Livres·Science Fiction/ Horreur/ Policier

Uglies

Uglies par WesterfeldAuteur : Scott WESTERFELD

Année : mai 2007

Éditions : Pocket Jeunesse

Nombre de pages : 430

Note : 3♥ /5

Où l’acheter: dans toutes les bonnes librairies, PKJ

Résumé:

Tally aura bientôt 16 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle s’apprête à subir l’Opération et à intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis, Tally n’aura plus qu’une préoccupation, s’amuser…
Mais la veille de son anniversaire, Tally découvre le monde des rebelles. Là-bas, elle apprend que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu’un secret d’État : une manipulation.
Que va-t-elle choisir ? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection?

L’Avis d’Elodie:

J’avais pas mal entendu parler de cet ouvrage, sorti il y a déjà une dizaine d’années, et qui est le premier tome d’une saga de 3 tomes, plus 2 ouvrages complémentaires. Alors lorsque je l’ai repéré dans les rayonnages fraichement rangés du CDI de mon établissement, j’ai craqué et l’ai emprunté.

« Uglies » est une dystopie destinée aux adolescents, un genre que j’apprécie beaucoup. En d’autres termes, c’est une fiction d’une société futuriste où la société empêche ses membres d’atteindre le bonheur.
Une définition d’autant plus ironique qu’en lisant le résumé, on a l’impression que tout est fait dans le monde de l’héroïne pour que ses protagonistes soient ravis: Pour éviter tout forme de discrimination, les jeunes de 16 ans se voient tous offrir une opération afin d’atteindre la symétrie parfaite et gommer leurs imperfections physiques. Ils passent de « uglies » (laids) à « pretties » (beaux). Un ravalement de facade gratuit, pour ensuite vivre une existence choyée, que demander de plus? Et bien la liberté de choisir, tout simplement. Devenir « pretties » est un fait établi, non une option. Et si Tally est ravie au début de l’ouvrage de voir son seizième anniversaire approcher, sa rencontre avec Shay, une ado un peu rebelle, lui fera se poser pas mal de questions.

La réflexion sur la beauté, la discrimination est bien menée, et c’est un sujet qui interroge beaucoup le public cible, c’est-à-dire les ados de 15 ans. Tally n’est pas laide, mais elle le ressent comme tel, car elle a grandi dans une société où tout tourne autour de sa future transformation. Les cours à l’école évoquent un temps ancien (le notre) où les gens n’avaient pas les mêmes chances en raison de leur apparence physique ou de leurs origines. Avant 16 ans, les enfants sont séparés de leurs parents pretties et mis dans un internat où les surnoms cruels sont légion, mais ce n’est pas grave, car c’est temporaire et ils disparaîtront avec l’opération de chirurgie qui va de pair avec le seizième anniversaire. Ce culte de la beauté, censé palier à toute forme de discrimination, est inquiétant: les pretties se ressemblent tous, ils perdent leur personnalité pour devenir des personnes stéréotypées. Gavés par une société qui leur donne tout, ils ne pensent plus par eux-mêmes et sont soumis aux autorités, à leur Etat bienfaiteur. Les plus beaux d’entre eux, les specials qui ont des fonctions importantes, sont même terrifiants tant leur allure semble irréelle. Et que dire de l’opération? Raboter des os, injecter du plastique partout, détacher la peau des muscles… Autant d’horreurs qui ne paraissent guère nécessaires envers des ados un peu gauches et boutonneux.

Au fur et à mesure de l’ouvrage, Tally se rend doucement compte de ces problèmes, et surtout du fait qu’on ne lui laisse pas de libre arbitre. Elle réalise aussi que les pretties semblent tous formatés… comme si on n’avait pas que modifié leur physique, mais aussi leur mental pour qu’ils soient les plus passifs possible. Ces révélations, elle les a grâce à sa découverte de la Fumée, une sorte de contre-société qui recueille ceux qui refusent l’opération et qui se sont enfuis. En plus du thème du libre arbitre, l’ouvrage parle donc aussi du fait de se rebeller contre un gouvernement lorsqu’il nous paraît injuste, sujet romanesque par excellence.

Enfin, autre sujet sérieux, l’écologie. Tally vit dans un monde qui méprisent l’ancien temps des Rouillés, qui se trouve être notre monde actuel. Elle est élevée dans la juste idée que nous avons gaspillé nos ressources et qu’à force de jouer aux sorciers en croisant les plantes pour les rendre meilleures ou plus résistantes, nous avons crée notre propre fin. Néanmoins, le monde des uglies-pretties n’est pas exempt de défauts: le gaspillage reste récurrent, et les gens ne vivent plus au contact de la nature.

Les thèmes abordés sont donc, vous l’aurez compris, intéressants et bien menés, et incitent à réfléchir, point des plus positif.

Du côté des bémols, j’ai trouvé les personnages sympathiques, mais sans plus. Je n’ai eu d’atomes crochus avec personne, aucun protagoniste ne s’est distingué. L’idylle de Tally avec David, ado de la Fumée, m’a laissée au mieux indifférente, et au pire m’a agacée, notamment lorsque l’auteur s’est mis en tête de créer un triangle amoureux avec Shay.

Par rapport au rythme de l’ouvrage, le démarrage est peu lent certes mais passé les 3-4 premiers chapitres, qui sont très courts, l’histoire est bien lancée. Le style d’écriture n’est pas simpliste malgré le public visé, les formulations sont soignées sans être trop grandiloquentes. La troisième personne est usée, mais Scott WESTERFELD a su transmettre de manière imagée les ressentis de son héroïne, ce que j’ai apprécié.

En conclusion, cette dystopie se veut être une critique de notre société m’as-tu-vu et consumériste. Si les thèmes abordés sont bien menés, le scénario en lui-même est un peu faible et les personnages ne présentent que peu d’intérêt. Ca a été un moment de lecture rapide et agréable, mais ce n’est pas un coup de coeur!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s