Actualités·Festivals, Voyages et Expositions

Les Imaginales 2018: le débriefing!

Après l’article Les Imaginales d’Epinal, J-20!, voici mon traditionnel débriefing post-Imaginales!

Cette année, je suis allée à ce festival avec Meltoryas et Anaïs, chroniqueurs du blog, et Thomas le viking d’Anaïs.
Nous sommes arrivés le samedi matin, et bien sûr, nous nous sommes précipités à la Bulle du Livre pour vérifier les emplacements et les plannings des auteurs présents…

 

Et Anaïs et moi avons rapidement procédé à notre premier achat, en ayant eu un coup de coeur commun pour « Boudicca » de Jean Laurent DEL SOCCORO.

Boudicca par Del Socorro« Angleterre, an I. Après la Gaule, l’Empire romain entend se rendre maître de l’île de Bretagne. Pourtant la révolte gronde parmi les Celtes, avec à leur tête Boudicca, la chef du clan icène. Qui est cette reine qui va raser Londres et faire trembler l’empire des aigles jusqu’à Rome ?

À la fois amante, mère et guerrière mais avant tout femme libre au destin tragique, Boudicca est la biographie historique et onirique de celle qui incarne aujourd’hui encore la révolte. »

Et vous avez vu cette couverture? Comment ne pas craquer?! De plus, l’auteur, dont on ne connaissait pas du tout le travail, a été super sympa et on a beaucoup aimé discuter avec lui. Un joli moment!

De son côté, Meltoryas a acheté comme chaque année l’anthologie du festival, illustrée cette année par un John HOWE absolument inaccessible… Tant pis!

Moi, Peter Pan par RochEn errant entre les stands des éditeurs, j’ai flashé sur la couverture de « Moi, Peter Pan », de Michael ROCH, géant de 1m90 coincé derrière le stand du Peuple de Mu. Après avoir admiré le dessin sous toutes ses coutures, j’ai commencé à feuilleté l’ouvrage… Et après avoir lu 4 pages, je me suis dit qu’il était temps d’acheter ledit livre! Après la dédicace de Michael, direction le stand de l’Armada pour une nouvelle dédicace, de l’illustratrice cette fois-ci. La damoiselle, nommée NAIKI aka Fanny LIABEUF est adorable, et Anaïs en a profité pour acheter son carnet de croquis.

« – Tu pleures ?
Les montagnes sont bleues derrière ses yeux. Une couleur de pluie passée qui regarde, une fois au sol, le souvenir amer de son nuage.
– Peter, répète-t-elle, tu pleures ? »
Offrant une nouvelle vision du personnage, complémentaire et à la fois détachée de celle imaginée par James M. Barry, Michael Roch revisite le mythe du garçon qui ne veut pas grandir. »

De son côté, Thomas a acquis des ouvrages dans la bulle BD, pendant Meltoryas se faisait dédicacer son CERUTTI de l’année, décidément nous avons des habitudes bien ancrées! Ensuite, il a rencontré pour la première fois Léo HENRY, et a acheté « Hildegarde ».

Là où tombent les anges par BousquetAvant de conclure cet après-midi, j’ai eu la joie de revoir Charlotte BOUSQUET, dont j’avais adoré l’ouvrage Sang-de-Lune, et ai acquis « Là où tombent les anges ».

« Solange, dix-sept ans, court les bals parisiens en compagnie de Clémence et Lili. Naïve, la tête pleine de rêve, elle se laisse séduire par Robert Maximilien et accepte de l’épouser. 
Mais son prince est un tyran jaloux, qui ne la sort que pour l’exhiber lors de dîners mondains. Coincée entre Robert et Emma, sa vieille tante aigrie, Solange étouffe à petit feu. 
Heureusement Lili la délurée et la douce Clémence sont là pour la soutenir. Quand la première guerre mondiale éclate, Robert est envoyé sur le front.
C’est l’occasion pour Solange de s’affranchir de la domination de son mari et de commencer enfin à vivre, dans une ville où les femmes s’organisent peu à peu sans les hommes… « 

Vu comme j’ai aimé « Sang-de-Lune », j’ai hâte de lire ce nouvel ouvrage, et vais commencer de ce pas!

