Mémé dans les orties

Résultat de recherche d'images pour "mémé dans les orties feel good"Titre : Mémé dans les orties
Auteur : Aurélie VALOGNES
Éditeur : Michel Lafon et le Livre de Poche
Prix : 16,95 euros
Nombre de pages: 288 pages
Pour commander : Michel Lafon

Note (sur 5 ♥): ♥♥♥
Catégorie: Feel Good, Contemporain

Résumé:

Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s’ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d’escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie … jusqu’au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 92 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.

L’Avis d’Elodie:

Avant tout, je voulais remercier Camille Groelly et Michel Lafon pour avoir reçu ce livre. Cela faisait longtemps que j’avais entendu parler de ce livre, et je suis heureuse d’avoir eu l’occasion de le lire par le biais de ce service presse.

Aurélie VALOGNES n’est rien de moins que la cinquième vendeuse française d’ouvrages, avec plus de 600.000 exemplaires de Mémé dans les orties écoulés, et est considérée comme la figure de proue des livres « feel good » (merci Grazia pour ces infos). Mais qu’est-ce que c’est, feel good? Bien en peine de le définir, j’ai donc fait mes petites recherches… J’ai du coup lu un article de l’Express, qui malgré un ton condescendant et une neutralité aux oubliettes, livre néanmoins une esquisse de définition plutôt intéressante. Un livre feel good, c’est un écrit romancé qui traite de questions comme  » comment s’en sortir, rebondir, se reconstruire? Comment tutoyer le bonheur quand il se tient à distance? « , et dont la fin est obligatoirement positive. Un livre censé remonter le moral donc, tout en traitant de sujets du quotidien. En poursuivant ma lecture de l’article, j’apprends que Ta vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, de Raphaëlle GIORDANO, fait partie de cette mouvance, et j’ai commencé à m’inquiéter… vu que cet ouvrage et moi n’avons pas été bons amis. Je l’ai trouvé longuet, niais, et plus agaçant que de stressant. Autant dire que j’étais méfiante en débutant l’ouvrage, mais surtout curieuse.

Et le constat est dans l’ensemble positif. Je trouve le style de VALOGNES plus attrayant que celui de GIORDANO, les longueurs tant critiquées sont moins présentes et Mémé dans les orties est davantage rythmé que Ta vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une. 

L’histoire est celle d’un papi grognon, cela change de la femme divorcée désespérée, et si Ferdinand a l’air d’être beaucoup inspiré par Raymond de la série Scènes de ménages sur M6, et bien ce personnage m’a bien plu néanmoins. Ce livre narre un duel dans un immeuble propret entre une concierge psychosée et notre papi emmerdeur , rejoint dans sa lutte par une gamine jamais rassasiée et un peu trop cultivée pour son âge (parole de prof, elle est moyennement crédible et ses pensées ressemblent plus à celles d’une quinquagénaire).

Les personnages sont attachants, et le scénario de base attrayant. Mais la cohérence est absente, et l’auteure en fait trop. Si le côté bougon du personnage de Ferdinand m’a bien fait sourire, son retournement de caractère m’a paru incohérent. Un homme aigri qui n’a pas su s’occuper correctement de sa femme et de sa fille ne se trouve pas du jour au lendemain un coeur empli d’amour pour son prochain. Idem pour l’intrigue sur la chienne Daisy, dont les péripéties finales m’ont fait lever les yeux aux ciel. Certes, l’auteure voulait finir sur du positif. Mais (désolée pour le spoil), ressusciter un animal de manière abracadabrantesque était inutile. A la fin de l’ouvrage, aucune part d’ombre, Ferdinand a (re-spoil) l’amour, sa famille près de lui avec même des pièces ajoutées, sa concierge tant haïe disparue de la circulation, son appart propre, des amis et sa chienne. Trop c’est trop, une partie seulement de cette liste aurait suffi.

De plus, à mon goût, l’humour aurait pu être un peu plus poussé. Les amorces sont là, mais auraient pu être abouties, les répliques plus cinglantes. Mais nous sommes dans un livre « feel good », on ne doit pas être trash. Alors j’ai souri, pas ri. Ce qui est déjà pas mal.

En fait, je pense tout simplement que le style « feel good » n’est peut-être pas pour moi. Mais histoire d’être sûre, je compte encore essayer une dernière fois, si l’occasion se présente. Après tout, j’ai adoré nombre d’ouvrage d’Anna GAVALDA, elle-aussi estampillée de ce label, dont notamment Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, un ouvrage que je lis et relis avec plaisir.

En conclusion,  Mémé dans les orties est un livre léger, qui permet de se détendre entre deux lectures disons plus « sérieuses » (même si je trouve ce terme aussi méprisant que l’article de l’Express cité plus haut). Je ne regrette pas d’avoir lu ce livre, qui m’a bien détendue, même s’il n’a pas changé ma vie, et peut admettre qu’il ait plu au public. Après tout, il en faut pour tout le monde, et je refuse que le succès commercial de ce livre soit usé pour dévaloriser l’auteure et ses lecteurs 😉

Publicités

5 réflexions sur “Mémé dans les orties

      • Oui, j’ai lu aussi Minute, papillon. Et j’ai préféré Mémé dans les orties. Dans Minute, papillon, il y a beaucoup trop de clichés pour moi. Je sais que certains en raffolent, mais ce n’est pas trop mon truc. Après c’est une lecture sans prise de tête à lire entre deux, comme tu dis. Ça me fait un peu penser aux feuilletons de noël où tu sais très bien ce qui va se passer mais que tu regardes quand même de temps en temps pour faire une pause entre deux séries à suspense 😆

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s