Jeux vidéo

Final Fantasy X

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/51F47CCS05L._AC_SY445_.jpg

Final Fantasy X:

  • Développeurs: Square Soft (aujourd’hui Square Enix)
  • Editeurs: Sony
  • Sortie: 2002 (France)
  • Support: PS2; PC (édition HD-Remastered)
  • Où l’obtenir: occasion (édition PS2); Steam (édition PC)
  • Note: 5/5 (mais ce n’est pas vraiment le sujet ici)

Résumé:

Joueur star de l’équipe de Blitzball des Zanarkand Abes, Tidus assiste à la destruction de sa ville par Sin et se retrouve projeté mille ans dans le futur, à une époque où la technologie est devenue proscrite et où l’Eglise de Yevon domine le monde de Spira. Avec Yuna, une invokeur (traduction foireuse de « summoner », invocatrice, mais passons) en quête de l’ultime invocation, et ses gardiens, il va parcourir le monde de Spira pour tenter de le libérer de la menace de Sin et trouver un moyen de rentrer chez lui.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/4/45/Final_Fantasy_X_Logo.png/280px-Final_Fantasy_X_Logo.png

L’avis de Clement:

Une oeuvre de divertissement, livre, film, jeu vidéo ou que sais-je, peut-elle être une « madeleine de Proust »? Le fait de relire un passage d’un roman, entendre la BO d’un film ou repenser à un moment d’un jeu peut-il faire rejaillir d’autres souvenirs que l’expérience de lecture, de cinéma ou de jeu, mais réactiver le souvenir d’une période, d’un moment de vie? Pour ma part, je crois que c’est le jeu Final Fantasy X qui correspond le mieux à cette définition.

Comme dans ma précédente chronique sur Starcraft je ne vais pas m’attarder ici sur les aspects techniques ou gameplay de ce jeu, ni sur le scénario ou les personnages. Si ces questions vous intéresse vous pouvez voir les critiques sur jeuxvidéo.com. Je vais profiter de cette chronique pour essayer de me demander qu’est-ce-qui fait qu’une oeuvre, que ce soit un jeu vidéo ou tout autre produit de divertissement, peut devenir une madeleine de Proust.

J’ai joué à Final Fantasy X peu après sa sortie en France. J’étais au lycée à l’époque, et depuis j’ai toujours éprouvé un attachement particulier pour ce jeu. D’abord car c’est le premier Final Fantasy que j’ai vraiment terminé (j’avais joué aux VII, VIII et IX avant, mais sans les mener au bout). C’est aussi l’un des premiers jeux où j’ai pu me rendre compte du temps investi dedans puisqu’à chaque sauvegarde le temps passé à jouer était indiqué (plus de 200h à arpenter Spira de long en large, imagine le désespoir lorsqu’en faisant du ménage sur ta carte mémoire tu efface malencontreusement tout ça).

https://www.goclecd.fr/wp-content/uploads/final-fantasy-x-x-2-hd-remaster-800x500-4.jpg

Cependant rétrospectivement, je crois que ce qui au fond a le plus imprégné ma mémoire quand je repense à ce jeu c’est son premier chapitre (sur l’ile de Besaid) et notamment son ambiance musicale. Sans vouloir passer pour un mélomane (que je ne suis pas), je suis assez sensible aux ambiances musicales, des films comme des jeux vidéo. Et quand je me remémore Final Fantasy X l’es premières choses qui me viennent sont la plupart du temps la musique de l’ile de Besaid ou celle du départ de Yuna. Et à partir de ces deux souvenirs sonores remontent les souvenirs personnels qui font de Final Fantasy X l’une de mes madeleines de Proust.

Quand je pense à Final Fantasy X je finis presque invariablement par repenser à l’époque où j’ai découvert ce jeu, pendant ce qui a été je crois l’une des périodes de ma vie que j’ai le plus apprécié. Non pas que j’ai été malheureux avant ou après, mais dans le cas de ce jeu les souvenirs de l’expérience vidéoludiques sont indissociablement liés aux souvenirs que je garde de toute cette époque en général: le lycée, les copains (que pour la plupart je n’ai plus revu depuis, contrairement à ceux de la fac), même le salon de mes parents où était la PS2 (je me rappelle même de la lumière qui passait à travers les rideaux et les persiennes).

