Jeux vidéo

Valkyria Chronicles 4

Valkyria Chronicles 4:

  • Développeurs: Sega
  • Sortie: 2017 (version PC)
  • Support: PC, PS4, Nintendo Switch, X-Box One
  • Où l’obtenir: Steam, Amazon, FNAC, etc
  • Note: 5/5

Présentation:

Quatrième opus de la série des Valkyria Chronicles, dont le premier est sorti en 2008, Valkyria Chronicles 4 est un tactical RPG, comme la série Fire Emblem. Le joueur y incarne le lieutenant Claude Wallace, commandant de l’escadron E de l’armée de la Fédération, en guerre contre les troupes de l’Empire pendant la seconde guerre mondiale d’Europa. Accompagné de ses amis d’enfance Raz, Kai et Riley, il devra mener son escadron au combat dans les territoires impériaux, traverser la mer de Cristal et affronter la « Sorcière de l’Hiver » pour mettre un terme au conflit.

L’avis de Clement:

J’ai découvert Valkyria Chronicles 4 en regardant Bob Lenon et le Joueur du Grenier y jouer. Je me suis dit « dis-donc, il a l’air pas mal ce jeu », je l’ai acheté, téléchargé et j’y ai joué. Et comme vous devez vous en douter si vous avez vu ma note, j’ai eu un vrai coup de coeur pour ce jeu, malgré certains défauts sur lesquels je reviendrai plus loin.

Visuellement tout d’abord Valkyria Chronicles 4 est beau. Pas dans le sens « graphismes full HD-4K ultra-haute définition », mais pour son identité visuelle, avec ses graphismes en cell-shading très « bande-dessinée » (on retrouve notamment des onomatopés comme « tactactac » ou « kaaaboum » qui apparaissent au moment des tirs ou des explosions). L’univers est un mélange de steampunk-magie et d’une sorte d’Europe alternative des années 1930. La bande-son est excellente, que ce soit les voix des personnages (uniquement en anglais ou en japonais cependant, avec sous-titres français), les bruitages (tirs, explosions, bruits de pas, etc) ou la musique (capable de faire ressentir toute « l’épiqueté » de certaines scènes).

a.jpg

Le gameplay de Valkyria Chronicles 4 reprend des principes connus des joueurs de Tactical RPG: sélection des équipiers à déployer avant chaque mission, gestion de l’expérience, amélioration de l’équipement, etc. Le jeu se déroule ensuite en semi par tour par tour, chaque camps disposant d’un certains nombre de points de commandement (dont le nombre varie en fonction du nombre de leaders présents). Ces points permettent de faire agir une unité sélectionnée. Contrairement à Fire Emblem (la référence du T-RPG), une même unité peut être sélectionnée et agir plusieurs fois par tour (mais sa jauge de déplacement diminue à chaque nouvelle sélection, ce qui la rend de moins en moins efficace).

b.jpg

Autre différence notable par rapport à Fire Emblem, les unités sélectionnées pendant la phase de commandement ne se déplacent pas sur un « quadrillage », mais dans un véritable décor en 3D en vue à la 3e personne. C’est à mon avis l’un des gros point fort de ce jeu, qui renforce l’immersion tout en rendant le gameplay plus complexe. On perd en effet la vue d’ensemble pour une vision du champs de bataille « à hauteur d’homme » où il est plus difficile de se repérer (la mini-carte va vite devenir votre meilleure amie).

Un autre point fort majeur de Valkyria Chronicles 4 est sa dimension tactique. Il faut prendre en compte la complémentarité entre les différentes « classes » (éclaireur, soldat d’assaut, sniper, etc), mais aussi entre les différents personnages grâce au système d’affinité (les personnages sont plus efficaces s’ils sont proches d’un autre avec qui ils ont une affinité). Il faudra également faire preuve de sens tactique pendant les phases de jeu, car les ennemis ne restent pas passifs mais tirent automatiquement sur tout ce qui entre dans leurs champs de vision (vos propres soldats font de même pendant le tour adverse). Enfin il faut également anticiper le tour de l’adversaire en faisant en sorte de ne pas finir avec une unité exposée à l’inévitable contre-attaque. Bref, Valkyria Chronicles 4 est un très bon jeu tactique, même si une fois qu’on a compris les mécanismes on peut gruger l’IA assez facilement avec de la patience. De plus les développeurs ont très bien géré la courbe de difficulté, les missions devenant progressivement de plus en plus difficiles.

c.jpg

Cependant, plus que le gameplay, l’intérêt d’un jeu comme Valkyria Chronicles 4 réside surtout dans son scénario et ses personnages. Et là, on a du bon et du moins bon.

L’histoire tout d’abord. Même si elle est globalement assez moyenne (j’ai trouvé notamment que les motivations du principal antagoniste n’étaient pas convaincantes, et la fin un peu « abrupte »), elle se laisse suivre et a su garder mon attention tout du long. Evidemment on échappera pas à certains poncifs des shonen et des J-RPG: le pouvoir de l’amitié, surmonter ses faiblesses, les dialogues un peu niais sur à quel point la guerre c’est l’enfer mais on ira jusqu’au bout pour protéger ses amis, etc. Cependant ces poncifs sont plutôt bien utilisé, sans « brio » ou originalité, mais assez efficacement, et ça me convient parfaitement.

Du côté des personnages on a la aussi droit à tous les clichés shonen-RPG: le héros un peu timide et réservé mais qui-en-vrai-est-plus-fort-qu’il-parait, le bad-boys-tête-brûlée-mais-loyal-et-avec-un-bon-fond, la fille qui au-début-déteste-le-héros-mais-va-tomber-amoureuse-de-lui, la tsundere (fille hautaine et distante) rivale du héros, la kuudere (fille froide qui devient par la suite chaleureuse), etc. Cependant tous ces personnages sont assez bien écrit pour qu’on s’attache suffisamment à eux, y compris aux personnages secondaires. Ceux-ci ne sont d’ailleurs pas des soldats anonymes mais on un nom et un prénom, et on peut en apprendre un peu plus sur eux et leurs passés via leurs biographies et les « histoires d’escadrons » (des missions annexes consacrées à deux ou trois de ces personnages).

a.jpg

En conclusion:

Pour conclure Valkyria Chronicles 4 est un très bon Tactical RPG, qui saura sans aucun doute vous satisfaire si vous aimez le genre et que vous n’êtes pas réfractaire à son style très très « Shonen ». Avec l’histoire principale, les missions annexes (escarmouches, histoires d’escadrons) et les DLC téléchargeables (dont le DLC « Maillots de bains », incontournable des productions japonaises), vous avez de quoi vous occuper plusieurs dizaines d’heures.

Portez vous bien et n’oubliez pas: le jeu vidéo, c’est beau!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s