Fantasy et Fantastique·Livres

Les Aventuriers de la Mer – Intégrale 1

Résultat de recherche d'images pour "les aventuriers de la mer intégrale"Auteure: Robin HOBB
Date de parution: 2001-2007 en France
Nombre de pages: 960
Édition: J’ai lu
Prix: 18,60 euros
Note: 5/5

Résumé :

Althéa est la fille du capitaine Ephron Vestrit. Lorsque celui-ci meurt c’est Kyle Havre, le mari de la sœur d’Althea, qui reçoit le commandement de la Vivacia, la vivenef familiale. Dès lors Althéa n’aura de cesse de montrer sa valeur en tant que marin pour récupérer son navire.

Pendant ce temps Hiémain, le fils de Kyle qui l’a embarqué de force comme mousse sur la Vivacia, ne souhaite rien d’autre que retrouver son ancienne vie au monastère. Tandis que de son côté Kennit, le pirate au pavillon du corbeau, cherche à unir les pirates sous sa bannière afin de devenir leur roi. Et quoi de mieux pour cela que posséder une vivenef, ces vaisseaux magiques qui font la fortune des marchands de Terrilville ?

L’Avis de Clement

Les aventuriers de la mer est mon coup de cœur fantasy de ce début d’année 2020 (même si techniquement j’ai commencé à lire cette saga en décembre 2019, mais je n’ai pas lu très vite ces derniers mois, fin bon j’espère pouvoir retrouver un rythme plus soutenu à présent). Robin Hobb, à qui on doit également « L’assassin royal » (une autre perle de la SFFF dont j’espère avoir l’occasion de reparler un jour) confirme à mes yeux son statut d’auteur majeur de la SFFF contemporaine.

Les aventuriers de la mer est d’abord ce que j’appellerai un roman-univers. Ce dernier est le même que celui de « L’assassin royal », vous ne serez donc pas totalement dépaysé si vous avez lu cette série, même si l’histoire se passe bien loin des Six-Duchés, dans les mers du sud. L’univers des « Aventuriers de la mer » donc est riche. Avec ses lieux bien sur mais aussi ses peuples avec leur culture, leur façon de penser, leur histoire, etc. On découvre progressivement cet univers au gré des pérégrination des héros, et on a envie d’en savoir plus : quels sont les liens entre les marchands de Terrilville et ceux du Désert des Pluies ? Quels secrets entourent les vivenefs ? Comment vont évoluer les relations entre les Premiers et les Nouveaux marchands de Terrilville ? Que sont ou plutôt qui sont ces serpents de mer, et pourquoi tiennent-ils tant à retrouver « Celle-qui-se-souvient » ?

L’univers est d’autant plus fascinant que Robin Hobb écrit très bien (et/ou elle bénéficie d’un excellent traducteur). J’ai déjà ressenti ce sentiment de me trouver dans un autre monde en lisant pas mal d’oeuvre de SFFF, mais je dois reconnaître que Robin Hobb possède un talent au dessus de la moyenne en la matière. Que ce soit Terrilville et ses maisons marchandes où se nouent les alliances de familles, les ponts de la Vivacia parcourus par des marins affairés ou les îles des pirates, rarement un univers m’aura paru aussi vivant sous la plume d’un auteur. Robin Hobb ne fait pas que décrire le monde où prend place l’histoire, elle arrive à le faire ressentir, à le rendre palpable. Les scènes de vie en mer notamment sont saisissante de réalisme, grâce entre autre à l’utilisation abondante d’un vocabulaire maritime (on sent que l’auteur a bien travaillé son sujet). Ce vocabulaire est utilisé avec suffisamment d’habileté pour ne pas noyer le lecteur néophyte sous une avalanche de termes techniques, tout en lui permettant de se familiariser peu à peu avec l’univers de la mer, jusqu’à ce que des termes comme « coquerie » ou « affaler » deviennent familier.

Du côté de l’histoire « Les aventuriers de la mer » suit plusieurs personnages aux destins entremêlés, et se distingue de beaucoup de romans de SFFF que j’ai lu par son abondance de personnages féminins. J’avais quelques appréhensions du côté d’Althéa au départ (encore un cliché de personnage-féminin-fort, une Mary-Sue qui sait tout faire et qui va leur montrer à tous ces salauds de machistes, me disais-je), mais non. Althéa n’est pas parfaite, ne sait pas tout faire (j’ai adoré le passage où elle se rend compte qu’avoir accompagné son père à bord de son navire n’a pas fait d’elle un vrai marin) et va devoir apprendre à mériter sa place dans l’histoire, mais elle possède aussi les qualités pour être une héroïne. Un personnage très intéressant et bien écrit finalement. J’ai également beaucoup apprécié les autres femmes de la famille Vestrit, Ronica et Keffria. Cette dernière notamment semble suivre une évolution intéressante, à la fois sincèrement attachée à son mari mais devenant en même temps plus lucide sur celui-ci et cherchant à s’en émanciper. Encore deux personnages féminins très bien écrits, qui montrent s’il est besoin qu’il n’y a pas besoin de faire agir un personnage féminin « comme un homme » pour le rendre intéressant.

Côté masculin du casting le personnage de Brashen est également très intéressant. Un peu comme Althéa je craignais de me trouver face à un cliché de beau-brun-ténébreux, mais non plus. Brashen est un très bon personnage : il a des défauts, il est le seul responsable de son infortune, le sait et ne passe pas son temps à pleurer sur son sort, et surtout il est très compétent comme marin et ne sert pas de faire-valoir à Althéa. L’évolution de Hiémain est également très intéressante, entre son désir de quitter Vivacia pour retrouver son ancienne vie et le lien qu’il partage avec le navire. Enfin terminons ce très bref aperçu des personnages avec Kennit. Un personnage qui peut être cruel, manipulateur, méprisant, bref un beau salaud totalement haïssable, mais également cultivé et raffiné, charismatique, capable d’exercer une réelle fascination sur les hommes et d’inspirer leur loyauté. Si « L’assassin royal » pouvait manquer d’antagoniste marquant (Royal n’était pas vraiment à la hauteur de ce point de vue), ce n’est pas le cas des Aventuriers de la mer.

En conclusion

Les aventuriers de la mer est mon coup de cœur SFFF de ce début d’année. Au moment où j’achève de taper cette chronique j’ai finis la lecture du tome 2, et sans en dire trop (je me réserve pour une prochaine chronique) je peux au moins dire que celui-ci tient toutes les promesses du 1er. Alors si vous aimez les univers fantastiques dépaysant, les histoires aux trames entremêlées avec de nombreux personnages intéressants, et un style capable de vous faire ressentir l’odeur de la mer ou le claquement des voiles sous le vent, embarquez à bord de la Vivacia.

Portez vous bien et n’oubliez pas : la lecture, c’est l’aventure !

Ils en parlent aussi

Source image de couverture: Ben Thouard

5 commentaires sur “Les Aventuriers de la Mer – Intégrale 1

    1. J’ai beaucoup aimé « L’assassin royal », et j’en reparlerai surement un jour. Après à titre personnel j’ai préféré « Les aventuriers de la mer ». J’ai préféré notamment l’alternance des points de vue au récit à la première personne. Et puis j’aime la mer et la navigation.

      1. Ce doit en effet être un univers tellement différent de L’assassin royal ! Mais c’est ce qui doit participer à l’engouement et au plaisir de retrouver l’univers sans se lasser ^^

    1. Je n’ai pas encore lu « Les cités des Anciens », mais elles vont rejoindre ma liste à lire à un moment ou à un autre 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s