Historique·Livres

Incroyable Charlotte

Incroyable Charlotte par [Pialot, Flora, Adler, Camille]Auteures : Camille ADLER et Flora PIALOT

Maison d’édition : Séma

Date de sortie : février 2019

Pages : 300

Prix : 17,00 euros

Note: ♥ / 5♥

Où l’acheter: Editions Séma, Amazon

Résumé:

Paris, an VI.
Voilà un an que l’époux de Charlotte de Verteuil est mort au combat, dans les guerres de Napoléon.
Tout juste sortie de son deuil, la jeune femme est bien décidée à profiter des plaisirs de la vie parisienne ! Accompagnée de son amie Emily Bingley, rencontrée lors de son exil en Angleterre durant la Révolution, elle essaie de retrouver sa place dans le monde et de comprendre le fonctionnement de cette nouvelle société, où tout se trouve bouleversé.
Sur son chemin, elle rencontrera deux hommes aux caractères opposés : Armand, artiste passionné, et Augustin, noble cynique et beau-parleur.

L’Avis d’Elodie:

Avant tout, je tenais à remercier Alicia et les éditions Séma pour cet ouvrage, reçu en ebook. J’ai été ravie de découvrir ce livre par le biais de ce service presse ! J’ai mis plus de temps que prévu à écrire cette chronique, et tenais à présenter mes excuses pour ce couac, c’est une première dont je me serais bien passée!

« Incroyable Charlotte » est un ouvrage issue de l’imagination de deux auteures. Écrire à 4 mains, à deux pensées, n’est pas chose aisée. Coucher ses idées sur du papier n’est déjà pas un exercice facile, trouver les mots, les bons, ceux qui toucheront le lecteur et retranscriront précisément sa pensée est une chose rare et fragile. Mais mettre en accord des idées différentes, mêler deux façons de parler, deux univers en un… Y arriver est vraiment impressionnant. D’autant qu’en lisant l’ouvrage de Camille Adler et de Flora Pialot, impossible de distinguer une voix de l’autre. Les deux auteures ont réussi à créer un duo irréprochable, preuve, du moins je l’imagine, d’une belle complicité dans la vie. Et ce petit exercice de force en terme d’écriture mérite clairement d’être applaudi!

L’histoire narrée est celle de Charlotte, forcée de porter le deuil d’un époux qu’elle n’a pas connu, et ce pendant plus d’un an. Dans un monde pensé par et pour des hommes, notre héroïne se languit et ne vit que pour réintégrer la vie mondaine et vivre, enfin. Heureusement, elle a une vraie amie en Emily Bingley, une anglaise rencontrée lors de son exil en Angleterre.

Charlotte m’a immédiatement fait penser à mes héroïnes austiniennes chéries, et c’est un beau compliment. Le rapprochement s’est fait aisément. « Bingley » est le nom de famille de Charles, meilleur ami de Darcy dans « Orgueil et Préjugés » et époux de Jane, soeur d’Elizabeth, l’héroïne. Charlotte est le prénom de la meilleure amie d’Elizabeth dans le même roman, mais le personnage étant bien fade, je préfère imaginer que ce choix de prénom est plus un clin d’oeil à Charlotte Brontë, auteure britannique du même siècle qu’Austen. Mais je cherche surement trop loin! Revenons au récit d’Adler et Pialot…

Le récit évoque une jeune femme en prise avec l’amour, hésitant entre deux hommes. Mais loin d’être une romance classique, c’est une histoire dans laquelle est évoqué de manière subtile l’émancipation des femmes, le féminisme, le respect, l’amitié, l’Amour avec un grand A. Le triangle amoureux, petite parenthèse, ne m’a pas gêné outre mesure, et pourtant je peux être sévère en la matière. Par rapport à l’émancipation féminine, je ne pense pas que l’ouvrage puisse réellement être considéré comme féministe, mais il soulève des points intéressants et le simple fait que Charlotte se questionne sur sa place dans la société est une thématique dans l’air du temps. La réaction des personnages masculins me paraissent elles un peu trop modernes pour être vraiment crédibles, mais j’imagine que l’intelligence n’a pas d’époque et qu’elle pouvait aussi être présente sous Napoléon!

Les descriptions historiques contenues dans l’ouvrage sont bien faites. Tout est très détaillé sans être ennuyeux, on « voit » les monuments comme les vêtements, c’est imagé sans être pesant dans le style d’écriture. Que ce soit l’Angleterre ou la France du 19e siècle, tout est bien retranscrit.

L’écriture, justement, est bien travaillée. En voici un extrait afin que vous vous fassiez une idée:

J’ai appris l’infortune dont vous êtes victime et je tenais à vous exprimer toute ma sympathie dans ce moment difficile. Je sais que vos amies vous ont tourné le dos. Etant moi-même passé par des instants douloureux où j’aurais eu besoin du soutien d’un ami, je vous propose le mien. J’ai conscience que par le passé nos rapports n’ont pas été les plus cordiaux, mais je souhaite aujourd’hui m’excuser et me racheter de mes erreurs par cette lettre et ma sympathie la plus sincère.

Le phrasé est élégant, les mots choisis, et sans être trop complexe, le vocabulaire est celui qu’on attend d’un protagoniste du 19e, l’exercice est donc pleinement réussi!

En conclusion:

C’est un ouvrage sympathique que je découvre ici. Je ne puis nier que je n’ai pas trouvé le livre extrêmement novateur ou original. Néanmoins, j’ai apprécié un moment de lecture agréable, et tenais encore à saluer la performance d’écrire à 4 mains!

Ces blogs qui en parlent aussi:

Source image de couverture: pinterest – Tohsaka Tohsaka

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s