Séries

The Bold Type: une série féministe?

The Bold Type / De celles qui osent Saison 1 - AlloCiné

Date de diffusion : depuis 2017

Nombre de saisons: 4

Origine : Série américaine, crée par Sarah WATSON

Avec : Katie Stevens, Aisha Dee, Meghann Fahy

Résumé:

Les aventures personnelles et professionnelles de Jane, Kat, et Sutton, trois amies new-yorkaises qui réalisent leur rêve en travaillant pour Scarlet, un magazine féminin à succès. Mais alors qu’elles tentent de trouver leur place au sein de cet univers glamour et sans pitié, elles vont aussi devoir s’accomplir en tant que jeunes femmes, entre histoires d’amour, trahisons, et dictat des réseaux sociaux.

L’Avis d’Elodie:

« The Bold Type » est une série mettant en scène trois jeunes femmes travaillant dans un magazine féminin à New York. Forcément, on pense rapidement au « Diable s’habille en Prada » . Des New-Yorkaises friquées, des fringues de luxe, des escarpins Gucci et des histoires de coeur… Facile de réduire cette série à un énième « Gossip Girl ». Mais la série est vendue comme un événement féministe. La saison une étant sortie à l’air de #metoo, ca a aiguisé ma curiosité et je me suis lancée dans le visionnage.

L’intention première de « The Bold Type » est montrer à quel point les femmes sont fortes, au travers de leurs épreuves et de leur diversité. Dès le premier épisode, cela commence fort, avec un fil conducteur portant sur Adena El-Amin, une photographe musulmane, lesbienne et dealeuse de sex toy. Si la volonté de davantage d’inclusion est valorisable, le procédé est un peu « too much » à mon goût. On a l’impression que les scénaristes ont pioché au hasard dans les discriminations pour nous préparer au final un powerpoint bien pensant sur l’intersectionalité. Non pas que de telles femmes n’existent pas dans la réalité, c’est bien le cas et heureusement, mais j’ai trouvé le personnage d’Adena un peu simpliste et joker. J’ai eu le sentiment que les scénaristes voulaient tellement intégrer le féminisme actuel et les luttes inhérentes à ce mouvement que ca devient peu subtil, voir grossier dans le traitement.

Je trouve que les clichés pullulent dans cette série, et je le regrette, car cela gêne les messages positifs de ce soap. Les trois héroïnes sont tout le temps bien habillées, super maquillées, dévalisent le dressing de leur magazine (d’ailleurs, est-ce qu’un tel lieu, où vous pouvez embarquer parfums Chanel, sacs Hermès et robes Prada, gratuitement et anonymement, existe vraiment???). Si déjà la série se veut féministe, pourquoi promouvoir une image de la femme constamment parfaite, portant du rouge à lèvres même lorsqu’elle mange de la glace en pyjama (en soie s’il vous plait)? Si féminisme peut parfaitement aller de pair avec make up, garder son fond de teint pour aller dans un lit en lin blanc, c’est une sacrée erreur.

La série est produite par une ancienne rédactrice en chef de Cosmopolitan. On sent cette expérience de par la grande valeur ajoutée de la série: une plateforme sur laquelle il est possible de lire les articles que Jane, le personnage fictif, rédige tout au long de la série. Ils sont en réalité écrits par la sexologue Shannon Boodram, ce qui est je trouve très positif.

Dans les autres points à valoriser, il y a les sujets évoqués. Car lorsque les scénaristes ne poussent pas le curseur de l’inclusivité jusqu’au summum du cliché, les thèmes sont intéressants et diversifiés. Le harcèlement en ligne, l’absence d’orgasme, l’immigration, le cancer du sein… Ce genre de points qui ne sont pas assez mis en avant dans les séries actuelles.

Parlons un peu de la notion de diversité. Si elle est bien présente à l’écran, elle l’est hélas moins derrière, et c’est dont se plaint Aisha Dee, alias Kat, une des héroïnes de la série, sur son instagram.

 » Je suis prête à pousser encore plus et parler toujours plus fort pour ce qui compte à mes yeux : la diversité que l’on voit devant la caméra devrait se refléter dans la diversité créative de l’équipe qui opère derrière la caméra. Il a fallu attendre deux saisons pour avoir une seule personne de couleur dans la writers’ room de The Bold Type.
Et même là, la responsabilité de parler pour toute l’expérience de la communauté noire ne devrait pas reposer sur une seule personne. Nous avons raconté l’histoire d’une femme noire et queer et d’une femme lesbienne et musulmane qui tombent amoureuses, mais on n’a jamais eu la moindre personne queer, noire ou musulmane en salle d’écriture. En quatre saisons (48 épisodes), une seule femme noire a réalisé deux épisodes. »

Cette prise de position engagée me plaît. J’espère qu’avec des actrices aussi valeureuses et assumant autant leur point de vue, la série s’adaptera et n’en deviendra que meilleure.

Reste que « The Bold Type », de par ses qualités et ses défauts, est série feel good agréable à regarder. Je suis curieuse de voir la suite, et compte bien visionner la saison 2.

Un commentaire sur “The Bold Type: une série féministe?

  1. Je ne sais pas si je serai bon public pour une série qui met autant de maquillage et de fringues hors de prix. 😂 Il me semble que la femme ne devrait pas être réduite à cela même si elle a tout à fait le droit de vivre de cette manière là.
    Cependant, pour le reste, il me semble que c’est pas mal. Je ne pense pas tester mais je te remercie pour la découverte, sait-on jamais. 😊

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s