Actualités·Premières Lignes

Premières Lignes #50: Wild

Basé une idée de Ma Lecturothèque, il s’agit de citer les premières lignes d’un livre pris dans sa bibliothèque. Cela vous permet de découvrir l’univers d’un auteur et qui sait de vous donner envie de lire l’ouvrage, et de mon côté, de me replonger dans des vieux livres et de les relire, qui sait? Le concept m’a fait songé au Test de la Page 99, précédemment évoqué dans un article du Baz’Art, et j’y ai immédiatement adhéré!

Pour ce cinquantième rendez-vous, publié tous les mercredis, voici quelques lignes d’un livre de ma bibliothèque: « Wild », de Cheryl STRAYED.

 » Les arbres étaient hauts, mais je me trouvais encore plus haute qu’eux, accrochée au flanc d’une montagne du nord de la Californie. Quelques instants plus tôt, j’avais retiré mes chaussures de randonnée, et la gauche avait été propulsée dans le précipice par mon énorme sac à dos qui venait de se renverser. Elle avait dévalé le chemin caillouteux, rebondi sur un surplomb à quelques mètres en contrebas, puis disparu sous le feuillage. J’avais beau vivre dans la nature depuis trente-huit jours et savoir qu’il pouvait se passer n’importe quoi, le choc restait difficile à encaisser.
Je n’avais plus de chaussure gauche. Fini, terminé.
J’ai serré l’autre contre moi, comme un bébé, bien que ce soit ridicule. A quoi pouvait bien servir une chaussure dépareillée? A rien. C’était un objet inutile, une orpheline pour qui je ne pouvais éprouver aucune pitié. « 

Je suis actuellement en train de lire « Wild » dans le cadre d’une lecture commune organisée par le Bazar de la Littérature, je vous invite d’ailleurs à nous rejoindre si ca vous tente, on vient de commencer! Suivez le lien facebook pour plus d’informations.

Dans le même « style », j’avais déjà lu Into the Wild, l’histoire de mon frère et Into The Wild, et je dois dire que ces ouvrages évoquant l’envie de s’évader de manière radicale, mais aussi les limites d’un tel projet, m’avaient fait beaucoup réfléchir. Ils m’avaient beaucoup touchée, aussi. Difficile de rester de marbre devant des histoires si fortes et devant des mots si puissants.

A l’heure actuelle, je suis au 6ème chapitre du livre de Cheryl STRAYED, et son livre est lui aussi des plus émouvants. Ces premières lignes nous propulsent directement dans l’action (et dans la souffrance de l’héroïne, sentiment d’autant plus fort pour le spectateur lorsqu’il se rappelle qu’il s’agit d’une autobiographie). On ne peut s’empêcher de se demander comment Cheryl va s’en sortir, et pourquoi elle s’est mis dans une situation pareille! L’ouvrage continue fort, avec l’évocation douloureuse de la mort de sa mère. Les mots sont simples, mais évocateurs, et nous projettent aisément à la place de Cheryl.

Bref, pour l’instant, c’est une jolie révélation et j’ai du mal à reposer l’ouvrage pour ne pas prendre trop d’avance quant à la lecture commune!

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s