Actualités·Premières Lignes

Premières Lignes #75: Sorcière malgré elle

Basé sur une idée de Ma Lecturothèque, il s’agit de citer les premières lignes d’un livre pris dans sa bibliothèque. Cela vous permet de découvrir l’univers d’un auteur et qui sait de vous donner envie de lire l’ouvrage, et de mon côté, de sortir des livres de ma PAL ou de me replonger dans des vieux livres et de les relire, qui sait? Le concept m’a fait songé au Test de la Page 99, précédemment évoqué dans un article du Baz’Art, et j’y ai immédiatement adhéré!

Pour ce soixante-quinzième rendez-vous, publié tous les mercredis, voici quelques lignes d’un livre de ma PAL: « Sorcière malgré elle » de Méropée MALO.

« Immobile devant le numéro 10 de l’allée des Tilleuls, Assia connaissait l’un de ces moments dans une vie où tout peut basculer. Son cœur battait trop vite. Ce n’était pas qu’elle hésitait à avancer, non: elle était terrifiée.

La maison qu’elle contemplait depuis la rue s’élançait vers le ciel, austère et élégante avec son porche protégeant l’entrée des embruns, sa porte aux montants en bois ciselés et son toit d’ardoises garni de fenêtres en œil-de-boeuf. Une branche de glycine fanée avait accroché ses spires sur un volet et cachait une fenêtre qui ne devait plus pouvoir s’ouvrir. 

Qu’une simple plante impose sa volonté à sa mère et à sa tante avait de quoi étonner la jeune fille, mais à cet instant, c’était bien le cadet de ses soucis. »

J’ai croisé Méropée Malo lors des Imaginales 2018. Son livre n’existant alors qu’en grand format, et ayant déjà bien explosé mon budget salon, je me suis dit que j’attendrais la sortie en poche pour acquérir l’ouvrage. C’est donc chose faite!

La couverture de chez Castelmore est d’ailleurs très belle, cela fait plaisir de voir de plus en plus de soin dans les jaquettes, à l’image des anglosaxons qui transforment les livres en véritables trésors.

Pour en venir à ces Premières Lignes, elles sont efficaces. Le procédé d’inclure immédiatement le lecteur dans une action en cours est traditionnel, mais cela marche. Le décor est d’ores et déjà planté, la maison décrite de manière poétique avec un  vocabulaire choisi qui laisse des indices clairs (embruns = bords de mer, plante rebelle = maman ayant un problème?). Bref, des Premières Lignes réussies de bon augure pour la suite de cet ouvrage certes estampillé « Young adult », mais qui semble très mature dans son style!

3 commentaires sur “Premières Lignes #75: Sorcière malgré elle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s