Premières Lignes #54: Boudicca

Basé une idée de Ma Lecturothèque, il s’agit de citer les premières lignes d’un livre pris dans sa bibliothèque. Cela vous permet de découvrir l’univers d’un auteur et qui sait de vous donner envie de lire l’ouvrage, et de mon côté, de sortir des livres de ma PAL ou de me replonger dans des vieux livres et de les relire, qui sait? Le concept m’a fait songé au Test de la Page 99, précédemment évoqué dans un article du Baz’Art, et j’y ai immédiatement adhéré!

Pour ce cinquante-quatrième rendez-vous, publié tous les mercredis, voici quelques lignes d’un livre de ma PAL: « Boudicca » de Jean-Laurent DEL SOCORRO.

 » Il n’y a pas de hasard, ni d’autre destin que celui que nous choisissons d’incarner.

Antedios, mon père, est seul malgré les centaines de guerriers tatoués au bleu de guède qui sont regroupés autour de lui à Gogmagog. Il lui manque Andraste, sa porteuse de bouclier avec qui il a gagné les batailles qui ont fait de lui le roi des Icènes. Il a dû abandonner sa reine car un autre combat attend ma mère: celui de ma délivrance. Aujourd’hui Antedios est un roi qui doit tuer pour survivre; ma mère, une femme qui va se battre pour donner la vie.

Mon père a peur, un mal nouveau pour ce guerrier invaincu et qui lui enserre le corps comme la main glacée de Morrigan elle-même. Il craint de perdre ce royaume qu’il vient à peine de conquérir. Il doute, surtout de lui, jeune roi à peine forgé par le temps. Pour chasser son malaise il demande aux devins de prédire l’issue de la bataille mais les runes se taisent, pierres inutiles au fond d’un trou creusé à même la terre. »

J’ai acquis ce livre aux Imaginales 2018, et le lis également dans le cadre d’une lecture commune avec Anaïs. Et autant dire que ces Premières Lignes me donnent sacrément envie de poursuivre ce livre immédiatement, bousillant au passage le planning de lecture auquel je m’astreins, vu la hauteur de ma PAL. Il m’a été difficile de cesser de recopier ces lignes, tant j’avais envie de prolonger le moment.

Le style est très évocateur, et le peu qu’on lit des personnages donne envie de davantage les connaître. Depuis le temps que je rédige des Premières Lignes, je me dis qu’il serait sympa de faire un classement des livres les plus efficaces dans ce domaine, et nul doute que « Boudicca » fera partie de la liste!

 

Publicités

3 commentaires sur “Premières Lignes #54: Boudicca

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :