Actualités·Tags

Questions d’auteur #1: Nathan Bonvallet

Bonjour à tous!

Aujourd’hui est un jour particulier! Il marque l’inauguration d’un nouveau rendez-vous: les Questions d’auteur. Pour cette première, le Baz’art a réalisé l’interview d’un auteur autoédité que les habitués du blog commencent à connaître, Nathan Bonvallet. Deux ouvrages de cet écrivain ont été déjà lus et aimés, Les Papillons Cloués en 2019 et Le Bal des Oubliés en 2017, en attendant de découvrir le prochain opus!

Merci à Nathan d’avoir répondu à ces questions et bonne lecture à vous!

Quelle est ta dernière oeuvre? Peux-tu nous la résumer?

bazMa dernière œuvre s’intitule Les Papillons cloués, il s’agit de mon premier roman et c’est une auto-fiction. Un livre à travers lequel je me réinvente tout en revenant sur une époque compliquée lorsque j’entrais difficilement dans l’âge adulte. Plus concrètement, c’est l’histoire d’un jeune homme qui découvre, lors des fêtes de fin d’année, que sa famille n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît et que son grand-père est plus complexe qu’il ne le pensait. Nous avons souvent tendance à oublier que nos grands-parents ont vécu toute une vie avant notre arrivée dans la famille. Je ne vais pas être très original, mais ce livre est un peu mon auto-thérapie.

Pour en savoir plus sur « Les Papillons Cloués« , je ne peux que vous inviter à jeter un oeil sur l’article dédié. En attendant, en voici le résumé:

 » Après vingt-deux années de visites, je ne me faisais toujours pas aux têtes d’animaux empaillés qui nous fixaient de leurs regards vides. Symboles de virilité masculine par excellence, ils incarnaient d’ordinaire la virtuosité au tir du chef de famille. Pourtant, ce soir-là, je crus discerner sur la face figée d’un chevreuil poussiéreux un sourire narquois. Jugeait-il avec plaisir son meurtrier ? Hélène avait beau essayer de convaincre ses parents de retirer ces ornements morbides pour les respecter, rien n’y fit. Les billes noires continuèrent à nous toiser et l’art taxidermiste perdura au domaine familial. »

Dans un foyer gangrené par les apparences, un présent à l’extraordinaire banalité amorce un chaos désiré.  »

Sur quoi travailles-tu en ce ment?

En ce moment, je finalise un essai sur le cinéma de Michel Ocelot parce que je suis fasciné par ses films depuis la découverte de Kirikou et la sorcière en 1998. J’espère pouvoir le publier d’ici l’année prochaine. Je planche aussi sur mon deuxième roman mais j’attends toujours l’idée centrale qui me permettra de construire une narration satisfaisante sur le sujet que j’ai en tête.

Comment l’envie d’écrire t’est-elle venue?

J’ai du mal à savoir quand j’ai voulu écrire, je crois que cette envie a toujours été là. J’ai toujours aimé raconter des histoires, inventer des mondes, réinventer des scènes que j’appréciais (je me souviens que j’aimais bien réécrire des scènes de films d’animation dans mes rédactions au collège pour en donner mon point de vue). Mes profs ont du en lire des belles !

Quel est le plus difficile dans l’acte créatif?

Le plus difficile ? A mes yeux c’est le fait de tenir la distance. Comme dans la vie, j’ai tendance à me lasser assez rapidement des choses et des gens, et c’est probablement pour ça que j’ai mis autant de temps à finir un roman digne de ce nom. Je me sens beaucoup plus à l’aise dans la brièveté tragique des nouvelles… Il y a d’ailleurs de fortes chances que je passe par un nouveau recueil de nouvelles avant de réellement reprendre mon travail sur mon deuxième roman.

baz

Ton dernier ouvrage lu?

Le dernier ouvrage que j’ai lu est le préquel d’Hunger Games de Suzanne Collins. Un fan devant l’éternel, je ne pouvais donc pas rater l’approfondissement psychologique du président Snow (d’autant plus que j’ai une vraie attirance pour les antagonistes, non parce qu’ils font le mal mais parce qu’ils sont grandiloquents et savent surprendre).

baz

Si on ne devait lire qu’un livre, ce serait…

Si l’on ne devait lire qu’un livre ce serait assurément « La Princesse de Clèves ». Chaque phrase vaut son pesant d’or. Je ne m’en remettrais jamais vraiment ! Lorsque je l’ai découvert à la fac, j’étais convaincu que la raison pouvait dominer la passion… et puis j’ai muri !

Une musique pour lire / écrire?

Quelle question difficile ! Il y en a tellement. Tout dépend de ce que j’écris mais je préfère les bandes originales de films (les partitions de Max Richter sont tellement inspirantes). En revanche, pas de musique lorsque je lis, j’ai besoin d’être au calme.

Envie d’ajouter quelques mots?

Merci pour le soutien indéfectible pour mes écrits (deux chroniques sur le Baz’art, c’est quand même touchant!) et j’invite tous ceux qui ont soif de fantastique et de tragédies à se lancer dans la lecture de mes modestes ouvrages !

Pour en savoir davantage sur cet auteur, n’hésitez pas à découvrir sa bio et ses parutions sur le site de The Book Edition!

A bientôt pour un nouveau rendez-vous d’auteur…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s