Historique·Livres

La chronique des Bridgerton

61dvrmevfxl

Auteur : Julia Quinn

Titre: La chronique des Bridgerton, tome 1: Daphné et le Duc

Année : janvier 2016

Édition : J’ai lu

Pour l’acheter : dans toutes les librairies!

Note : 3,5/5

Résumé:

À la naissance de son fils, le duc de Hastings jubilait. Hélas, l’enfant bégaie ! Affront insupportable pour le duc, qui l’a renié sans pitié. Le jeune Simon a grandi, solitaire et assoiffé de revanche. Après de brillantes études, il a bourlingué de par le monde jusqu’à la mort de son père, et c’est désormais porteur d’un titre prestigieux qu’il rentre en Angleterre. Il est aussitôt assailli par une horde de mères prêtes à tout pour marier leurs filles. Mais Simon ne s’intéresse pas aux débutantes. Sauf peut-être à Daphné Bridgerton, qu’il a rencontrée dans des circonstances cocasses. Comme Simon, elle voudrait juste qu’on la laisse en paix. Une idée machiavélique naît alors dans l’esprit du jeune duc…

L’Avis d’Elodie:

Ayant fait comme un abonné sur deux de Netflix et visionné la série « Bridgerton », j’ai décidé de lire les ouvrages dont étaient issus cette série télé! Dans l’ensemble, j’avais bien aimé mon visionnage et étais donc curieuse de découvrir la plume de Julia Quinn, faisant partie souvent de la team des gens qui disent que « le livre était mieux! ». ^^

L’histoire se déroule en 1813 en Angleterre, une période popularisée par Jane Austen. La saga compte 8 tomes, chacun d’entre eux étant centré sur l’un des enfants de la famille Bridgerton. Le tome 1 met en avant le personnage de Daphné, l’aîné des filles et la quatrième née.

Daphné est en âge de se marier et a dû mal à se faire repérer par les bons partis, malgré le fait qu’elle soit charmante et que la Reine l’ai remarquée. Simon, duc de Hastings, se voit poursuivre par toutes les mères avides de caser leurs filles… Après une rencontre fortuite, ils élaborent un plan.

Afficher l’image source

Le scénario est prévisible. Dès les premiers chapitres, dont je viens de vous faire un bref résumé, on devine la suite de l’ouvrage. C’est un défaut certes, mais je l’ai trouvé léger, car je ne recherchais pas à être transportée dans un suspense insoutenable en lisant cet ouvrage. En réalité, je souhaitais une lecture légère, un roman historique efficace, un peu de romance, un peu d’action et aucune prise de tête… et c’est exactement ce que Julia Quinn a mis en place dans son ouvrage, alors merci à elle!

J’ai aimé découvrir à travers la plume de l’autrice les affres de la haute société victorienne. Chaque chapitre démarre avec un billet mondain d’une narratrice inconnue, une certaine lady Whistledown. Elle narre avec ironie les rumeurs les plus folles sur les protagonistes, et l’arc narratif sur son identité secrète est très bien mené.

De manière générale, le ton est malicieux, les propos légers, l’ouvrage se lit vite et bien et les événements s’enchaînent de manière fluide. Les personnages sont distrayants, et Julia Quinn a bien réussi à mettre en avant l’alchimie censée régner entre les deux personnages principaux.

Une scène a fait pas mal polémique, dans l’ouvrage comme dans la série. Un acte, une forme de viol, est réalisé. Personnellement, j’ai trouvé ce moment peu pertinent dans la mise en place de l’action et extrêmement gênant par son traitement ultérieur. L’autrice semble excuser ces faits, de par la légèreté avec elle traite narrativement le ressenti de la victime, et de par la façon qu’elle a d’excuser et de valoriser les raisons de la personne qui a commis l’acte. C’est ce qui a coûté des points au livre dans ma notation. Je n’ai rien contre des scènes de ce type dans un roman fictionnel, du moment que c’est clairement mis en avant comme répréhensible et lorsque cela sert l’histoire, or ce n’est pas le cas ici.

Par rapport aux éditions, j’ai trouvé cette ancienne version, datant de 2006, avant une véritable mise à sac de tous les sites de vente suite à la sortie sur Netflix de la série. Les éditions « J’ai lu » ont flairé l’aubaine, et proposent depuis début janvier une version spéciale comportant les deux tomes de la série!

En conclusion:

 » La chronique des Bridgerton, tome 1: Daphné et le Duc » est un roman divertissant, une histoire sympathique malgré une scène polémique desservie de plus par la complaisance de l’autrice. Il s’agit d’une bonne ouverture de saga.

Et pour répondre au débat livre VS série… et bien les deux sont parfaitement similaires ^^

Ils en parlent aussi:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s