Actualités·Premières Lignes

Premières Lignes #114: Les Misérables

Basé sur une idée de Ma Lecturothèque, cet article a pour but de citer les premières lignes d’un livre pris dans sa bibliothèque. Cela vous permet de découvrir l’univers d’un auteur et qui sait de vous donner envie de lire l’ouvrage, et de mon côté, de sortir des livres de ma PAL ou de me replonger dans des vieux livres et de les relire, qui sait? Le concept m’a fait songé au Test de la Page 99, précédemment évoqué dans un article du Baz’Art, et j’y ai immédiatement adhéré!

Pour ce cent-quatorzième rendez-vous, publié tous les mercredis, voici quelques lignes d’un livre de ma bibliothèque: « Les Misérables » de Victor HUGO.

 » En 1815, M. Charles-François-Bienvenu Myriel était évêque de Digne. C’était un vieillard d’environ soixante-quinze ans ; il occupait le siège de Digne depuis 1806.

Quoique ce détail ne touche en aucune manière au fond même de ce que nous avons à raconter, il n’est peut-être pas inutile, ne fût-ce que pour être exact en tout, d’indiquer ici les bruits et les propos qui avaient couru sur son compte au moment où il était arrivé dans le diocèse. Vrai ou faux, ce qu’on dit des hommes tient souvent autant de place dans leur vie et surtout dans leur destinée que ce qu’ils font. M. Myriel était fils d’un conseiller au parlement d’Aix ; noblesse de robe. On contait de lui que son père, le réservant pour hériter de sa charge, l’avait marié de fort bonne heure, à dix-huit ou vingt ans, suivant un usage assez répandu dans les familles parlementaires. Charles Myriel, nonobstant ce mariage, avait, disait-on, beaucoup fait parler de lui. Il était bien fait de sa personne, quoique d’assez petite taille, élégant, gracieux, spirituel ; toute la première partie de sa vie avait été donnée au monde et aux galanteries. « 

J’aime beaucoup Victor Hugo, et notamment son magnifique Le dernier jour d’un condamné. Mais je dois avouer que ces Premières Lignes sont… difficiles. Le style est lourd, les descriptions longues, le phrasé compliqué. Mais je ne peux qu’encourager les potentiels lecteurs à passer les premiers chapitres, qui de plus n’apportent guère à l’histoire, pour ensuite arriver à entrer dans cet ouvrage culte qui mérite d’être lu!

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Light & Smell
Les livres de Rose
Lady Butterfly & Co
Le monde enchanté de mes lectures
Cœur d’encre
Les tribulations de Coco
La Voleuse de Marque-pages
Vie quotidienne de Flaure
Ladiescolocblog
Selene raconte
La Pomme qui rougit
La Booktillaise
Les lectures d’Emy
Songes d’une Walkyrie
Aliehobbies
Ma petite médiathèque
Prête-moi ta plume
L’écume des mots
Pousse de ginkgo
Ju lit les mots
À vos crimes
L’univers de Poupette
Le parfum des mots

4 commentaires sur “Premières Lignes #114: Les Misérables

  1. Perso j’adore Hugo. Je ne trouve pas non plus son style lourd, contrairement par exemple à un Proust, d’ailleurs je n’ai pas réussi à aller au bout du premier livre de la « Recherche du temps perdu ». En plus « Les misérables » c’est un vrai roman avec une histoire passionnante, des personnages attachants, le tout magnifiquement écrit (à côté de Victor Hugo le style de la plupart des autres auteurs que j’ai lu me semble à peine du niveau d’un lycéen moyennement doué). Bref, j’adore Hugo (des fois que ce soit pas clair), et j’ai adoré « Les misérables », lisez le, c’est un must to read.

    1. Si j’ai beaucoup aimé cet ouvrage de Hugo, je lui ai nettement préféré « Notre Dame de Paris » ou « Le dernier jour… » cité dans l’article.
      Par rapport à la lourdeur évoquée, personnellement je trouve ce début de livre un peu poussif par rapport à une suite qui est bien plus entraînante ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s