autoédition·Fantasy et Fantastique·Historique·Livres

1515-1519

Auteur : Chroniqueur de la tour
Maison d’édition : Librinova
Date de sortie : 22 mai 2018
Pages : 481
Prix : 18,90 euros
Note: 3♥ / 5♥

Résumé:

1er Janvier 1515. François Ier devient Roi de France. Il se doute qu’il va vivre des événements extraordinaires mais il sous-estime largement ce qui l’attend. Il va découvrir que l’Histoire n’est qu’un théâtre où s’affrontent des forces obscures en coulisses. Tout ce qu’il croyait solide, tout ce qu’il pensait vrai sera bouleversé. Car le monde est en train de basculer. Pour une damnation ou pour une renaissance ?

De Paris à Marignan, de La Havane à Venise, un roman qui mêle fiction historique et fantasy épique à une échelle inédite. Aventures, complots, grandes batailles et magie qui raviront autant les amateurs d’Alexandre Dumas que des séries fantasy à succès.

L’Avis d’Elodie:

Avant tout , je tenais à remercier l’auteur pour sa confiance et sa sympathie. En effet, je lis cet ouvrage dans le cadre d’un service presse décroché sur Simplement Pro. Aimant les romans historiques, biberonnée aux écrits de Dumas, Druon, Scott et plus tard Benzoni ou Chauveau, je cherchais sur la plateforme un ouvrage de ce style et au vu du résumé, je ne pouvais pas passer à côté de cet ouvrage!

Je dois néanmoins avouer avoir été un peu déboussolée au début de ma lecture, et avoir eu du mal à entrer dans le roman… J’ai parfois eu des difficultés à accrocher à des efforts stylistiques certes soulignables, mais qui m’ont fait parfois quitter la narration. Les descriptions sont en effet extrêmement denses, et j’ai parfois perdu un peu le fil de ma lecture à cause d’elles. Néanmoins, le style d’écriture est très élégant et maîtrisé. Le vocabulaire est choisi et d’une rare finesse, en voici un extrait afin de vous donner une idée:

Le Chevalier Bayard défendait le souverain avec une grande efficacité. Il parait et enchaînait les coups de taille avec adresse, lui couvrant ses arrières. Leurs destriers étaient côte à côte. On aurait dit que se battait un être chimérique avec deux têtes de cheval aux extrémités et deux bras portant des épées qui virevoltaient dans les airs avant de plonger dans les chairs. François aimait sentir Bayard à ses côtés. Cela l’encourageait lorsqu’il sentait ses forces faiblir et il fixait la cadence de ses coups sur celle du chevalier. Bayard, quant à lui, avait son ardeur à combattre décuplée car il se sentait directement responsable de la survie du Roi et cette mission sacrée ne souffrait nulle faiblesse.

Le roman mêle histoire et fantasy, et ce dernier aspect est introduit doucement dans le roman, ce que j’ai apprécié. On rencontre d’abord un ange au couronnement de celui qui devient François Ier, puis on découvre les fantômes des anciens rois de France, puis des elfes, des nains… Si de prime abord de tels choix surprennent, c’est ce qui pour moi fait la réelle valeur ajoutée de cet ouvrage. L’auteur prend des risques, mélange des genres censés s’opposer et arrive à bien équilibrer le tout, une jolie performance.

Le Chroniqueur de la Tour veut nous narrer l’histoire d’un monde en basculement, plein de dualité, entre religion et paganisme, intérêt personnel et bien commun. Ambition, cupidité, complots… Les thèmes sont passionnants, le déroulé l’est également, mais un problème subsiste. Beaucoup de personnages défilent dans l’ouvrage, et si tous sont décrits avec soin, je n’ai pas accroché à un protagoniste en particulier et l’ai regretté.  Ni François Ier, ni Charles de Habsbourg n’ont trouvé réellement grâce à mes yeux… Idem, beaucoup d’événements, beaucoup de lieux sont présentés, mais je me suis retrouvée portée par un flux d’informations peut-être trop conséquent pour moi!

J’imagine que la période où j’ai lu l’ouvrage ne se prête pas à une lecture aussi dense, et qu’il est davantage temps pour moi de lire des choses plus légères… Je compte donc bien réitérer l’expérience, relire cet ouvrage dans quelques mois et si mon point de vue évolue, modifier cette chronique.

En conclusion:

Vous l’aurez compris, je suis quelque perdue à l’heure où je rédige cette chronique. Si j’ai apprécié les efforts d’écriture de l’auteur et son style pointu, je n’ai hélas que moyennement adhéré au roman dans son ensemble, ce que je regrette… J’ai apprécié le mélange fantasy et histoire, que j’ai trouvé original, mais ai eu du mal à me passionner pour l’ouvrage. Bref, le meilleur que je puisse faire est de vous inciter à découvrir cet ouvrage par vous même, car c’est malgré mes bémols une rareté qui mérite d’être lue, et à ne pas hésiter à discuter en commentaire si vous l’avez déjà découvert!

 

Un commentaire sur “1515-1519

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s