Road trip en Italie du Nord #4: Venise

Pour ce quatrième et avant-dernier rendez-vous relatant notre escapade italienne de 2016, je vais vous parler de ce qui a été le coup de coeur de notre séjour, et une des meilleures destinations tous voyages confondus: Venise la Sérénissime.

Du côté des balades…

Nous avons séjourné au camping Rialto, qui certes accueille beaucoup de monde, mais dont les prestations sont des plus convenables (bien plus que celle du camping international de Florence, dont on sortait).Du camping, nous avons pris le bus jusqu’à la piazalle Roma, et cette première vue de Venise a été à l’image de notre séjour: époustouflante. Admirez!

Nous avons ensuite marché une trentaine de minutes dans le dédale des ruelles jusqu’à la célèbre place San Marco. Après avoir pleuré devant le prix des expressos sur la place (9euros, une broutille), nous avons admiré les déambulations des gondoles passant sous le Pont des Soupirs et le miroitement de l’eau dans les canaux.

Le lendemain, nous avons visité le musée Guggenheim, qui est à l’heure actuelle un des meilleurs musées d’art moderne que j’ai jamais fait. Au programme, de Chirico, Kandinski ou Tanguy, des oeuvres d’art impressionnantes nichées dans un écrin de verdure au bord de l’eau. Le lieu comme la collection étaient incroyables, nous avons ainsi passé un joli moment de culture!

Après avoir déjeuné les pieds au-dessus du Grand Canal, nous avons pris notre dessert à la Gelateria Nico, lieu conseillé par notre guide « Love at Venise », qu’on ne peut que conseiller malgré le nom kitsch de l’ouvrage!

Nous nous sommes ensuite promené le long de Zattere avant d’arriver à la Pointe des Doges, puis avons rebroussé chemin vers le pont Rialto et son quartier très commerçant.

Le jour suivant, 13 août, nous avons fait une visite guidée, intitulée « Venise historique », toujours organisée par Tuscany Tours. Nous nous sommes promenés de la basilique Saint Marc à la maison de Marco Polo, en passant par le Palais des Doges ou le théâtre Madigan… Un peu plus « industriel » que la visite de Florence, car plus de monde et donc moins intimiste, mais cela n’enlève à la qualité et au professionnalisme de notre guide.

Nous avons ensuite repris les ruelles indiquées par notre guide, mais « seuls » si on puis dire et surtout en prenant notre temps cette fois ci. On nous avait beaucoup parlé du monde étouffant à Venise, de la masse de touristes crachés par les paquebots et de l’étroitesse des rues qui amplifiaient le phénomène de mal-être… Or ce n’est pas du tout l’impression que nous a laissé ce séjour. Certes, il y avait du monde, c’est un euphémisme. Mais alors qu’on y était en plein mois d’août, on n’a pas été gêné par une trop grande masse de personnes, pas été bousculés, les rares vénitiens croisés ont tous été très gentils… Bref, l’inverse de Florence où on a été poussés, pressés de toutes les manières possibles. Venise recèle infiniment de ruelles et de dédales, il est facile d’éviter les places touristiques aux heures de pointe pour errer dans des lieux plus calmes mais non moins magiques en attendant 17h et la disparitions des plaisanciers. Le truc a été de se lever tôt durant le séjour, afin de profiter d’une ville déserte ou presque de 8h à 10h, et d’attendre 17-18h pour profiter d’un verre de prosecco au bord de l’eau… Et d’éviter le week end, forcément plus attractif. Nous n’avons donc pas souffert de ce monde étouffant qu’on avait tant décrit… Et si le Grand Canal sent, autre critique commune, il est dur de s’en rendre compte entre les odeurs d’expresso et de spaghettis!

Voilà pour les supposés désagréments dus au tourisme de masse. Après notre balade, nous avons pris notre repas dans un restaurant un peu guindé, nous avions envie de nous faire plaisir… Et si le goût était au rendez-vous, on ne peut que déconseiller le restaurant Vinaria aux grand mangeurs. Le cadre était idyllique et le personnel aux petits soins, mais nous sommes ressortis la carte bleue brûlante et l’estomac peu rempli, alors que je ne me distingue pas par mon appétit généralement!

Nous avons ensuite marché jusqu’au marché du Rialto, ris devant les mouettes qui se disputaient les poissons frais sous les yeux las des marchands. Shopping, encore balade, et nous finissons la soirée sur un pont, mangeant une part de margharita au soleil couchant, bercé par un concert de guitare improvisé. La magie de Venise dans toute son essence.

Venise a été une escapade incroyable, et une destination qu’on ne peut que vous conseiller… Nous avons tant aimé notre séjour que nous comptons bien y retourner lorsque l’occasion se présentera!

Du côté des livres

Niveau guide de voyage, on ne peut que vous conseiller Love at Venise. Le titre est certes niais, mais le contenu est complet et la présentation très belle!

  • Juliette BENZONI, Le Boiteux de Varsovie: l’étoile bleue
  • Mary HOFFMAN, Stravaganza: la cité des masques
  • Kei OHKUBO, Arte (tome 5)
  • Anne RICE, La voix des anges
  • Caroline QUINE, Alice à Venise
  • Mireille CALMEL, Les lionnes de Venise

Les articles précédents 

A bientôt pour le dernier article portant sur Burano la colorée!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s