Enfin, nous avons découvert le splendide travail d’Ash-Coloured et avons acheté quelques unes de ces oeuvres. N’hésitez pas à jeter un oeil sur son travail, c’est sublime.

Nous sommes allés déposer nos affaires dans un airbnb, et puis nous avons mangé dans un super sushi au centre d’Epinal, le Sushi Tokyo que je ne peux que conseiller aux festivaliers pour l’année prochaine.

IMG_20180527_160956_689.jpgLe lendemain, après un petit déjeuner atroce à la boulangerie de Docelles (et oui, chaque voyage a ses aléas, et celui-ci était particulièrement abominable, entre croissants brûlés et sombres histoires de pâtés lorrains habités), nous sommes retournés au festival, où nous nous sommes davantage baladés au niveau des stands extérieurs.

J’ai pu acquérir la suite des Chroniques des Fleurs d’Opale d’IELENNA, et suis ensuite allée avec mes 3 compères assister à une super conférence intitulée « Fantasy épique et vraisemblance historique » et animée par CERUTTI, DAVOUST, JAWORSKI et FAYE. Une Estelle Faye que j’ai poursuivi dans la Bulle du Livre afin de discuter avec elle de mon coup de coeur pour son livre Porcelaine.

Après, Anaïs et moi avons accosté David BRY, un auteur super gentil et souriant, et nous avons acheté son ouvrage « Que passe l’hiver ».

Que passe l'hiver par Bry » Stig vient d’avoir vingt ans, l’âge de porter une épée et de se rendre enfin sur le Wegg, l’étrange montagne où réside son souverain, le roi de la Clairière. Mais son premier solstice d’hiver ne se déroule pas comme il l’avait imaginé. À peine le jeune seigneur est-il arrivé que la mort répond aux augures néfastes et que les fils enchevêtrés du destin tissent un avenir que personne, ni homme ni dieu, semble pouvoir prédire. Menacé sans qu’il en comprenne la raison, Stig aura fort à faire pour découvrir ce qui se trame dans l’ombre des festivités, protéger ceux qu’il aime… et même survivre. Y parviendra-t-il ? À la croisée de l’ode initiatique et du huis-clos,  »Que passe l’hiver » raconte le destin d’un jeune homme au pied bot et d’un roi aux longs bois de cerf, pris dans le maelström d’un monde qui se meurt, peut  être…  

Ce livre et celui de DEL SOCORRO seront surement l’objet d’une lecture commune entre Anaïs et moi! Un DEL SOCORRO qui a fait une nouvelle vente avec Meltoryas qui a acquis  » le Royaume de Vent et de Colère ».

IMG_20180527_160517_687.jpgEnfin, dernier achat de ce festival, j’ai pris au stand de Samantha BAILLY le poche de « Ce qui nous lie », avant d’admirer les créations de bodypainting.

Nos portefeuilles définitivement vidés et nos estomacs remplis de burgers, nous avons repris la route vers nos résidences respectives, des sourires collés aux visages. Les Imaginales d’Epinal ont été, comme chaque année, un super moment de discussion avec les auteurs. J’adore la bonne ambiance qu’il peut y avoir et le lieu sublime dans lequel le festival est niché, entre arbres ombragés et cours d’eau miroitant.  Bref, un événement génial auquel je ne regrette pas d’être allée!

 

3 commentaires sur “Les Imaginales 2018: le débriefing!

  1. Vous avez tous les quatre de beaux souvenirs en tête et de belles lectures à découvrir 🙂
    Plus je lis des articles sur ce salon plus je me dis que s’il y en a un à faire, c’est bien celui-ci…
    Je suis super impressionnée par les créations de bodypainting notamment celle d’Ursula qui est splendide !

  2. J’aurai tellement aimé pouvoir être présente cette année, mais ce n’est que partie remise. L’année prochaine, c’est pour moi **.
    En ce qui concerne les œuvres que tu nous présente dans cet article, j’ai très envie de découvrir « que passe l’hiver » et « moi, peter pan », je les ai d’ailleurs déjà ajouté à ma wislist en espérant pouvoir les découvrir assez rapidement.
    Merci pour cet article.
    Passes un bon dimanche.
    Charlotte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s