Du coup je me demande maintenant « pourquoi ce jeu », et « pourquoi cette partie (sur l’île de Besaid) et ces musiques »? Après tout, Final Fantasy X ne se limite pas à ce premier chapitre et à ses musiques. Ce n’est pas non plus le seul jeu auquel j’ai joué pendant mes années lycées. Et pourquoi un jeu plus qu’un film ou un livre? Le lycée est aussi la période où j’ai découvert le Disque Monde, et dieu sait que je vénère Terry Pratchett, mais aucun des romans du Disque-Monde que j’ai lu à cette époque n’a cet effet de « réactivation de souvenirs » qu’a Final Fantasy X.

q

En y réfléchissant, je me dis que l’une des raisons qui fait que Final Fantasy X en général, et ce passage en particulier m’a marqué à ce point, c’est peut être parce qu’il est simplement arrivé au bon moment et que, plus que pour d’autres, son « état d’esprit » correspond au mien quand je repense à l’époque où j’y ai joué la première fois.

Besaid est une ile avec un ciel bleu, des plages de sable blanc, des palmiers. Un havre où, malgré la menace de Sin Yuna peut vivre une enfance heureuse avant de devoir quitter son village. Il y avait dans cette première partie une ambiance d’insouciance heureuse d’abord, puis de mélancolie au moment de quitter l’île pour partir à l’aventure. Et peut être que si ce jeu est devenu ma madeleine de Proust c’est parce que cette ambiance correspond au souvenir que j’ai de cette période de ma vie. Besaid, c’était peut-être une image de mes années lycées, des lieux et des époques qu’aujourd’hui j’associe surtout à des souvenirs heureux. Quitter Besaid pour partir découvrir le monde de Spira et affronter Sin, ça résonnait peut-être comme quitter mon village, ce qui avait été mon monde pendant dix-huit ans, pour vivre dans d’autres lieux (et plus seulement quitter la maison le temps des vacances), d’une certaine façon quitter l’enfance pour devenir adulte. A moins que ce soit juste parce que Yuna et moi sommes deux insulaires?

Bref vous l’aurez compris, j’aime ce jeu, d’une manière qui va au delà de « l’objectivité » (si tant est qu’on puisse parler d’art objectivement). Certes Final Fantasy X n’est pas exempt de défauts, notamment une certaine linéarité. Mais j’éprouve pour lui cet attachement particulier qui fait qu’il occupe une place à ma part parmi mes jeux préférés.

Et vous, quelles sont vos madeleines de Proust littéraires, télévisuelles, cinématographiques ou vidéoludiques, et pourquoi ces oeuvres là?

En attendant portez vous bien et n’oubliez pas: le jeu vidéo, c’est beau!

4 commentaires sur “Final Fantasy X

  1. J’ai la même madeleine de Proust. J’ai pourtant beaucoup aimé le VIII, joué à bien d’autres jeux… mais cest FFX qui me marque le plus – et rien qu’à lire « Besaid », j’ai la musique en tête ! C’est reposant, ça nous faot voyager… En effet, le jeu n’est pas exempt de défauts, mais ce qu’il est bien !
    N’ayant plus de télé, j’ai acheté la version sur Switch et j’y rejoue de temps en temps.
    Ma grande question est : as-tu effacé ta partie de plys de 200h ?

    1. Content de voir que je ne suis pas le seul à apprécier ce jeu en général, et cette partie en particulier. C’est vrai que FFX avait su me donner cette sensation de voyage davantage que les VII, VIII et IX, que j’avais beaucoup aimé pourtant (plus le IX par contre perso, moyen le VIII).
      Pour répondre à ta question j’ai hélas bel et bien effacé involontairement plus de 200h de jeu sur ma vieille carte mémoire de PS2 il y a des années de ça, et ça a été je pense l’un des pires moments de ma vie (bon j’exagère un peu, mais en tout cas ça a été douloureux). J’ai évidemment tout recommencé, et puis il y a deux ans j’ai eu envie d’y rejouer et je l’ai refais sur PC. Et la magie de Besaid opère toujours 🙂

      1. Ce genre d’accident est tellement frustrant ! J’ai eu la pile de ma cartouche de Pokémon bleu qui a rendu l’âme, effaçant ainsi ma partie avec le pokédex rempli, plusieurs pokémons au niveau 100… Par chance, ça ne m’est pas arrivé sur les grosses parties de FF. Mais bon, aussi frustrant cela soit-il, c’est l’occasion de recommencer et de revivre l’épisode de Besaid 😉
        Tu as joué au X-2 par la suite ? Je l’ai trouvé moins bien mais il ne manque pas de qualités (dans mon souvenir) et j’ai beaucoup aimé retrouver les paysages de Spira =)

  2. J’ai joué au X-2, et je l’ai aussi trouvé moins bien (niveau scénario, trop « girly » pour moi), par contre je lui avais trouvé de bonnes idées notamment dans la possibilité de changer de classe en changeant de tenue. Et puis j’ai évidemment adoré redécouvrir les lieux de Spira que j’avais visité dans le 1er 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s