le volant, et le sang revient peu à peu dans mes mains. Fichue baraque. Pendant 23 ans, j’ai détourné les yeux des panneaux indiquant cette sortie familière sur les autoroutes de Virginie. J’ai plusieurs fois lutté contre l’envie d’y retourner dans l’espoir de revivre les moments passés avec mon frère – lui qui me manque si terriblement aujourd’hui. Mais la souffrance a le don cruel de nous voler nos souvenirs d’enfance. Les gens croient comprendre notre histoire parce qu’ils en connaissent la fin, alors qu’ils ignorent totalement comment elle a commencé.« 

J’avais lu « Into the Wild », le livre documentaire du journaliste Jon KRAKAUER, et avais vu le film éponyme de Sean PENN. Et ce récit m’avait irrémédiablement touchée, au point d’en livrer deux chroniques (voir liens). Les deux relataient l’histoire vraie d’un jeune garçon qui décide de tout plaquer afin d’errer dans l’Alaska sauvage, avec uniquement le strict nécessaire. Une quête de soi qui finira tragiquement. Qu’à la base on pense que les actions du « héros » Chris soient inutiles et preuve de stupidité, qu’à l’inverse on songe qu’il s’agit d’un idéal de vie des plus respectables en ces temps de consommation excessive, peut importe. Ce récit de vie est marquant et je pense que l’ouvrage de KRAKAUER fait partie de ces livres qui marquent réellement leur lecteur.

J’ai acquéri le livre de Carine MacCANDLESS, soeur du principal protagoniste, par curiosité. L’histoire de Chris me fascine, et j’étais contente de pouvoir avoir une lecture supplémentaire, un avis de plus. Ces Premières Lignes confirment le fait que l’ouvrage de Carine restera en tout et pour tout dans ma PAL que le temps que je finisse « La Mémoire des Murs« , qui ne plaît guère pour l’instant!

10 commentaires sur “Premières lignes #35: Into the Wild, l’histoire de mon frère

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s