BD·BD, Comics et Mangas

Un rêve d’ailleurs

Afficher l’image sourceAuteur : KIM

Date de sortie : avril 2019

Éditions : Editions du Long Bec

Note : 2,5♥ /5

Nombre de pages: 192

Où l’acheter: Editions du Long Bec

Résumé:

Octobre 1963 : le jeune Joaquim Aubert -le futur dessinateur Kim- fait de l’auto-stop sur une route du sud de la France. Il a arrêté ses études aux Beaux-Arts et il lui reste une année avant de commencer son service militaire. Sans plus réfléchir, il a pris sa valise et s’est mis en route pour l’Allemagne. Joaquim va arriver dans ce pays, comme tant d’autres Espagnols qui ont traversé l’Europe à la recherche d’un travail.

L’Avis d’Elodie: 

Merci à Babelio pour l’envoi de cet ouvrage, reçu dans le cadre des Masses Critiques.

Je suis ravie de chroniquer ce roman graphique, je trouve qu’il n’y a pas assez d’illustrés sur ce blog, et compte bien pallier à cette bévue.

Pour en revenir à l’ouvrage de KIM,  je ne connaissais l’auteur que de nom. Je savais qu’il s’agissait d’un dessinateur engagé contre l’extrême droite, et c’est tout. Autant dire que j’ai été heureuse quand j’ai vu son nom s’afficher dans la liste des ouvrages proposés pour cette Masse Critique.

L’ouvrage semble autobiographique, et évoque une petite histoire dans la grande.  L’Allemagne et l’Espagne mettent au point un accord permettant à des Espagnols de travailler et vivre facilement en Allemagne, afin d’aider à la reconstruction du pays et pour que les autorités franquistes aient moins de bouches à nourrir. Pour les Espagnols, c’est un moyen de fuit la misère et de gagner de l’argent. Kim fait partie du voyage. Et ce déplacement se transformera en une forme de quête initiatique, ornée de nombreuses rencontres marquantes.

Connaissant uniquement l’engagement politique de l’auteur, j’ai été surprise de l’absence de propos engagés, mais cela ne m’a pas dérangée: le dessinateur se consacre à brosser de manière efficace une galerie de personnages extrêmement diversifiée, auxquels on s’attache  Le scénario est simple et bien mené, les pages défilent sans que l’on s’en rende compte.

Niveau style graphique, je n’ai pas forcément adhéré à la façon de dessiner les personnages, trop naïfs à mon goût. Mais en y regardant bien, j’ai été impressionnée par la densité des cases et le travail d’encrage. Les tons de gris sont magnifiques, les nuances superbes. Chaque case recèle énormément de détails, et cette minutie force le respect.

Image associée

En conclusion:

C’est un ouvrage sympathique, mais… J’ai aimé le découvrir certes, mais ni l’histoire ni le style graphique n’ont été un coup de coeur. A force, je connais mon genre de romans graphiques, et si je suis heureuse d’être partie à la rencontre de cet auteur méconnu pour moi, son style ne correspond pas vraiment au mien.

Source image de couverture: kitty-n-classe.tumblr.com

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s