Fantasy et Fantastique·Livres·Young Adult

Harry Potter and the Philosopher’s Stone

Résultat de recherche d'images pour "bloomsbury ravenclaw"

Titre : Harry Potter and the Philosopher’s Stone
Auteur : JK ROWLING
Éditeur : Bloomsbury
Date de sortie : juin 2017 pour la présente édition
Prix :  7,99 livres
Nombre de pages : 350 pages

Pour commander : Editions Bloomsbury

 

 

Résumé

«  Or yet in wise old Ravenclaw,

If you’re ready mind,

Where those of wit and learning,

Will always find their kind »

The Sorting Hat

 

L’Avis d’Elodie

*Contrairement à d’habitude, cette chronique est publiée un vendredi… Salon Fantastique de Paris oblige, je serais prise tout le week end! Le débriefing paraîtra samedi prochain. *

C’est une chronique un peu particulière que je vous livre ici, car je vais plus parler de l’expérience de lecture que de l’ouvrage en lui-même. En effet, j’ai acheté lors de mon road trip en Ecosse avec Meltoryas l’édition anniversaire des 20 ans du tome 1 de la saga de JK ROWLING, et l’ai donc relu en version originale… Une première pour moi. Préparez-vous donc à du racontage de vie!

J’ai pas mal d’inquiétudes, n’étant pas une pro en anglais (je me suis arrêtée au lycée comme beaucoup de monde). Certes, je regarde des films en VOST, et ai réussi à baraguiner des phrases du type  » a beer pLIIIZZZe » ou  » you NOOOO where is the castelEE? » lors de ma virée écossaise, mais cela ne fait pas de moi un être bilingue, loin de là!

Néanmoins, j’avais envie de tenter l’expérience. L’édition dont je vous parle est un très très bel objet, et lire JK dans sa langue est une chose à faire pour la digne fan de HP que je suis!

Parlons un peu de cet ouvrage qui m’a incité à mettre le traducteur reverso dans ma barre de favori de ma tablette…

Résultat de recherche d'images pour "édition 20 ans harry potter"

Image associéeLe tome 1 d’Harry Potter a été écrit par JK ROWLING il y a exactement 20 ans, un 26 juin. Pour fêter l’occasion, son éditeur Bloomsbury a sorti 4 versions du tome 1, une pour chaque maison. Sur Pottermore, j’ai confirmé mes soupçons, je suis une vraie Serdaigle. « Si vous êtes sage et réfléchi Serdaigle vous accueillera peut-être. Là-bas, ce sont des érudits qui ont envie de tout connaitre. » Bref, je suis une péteuse assoiffée de culture, la tête émergeant à peine d’un monceau de bouquins. Il était donc tout naturel pour moi d’acquérir l’ouvrage aux couleurs violettes des Ravenclaw.

Si la couverture est superbe, l’intérieur ne démérite pas. Des pages additionnelles évoquent les histoires de Rowena Ravenclaw et des personnes illustres qui ont été dans sa maison, accompagnées d’un quiz et d’illustrations inédites. Un très bel objet pour les collectionneurs donc.

Passons à la lecture. Comment ne pas sourire en lisant ces mots si familiers, que ce soit en français ou en anglais?

« Mr and Mrs Dursley, of number four, Privet Drive, were proud to say that they were perfectly normal, thank you very much. They were the last people you’d expect to be involved in anything strange or mysterious, because they just didn’t hold with such nonsense. »

C’est là que j’ai réalisé que mes inquiétudes sur la barrière de la langue étaient inutiles. Si le tome 1 n’est pas l’ouvrage que je préfère, je l’ai néanmoins lu une bonne dizaine de fois depuis sa sortie, et connait donc plus ou moins les phrases en français. La traduction en était facilitée. Coup de chapeau à ce sujet au traducteur Jean-François MENARD. Je peux à présenter comparer le style de ROWLING au travail de MENARD, et franchement il a fait un boulot formidable et m’a ainsi grandement facilité ma lecture.

Certains mots inventés par ROWLING avaient forcément du être changés pour le public français, afin de préserver les jeux de mots. Pour traduire «Muggle», MENARD avait inventé le terme «Moldu» en pensant (mou du bulbe). Il voulait exprimer le fait que les Moldus sont une catégorie de gens à qui il manque quelque chose, en l’occurrence des pouvoirs magiques. Et les termes inventés sont nombreux, mais je m’en suis sortie. Néanmoins, je ne pense pas du coup avoir toujours compris les jeux de mots de ROWLING, subtilités réservées aux anglophones de souche… dommage!

Le livre étant destiné à un public adolescent, les termes utilisés n’étaient pas très compliqués dans l’ensemble. En moyenne, je traduisais 5-6 mots par page au début, dans un souci de précision, puis, lassée par le procédé, 2-3 ensuite. Le fait de poser le livre, vérifier le terme, reprendre le livre, gâchait le moment de lecture. J’ai donc préféré ne pas tout comprendre mot à mot mais en contrepartie ne pas perdre le fil.

Lire un ouvrage en anglais prend beaucoup plus de temps que lire un ouvrage en français, même quand on le connaît déjà, merci Captain Obvious. Habituellement, je lis 3 livres en période de boulot par mois, parfois en même temps, là j’ai réduit ces derniers mois ma consommation d’ouvrages notamment à cause d’ « Harry Potter and the Philosopher’s Stone« . J’ai mis 3 mois à terminer cet ouvrage, record battu. Mais je ne regrette pas l’expérience! Je ne puis que la conseiller aux fans purs et durs d’HP, et les rassure sur le niveau de langage: pas besoin d’avoir une licence d’anglais pour comprendre ROWLING!

 

 

2 commentaires sur “Harry Potter and the Philosopher’s Stone

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s