Séries

The Mandalorien

The Mandalorian (Disney+) en 2020 | Affiche star wars, Personnage star  wars, Illustrations de star wars

Le Mandalorien (saison 1):

  • 1ere Diffusion: novembre 2019
  • Créateur: John Favreau
  • Acteurs principaux: Pedro Pascal; Gina Carano; Carl Weathers; Giancarlo Esposito
  • Musique: Ludwig Göranson
  • Nombre d’épisodes: 8
  • Durée: 31 à 42 minutes par épisode
  • Note: 3/5

Résumé:

L’Histoire se passe il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine. L’Empire galactique est tombé mais ses vestiges s’accrochent encore au pouvoir pendant que la Nouvelle République peine à imposer son autorité. Une époque troublée, où un chasseur de prime solitaire surnommé « Le mandalorien » (ou « Mando ») accepte un contrat qui va l’amener à devenir responsable d’un enfant aux capacités extraordinnaires. Mais d’autres factions convoitent elles aussi l’enfant.

L’avis de Clement:

Au moment où cette chronique paraitra sur le Baz’Art la saison 2 du « Mandalorien » devrait être en instance de diffusion, le moment me semble donc idéal pour parler de la saison 1.

J’adore l’univers Star Wars depuis que j’ai découvert la trilogie originale lors d’une rediffusion à la télé quand j’étais à l’école primaire. La prélogie sortie dans les années 2000 m’avait déçu, et j’ai détesté la postlogie à un niveau que j’ai très rarement atteint vis à vis d’une oeuvre de fiction. Autant dire que quand j’ai appris l’existence du projet de série du « Mandalorien » j’étais à la fois intéressé et très très inquiet. Je l’ai finalement visionnée pendant le confinement, et je suis assez perplexe. D’un côté cette série m’a redonné en partie la foi dans l’univers Star Wars, mais de l’autre de nombreux éléments m’ont déçu.

Visuellement pour commencer, c’est beau, on voit que Disney a mis des moyens sur le projet, même si on est pas (encore) au niveau des dernières saisons de Game of Thrones. Les environnements auraient mérité un peu plus d’originalité (en gros on retrouve les traditionnels déserts, mondes de glace, forêts, etc) mais assurent un certain dépaysement d’un épisode à l’autre. Gros point positif aussi pour la musique, notamment le thème principal, au style très « Western » je trouve.

Niveau scénario on est sur une série semi à suivre, avec des épisodes pour la plupart indépendants mais liés entre eux par un fil conducteur. Sans être particulièrement brillants les scénarios de chaque épisode sont suffisamment bien écrits pour qu’on apprécie de les regarder, et la trame principale se conclut d’une façon qui m’a donné envie de voir la suite, malgré des enjeux assez flous. Je pense cependant (mais c’est mon avis) qu’il aurait été plus efficace de se contenter d’une série d’histoires indépendantes, chacune consacrée à un contrat du Mandalorien, et racontée davantage du point de vue de la cible (ce qui aurait permis de rendre le Mandalorien plus menaçant, en le montrant à travers le regard de ses victimes).

Côté personnage j’ai été plutôt déçu par le Mandalorien. Passons sur le fait qu’on finit par voir son visage (spoiler!), ce qui je trouve est une énorme erreur en désamorçant tout le mystère mis en place. La série nous le présente comme l’un des chasseurs de prime les plus redoutable de la galaxie, du coup j’ai été très surpris et déçu de le voir galérer aussi souvent dans ses combats. Mais surtout ce qui m’a déçu c’est le traitement global du personnage, et là on va toucher à ce qui est à mes yeux le gros défaut du « Mandalorien« .

Les bande-annonces m’avait laissé espérer une série plus mature, plus sombre et plus violente, une sorte de version « hardboiled » de Star Wars, entre western et film noir. Or il n’en est rien. « Le Mandalorien » est une série pour la famille, garantie sans violence pour que les enfants puissent la regarder.

Le Mandalorien n’est pas un personnage moralement ambigu, ce n’est même pas un anti-héros, c’est un héros. A aucun moment on le voit faire des choses discutables, qui pourraient nous le faire remettre en question. Même lorsqu’on pourrait s’attendre à la voir plus « méchant », comme lorsque des jawas démantèlent son vaisseau (j’ai failli m’arracher les cheveux en voyant quelqu’un sensé être un « spartiate de l’espace » négocier avec des « voleurs de mobylettes de l’espace » au lieu de tous les tuer et planter leurs têtes au bout d’une pique), ou qu’il est trahi par ses « associés ». Non, jusqu’au bout il reste un gentil. Alors que personnellement j’aurai adoré voir un personnage vraiment ambigu, capable aussi bien de meurtres de sang-froid que d’actes de générosité désintéressés. On ne le voit même presque pas faire son métier de chasseur de primes.

Idem pour les personnages secondaires, on a soit des gentils très gentil (oui, même Carl Weathers) soit des méchants très méchant (même si j’ai beaucoup aimé le Grand Moff Gideon, et que j’ai hâte de le revoir dans la saison 2). Mais le pire, c’est ce fichu Bébé Yoda, la peluche mignonne pour vendre des peluches mignonnes à des gamines de quinze ans où des geekettes qui vont faire racker leurs copains en convention. Bon j’exagère peut être un peu, après tout c’est tout de même l’enjeu de la trame de fond de la série. Mais on ne m’enlèvera pas de l’idée que rendre le Mandalorien « père de famille » gâche le personnage (visiblement Disney n’est déjà pas prêt à faire des personnages principaux moralement ambïgus, alors des pères de famille moralement ambïgus…). Surtout que cette relation arrive comme un cheveu sur la proverbiale soupe.

En conclusion:

Au final que penser du « Mandalorien« ? Eh bien comme je disais au début de cette chronique, je suis perplexe. Vous aurez compris en me lisant que j’ai été déçu par « Le Mandalorien« . Mais en même temps je suis conscient que la série m’a déçu plus parce qu’elle ne correspondait pas à ce que moi, personnellement (pardon pour le pléonasme), j’aurai aimé voir, que pour ses défauts intrinsèques. Et là on touche une question complexe et intéressante, celle du décalage entre le projet du créateur, les attentes du spectateur, et le résultat de la rencontre entre les deux. Car au fond, toute oeuvre d’art ne serait-elle pas la rencontre de ces deux visions?

« Le Mandalorien » reste cependant une série de bonne facture, qui se laisse regarder, faite par des gens qui aiment l’univers Star Wars (semble-t’il en tout cas). Aussi je vous conseille quand même si ce n’est pas déjà fait de la regarder, et de mon côté j’attend avec intérêt la 2eme saison.

Portez-vous bien et n’oubliez pas: telle est la voie!

Un commentaire sur “The Mandalorien

  1. Eh bien, merci d’avoir posé des mots sur ce qui me gênait dans la série. J’ai vu la première saison il n’y a pas si longtemps, mais aucun épisode ne m’a vraiment marqué. C’est joli, certes, mais assez superficiel. Au plaisir de vous relire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s