Challenge Maki: lire des nouvelles

Le principe du challenge est simple: lire davantage de nouvelles. Plutôt simple pour moi qui suis fan du genre.

J’adore lire ce genre, au point d’y avoir consacré deux articles (petite piqure de rappel ici). Je le disais à l’époque, écrire une nouvelle n’est pas un exercice facile. Il faut garder une cohérence entre les histoires, un fil conducteur, tout en réussissant à écrire en un nombre de pages limité un scénario efficace, avec une bonne chute finale. Ce n’est pas un genre qui plaît à tout le monde, car lire une nouvelle peut se révéler frustrant: on a envie de savoir plus sur les personnages, on aimerait que l’histoire dure plus, mais on doit composer avec ce point final qui nous claque la porte au nez.

Personnellement, j’aime le suspense qu’induit une bonne nouvelle. Chaque page lue nous rapproche bien trop rapidement vers une fin qu’on espère époustouflante, la curiosité monte peu à peu… L’auteur réussira-t-il à conclure avec brio l’histoire qu’il crée? Le twist final sera-t-il à la hauteur?

J’aime d’autant plus ce genre que beaucoup d’auteurs s’y sont cassé les dents, et que gérer une nouvelle, c’est faire preuve d’un sens de l’écriture autant appréciable qu’il est rare… Et le verdict du lecteur est d’autant plus violent que l’histoire est courte!

J’ai donc choisi de suivre le challenge de Maki avec l‘objectif Hapalémur Doré : « Les nouvelles c’est bien mais pas trop n’en faut. 13 formats courts sur l’année c’est déjà bien. »

Pour participer, c’est très simple, voici le lien de l’article qui explique tout: Le projet Maki c’est parti.