BD, Comics et Mangas·Mangas

Zéro pour l’éternité

Résultat de recherche d'images pour "Zéro pour l'éternité"Auteur : Hyakuta Naoki (scénario) ; Soichi Sumoto (dessins)

Editeur : Delcourt

Parution : 2013 à 2014 (5 tomes)

Note : 5/5

Résumé :

A la mort de leur grand-mère Kentaro et Keiko apprennent que leur vrai grand-père était un aviateur japonais, mort lors d’une mission kamikaze à la fin de la seconde guerre mondiale. A la demande de sa sœur Kentaro, jeune homme peu motivé par la vie et le travail après une rupture amoureuse et un quadruple échec au concours de la magistrature, va entreprendre des recherches sur ce grand-père inconnu. En voyageant à travers le Japon pour rencontrer les témoins survivants, Kentaro découvrira petit à petit que son grand-père était un personnage bien plus complexe qu’il ne pensait. Ces recherches sur le passé familial seront également une quête identitaire et historique qui le transformera.

L’Avis de Clement:

J’ai toujours aimé les récits historiques, la seconde guerre mondiale, et l’aviation. Je me suis donc facilement laissé tenter par Zéro pour l’éternité, que j’ai découvert grâce aux suggestions automatiques du site de la FNAC, il y a quelques années maintenant.

Zéro pour l’éternité est un excellent manga, qui nous fait voyager entre le Japon des années 2000 et celui des années 30 à 45, ainsi que sur les différentes zones de combat du Pacifique, en s’appuyant sur un solide travail de documentation historique. On suit ainsi le grand-père du narrateur lors des premiers combats de Pearl Harbor, puis à la bataille de Midway où la « flotte combinée » subit une lourde défaite face à l’US Navy. Commence ensuite la descente vers l’enfer pour l’aéronavale nippone, des terribles combats de Guadalcanal jusqu’aux dernières tentatives désespérées pour ralentir l’avance inexorable de l’US Navy. En cinq volumes l’auteur raconte une histoire passionnante, dense et avec une profondeur qui va au delà du simple récit de guerre.

Zéro pour l’éternité est intéressant pour le récit qu’il fait de la guerre du point de vue japonais, en évitant le double écueil de la victimisation des soldats comme celui de la glorification à outrance du militarisme. Les militaires ne sont pas tous des fanatiques imbéciles ni des victimes ; et s’ils n’aiment pas forcément tous se battre, ils sont résolus à faire ce qu’ils considère comme leur devoir. Ce sont aussi des personnages très humains, notamment dans les raisons qui ont poussé certains d’entre eux à rejoindre l’aéronavale.

L’auteur n’hésite pas non plus à montrer toute la dureté de la société japonaise des années 30, particulièrement dans les forces armées : les brimades infligées aux recrues pour les « endurcir », le mépris des gradés, l’entraînement intensif voir inhumain, etc. Les passages se déroulant pendant la guerre abordent des thèmes classiques des récits de guerre : le sacrifice, la fraternité d’armes, etc. Ceux qui se déroulent au XXe siècle abordent plutôt les questions de la transmissions ou de la mémoire, notamment la manière dont un fait est perçu aujourd’hui et celle dont il était perçu par ceux qui l’ont vécu.

m.jpg

Le manga traite également des kamikaze d’une manière plus complexe et nuancée que les clichés traditionnels, surtout aujourd’hui où ce terme est employé souvent à tort et à travers. Ni héros ni criminels, ce sont là encore des êtres humains avec des motivations plus complexes. L’auteur rétablit également une distance entre les kamikazes japonais et les auteurs d’attentats suicides contemporains, en rappelant que les contextes, motivations et buts ne sont absolument pas les mêmes et qu’il n’y a rien de commun entre les pilotes des unités d’attaque spéciale et les terroristes du World Trade Center si ce n’est la mort au bout de la mission.

Les personnages sont tous très bien écrits. Kentaro, le personnage principal, évolue tout au long du récit. Étudiant découragé par ses échecs successifs au concours de la magistrature qui passe ses journées à ne rien faire au début de l’Histoire, ses recherches sur son ancêtre lui permettront de retrouver confiance, et de retrouver l’envie de faire quelque chose. Les vétérans ayant connu le grand-père apportent chacun un regard différent sur ce dernier, et sur la guerre elle-même. Leurs différents points de vue forment une trame dont le motif global se révèle petit à petit.

Mais le meilleur personnage est le grand-père lui-même, Kyuzo Myabe. Vu comme un lâche par les uns, comme un héros par les autres, pilote hors-pair, as de la chasse, mari et père ayant promis de retrouver les siens mais se portant finalement volontaire pour une attaque suicide, c’est un personnage complexe (à l’image de l’histoire), que l’on découvre progressivement au fil de l’histoire et pour qui on éprouve une empathie croissante jusqu’à son dernier envol et son attaque finale, un moment épique qui offre au personnage une sortie de scène à sa hauteur.

b.jpg

Visuellement enfin, Zéro pour l’éternité est beau. Le découpage est fluide et lisible, les dessins très bons, avec des scènes de combat aériens dynamiques et visuellement très réussies. Les personnages sont facilement identifiables, les avions et les navires de guerre très bien dessinés (visiblement un gros travail de recherche et de documentation a été fait), et certains plans sur double-page sont vraiment magnifique.

En conclusion:

Bref Zéro pour l’éternité est une perle, un petit bijou injustement peu connu au milieu d’une montagne de mangas « mainstream », qui montre (s’il était besoin) que le manga ne se limite pas à Naruto et Fairy Tail. Un grand moment de littérature bédéesque, à découvrir absolument.

Portez vous bien et n’oubliez pas : la BD, c’est le pied !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s