Premières Lignes #64: Arcadia

Basé sur une idée de Ma Lecturothèque, il s’agit de citer les premières lignes d’un livre pris dans sa bibliothèque. Cela vous permet de découvrir l’univers d’un auteur et qui sait de vous donner envie de lire l’ouvrage, et de mon côté, de sortir des livres de ma PAL ou de me replonger dans des vieux livres et de les relire, qui sait? Le concept m’a fait songé au Test de la Page 99, précédemment évoqué dans un article du Baz’Art, et j’y ai immédiatement adhéré!

Pour ce soixante-quatrième rendez-vous, publié tous les mercredis, voici quelques lignes d’un livre de ma PAL: Arcadia, de Fabrice Colin.

 » Il ne lit plus à présent, il n’en a plus la force. Lever un bras, se dresser sur un coude: il en serait incapable. Les yeux fixés au plafond, il est condamné à l’attente.
De temps à autre, la fatigue semble venir à bout de ses souffrances et il s’enfonce dans un sommeil aveugle, mais lorsqu’il se réveille, c’est pour constater avec désespoir qu’il est encore en vie et que la douleur ne l’a pas quitté.

-Avez-vous déjà vu quelqu’un  mourir? demande-t-il à Severn.

Joseph approuve.

-Dans ce cas, je vous plains.« 

J’ai acheté ce livre car j’ai eu tout simplement un coup de coeur pour sa couverture, en voici une photo que j’ai prise:

Capture d’écran 2018-11-20 à 09.00.52.png

Les fioritures dorées, l’illustration poétique de ce bateau volant dans les airs… Tout était délicieusement steampunk et m’a immédiatement attirée.
Le résumé, aussi, m’a beaucoup plu:

« Londres, 1872.
Dans le monde d’Arcadia, la réalité a les couleurs du rêve : un royaume idéal, baigné de féerie arthurienne, dans lequel les ministres sont poètes et les artistes sont rois, où le futur est tabou et la mort improbable.
Un jour pourtant, d’étranges présages viennent troubler la sérénité de la belle capitale. Neige bleutée, vaisseau fantôme… Le peintre Rossetti et ses amis se sentent mystérieusement concernés. Cent quarante ans plus tard, dans un Paris agonisant plongé sous les eaux, quatre jeunes gens férus d’art victorien entendent le même appel, et s’apprêtent à déchirer le voile qui sépare les deux mondes. »

Un livre sur Rossetti et sur le Paris de 1800, c’était fait pour moi. Et ces premières lignes, simples certes mais non dénuées de charme, continuent à me convaincre. J’ai hâte de finir mes SP pour enfin me lancer dans cette joli lecture 🙂

Et vous, qu’avez-vous pensé de ces Premières Lignes?

Voici la liste des autres participants à ce joli rendez-vous:

• La Chambre rose et noire
• Light & Smell
• Chronicroqueuse de livres
• Les livres de Rose
• La couleur des mots
• Au détour d’un livre
• Lady Butterfly & Co
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• La Voleuse de Marque-pages
• Le Monde de Callistta
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Hubris Libris
• Selene raconte
• Les lectures d’Angélique
• Pousse de gingko
• Rattus Bibliotecus
• La Pomme qui rougit
• Ma Petite médiathèque
• Saveur littéraire
• Prête-moi ta plume
• Chat’Pitre
• Envie de lire
• La Booktillaise
• Lectoplum

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :