Rupture dans le réel T2: Emergence

Résultat de recherche d'images pour "l'aube de la nuit hamilton"Titre: L’Aube de la Nuit
Première partie : Rupture dans le réel (Tome 2 : Emergence)

Auteur : Peter F Hamilton

Date de parution : 1996 (Royaume-Uni) ; 1999 (France)

Edition : Pocket Science-Fiction

Nombre de pages : 508

Où l’obtenir : d’occasion ; sur internet ou en magasin spécialisé dans les livres d’occasion

Note : 4/5

Résumé (attention, risque de spoilers) :

            La « chose » qui est apparue sur Lalonde se répand maintenant sur toute la planète, frappant colons et déportés et progressant inexorablement vers la capitale planétaire. Elle commence même à se répandre dans le reste de la galaxie maintenant que Quinn Dexter, le premier « possédé », est parvenu à quitter la planète. Les efforts des autorités de Lalonde sont impuissants à maintenir l’ordre et à contenir l’avancée de la « chose ». Les espoirs des habitants reposent désormais sur une intervention des forces spatiales de la confédération, et sur les mercenaires recrutés par les autorités locales. De son côté Joshua Calvert, désormais capitaine indépendant, se lance dans la « course de Norfolk », seule source dans toute la galaxie des fameuses « Larmes », boisson recherchée et hors de prix. Mais sa route passe justement par Lalonde, alors que la planète sombre petit à petit dans le chaos. Et pendant ce temps, sur Tranquilité, les recherches sur les Laymils se poursuivent. Saura-t’on bientôt ce qui a provoqué la disparition de cette civilisation ?

Mon avis :

            Emergence est la suite directe de Genèse (voir ma chronique précédente), d’ailleurs on peut trouver les deux tomes (ainsi que le troisième, Expansion) réunis en une seule édition intégrale chez certaines maisons d’édition.

            Pour aller droit au but, j’ai trouvé ce 2e volet de Rupture dans le Réel très bon, avec globalement les mêmes qualités que le précédent. Comme Genèse, Emergence est un très bon roman tourne-page, que j’ai lu en moins d’une semaine sans m’ennuyer à un moment. P.F Hamilton continue l’exposition de son univers, dont l’immensité et la profondeur sont parmi mes principales raisons pour continuer la lecture de L’Aube de la Nuit. D’autant plus qu’Emergence évite l’écueil majeur qui aurait été d’être trop (voir purement) descriptif. Alors certes il y a masse description, mais la plupart des éléments d’exposition sont bien intégrés à l’histoire de sorte qu’ils semblent s’insérer « naturellement » dans le cour de celle-ci, évitant ainsi de casser le rythme du récit pour une séance d’explication ou de description d’univers. Une qualité que j’ai beaucoup apprécié ici (d’autant que ce point constituait à mes yeux un défaut majeur d’une autre œuvre majeure de SF dont j’avais parlé précédemment).

            Concernant l’histoire, Emergence poursuit le développement de celle entamé dans le premier tome, tout en ouvrant de nouveaux arcs narratifs potentiels (la course de Norfolk ou Valisk par exemple). De plus comme pour les éléments d’exposition dont je parlais précédemment, ces nouveaux arcs sont suffisamment reliés à la trame principale pour donner une impression de cohérence d’ensemble. L’ambiance du livre évolue également par rapport au précédent, avec des influences « romantico-victorienne » lors de l’arc sur Norfolk (qui m’a personnellement fait penser à un roman de Jane Austen ou des sœurs Brontë), tandis que d’autres moments m’ont fait penser au film Predator. Autre point positif à mes yeux, le mystère entretenu autour de la « chose » apparue sur Lalonde, les éléments de réponse apportés permettant de mieux la cerner sans lever totalement le voile puisqu’elle n’est jamais clairement définie. En tout cas, on a compris qu’elle est extrêmement dangereuse et aura certainement un rôle majeur à jouer avant la fin de l’histoire.

Sans titre.png

            Enfin côté personnage on retrouve ceux du premier tome (Joshua, Ione, Quinn, Marie, etc), et on en découvre de nouveaux (André Duchamps, la famille Kavanagh, etc). J’ai d’ailleurs trouvé plusieurs nouveaux personnages plus intéressants que certains anciens, notamment que Ione (assez peu active dans ce tome) ou que Joshua (qui m’agace de plus en plus, même si c’est sans doute une volonté de l’auteur de lui donner ce rôle de sale c*n, et que cela lui permettra peut-être de se racheter dans les prochains tomes). On finit cependant par s’attacher à eux, en tout cas en qui me concerne, et j’ai même été peiné par certaines morts (notamment celle d’un personnage qui n’était pourtant pas l’un des principaux).

            Pour conclure, Emergence est une très bonne suite, qui continue très bien le travail commencé avec Genèse et m’a donné envie de continuer plus loin. Si pris séparément chacun de ces deux romans ne m’a pas paru exceptionnel, ils ont cependant le potentiel de constituer avec la troisième parti un tout supérieur à la simple somme des parties. Alors rendez-vous dans une prochaine chronique pour le troisième et dernier tome de Rupture dans le réel, Expansion.

D’ici là portez vous bien et n’oubliez pas : la lecture, c’est l’aventure !

Publicités

3 réflexions sur “Rupture dans le réel T2: Emergence

  1. Quand un deuxième tome laisse une impression aussi positive que le premier, c’est plutôt bon signe (en général, c’est là que les choses se gâtent). Voilà qui donne envie d’être curieux et de découvrir la trilogie.

    • Je ne connais pas encore la saga du Commonweatlh, mais au vu de « L’Aube de la nuit » je pense qu’elle va rejoindre ma liste de livres à lire (avec le cycle de la flotte perdue, dont j’ai vu que tu parlais sur ton blog). Reste plus qu’à trouver deux salaires pour tout acheter, et surtout deux vies pour avoir le temps de tout lire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s