Welcome to Kiwiland

CVT_Welcome-to-Kiwiland_5527.jpg

Titre : Welcome to Kiwiland
Auteur : Aby Cyclette
Éditeur : Michel Lafon
Prix : 20 euros
Pour commander : Michel Lafonamazon
Note (sur 5 ♥): ♥♥♥♥

Résumé:

Voilà comment tout a commencé. Aby Cyclette rentre à Strasbourg après avoir séjourné plus d’une année au Québec, avec la ferme intention de retourner y vivre. Après quelques mois de paperasse, elle se rend compte qu’il lui faudra plus d’un an avant d’obtenir son visa permanent canadien. Quitte à attendre, autant continuer à voyager. Elle consulte le globe qui trône sur son bureau. Qu’y a-t-il à l’exact opposé de Strasbourg ? La Nouvelle-Zélande ! Très rapidement, elle obtient un visa d’un an pour découvrir les terres fabuleuses et magiques des Maoris et des kiwis ! À quelques semaines du départ, Aby Cyclette rencontre Guillaume…

L’Avis d’Elodie:

Avant tout, je tenais à remercier les éditions Michel Lafon et Camille Groelly de m’avoir fait parvenir ce livre. Cet envoi est un peu particulier, c’est le premier ouvrage que je reçois d’une maison d’édition, alors le moins qu’on puisse c’est que je suis ravie 🙂 Merci aussi à Alicia Alvarez du blog Papillon Voyageur de m’avoir permis de m’intégrer dans ce petit monde 🙂

Les remerciements faits, passons à l’ouvrage en lui-même. Et bien, pour un premier partenariat, autant dire que c’est une réussite. J’ai adoré lire les anecdotes de cette expatriée alsacienne (#Alsacepower ❤ ) qui, après le Québec,  a décidé de passer une année en Nouvelle-Zélande.

En tant que Strasbourgeoise – prof d’arts pla – amoureuse des voyages (même si les miens sont bien moins grandioses que les siens), je me suis un peu retrouvée dans ce livre et ai adoré les références à la culture alsacienne. Pour ceux qui me lisent et qui n’ont pas la chance d’avoir grandi dans le Bas-Rhin (tout à droite, puis en haut de la carte ) ou à la rigueur dans le Haut-Rhin ( tout à droite, puis en bas, la logique est là), sachez-le, l’Alsace n’est pas une région, c’est un PAYS. Avec sa langue si mélodieuse, ses traditions, ses costumes et sa gastronomie ( flammekueche forever! ).

Mais revenons au sujet, c’est-à-dire l’ouvrage. La première impression est positive. La couverture bleu ciel attire l’oeil et ce dessin mêlant un kiwi (je crois) et une cigogne, c’est tout bonnement génial. On a hâte d’ouvrir le livre, et le contenu est à la hauteur de la joliesse de la couverture.

Résultat de recherche d'images pour "aby cyclette"L’ouvrage narre la vie d’une expatriée en Nouvelle-Zélande. L’auteure Aby nous donne pleins de conseils simples mais néanmoins judicieux, intégrés dans de courts strips de maximum 3 pages portant sur des anecdotes. Du coup, c’est court, rythmé et on peut arrêter la lecture quand bon nous semble… Ce format est parfait. Les sujets varient régulièrement, entre la vie en colocation, les achats au supermarché ou le travail dans un restaurant…

Ce qui ressort, c’est le côté humain de cette expérience. Je lis en même temps dans le cadre d’une lecture commune « Wild » de Cheryl Strayed, et c’est drôle de voir deux visions du voyage s’opposer aussi diamétralement. Cheryl marche en solitaire dans une sorte de démarche cathartique, on sent la souffrance et en même temps la détermination de cette randonneuse du dimanche qui se confronte à des montées bien trop hautes pour elle… Et de l’autre, avec « Welcome to Kiwiland », on a l’aspect joyeux et positif d’une fille bien dans sa peau qui a envie de découvrir le monde et surtout les gens qui le peuple, et qui nous fait partager sa bonne humeur. Le décalage est juste énorme, et le hasard qui m’a conduit à lire ces deux livres en même temps me fait bien sourire.

Tout cela pour dire que dans « Welcome à Kiwiland », en plus du fait qu’on a à la fin de la lecture la patate et une formidable envie de voyager, on ne peut qu’avoir le désir de rencontrer les gens géniaux qu’Aby a pu côtoyer. Bravo à elle, qui leur a fait un beau cadeau en brossant de ces personnes des portraits si humains.

J’ai adoré le vocabulaire français très imagé de son collègue au restaurant, le road trip du trio français, le Noël avec Guillaume ou la tendresse de l’accueil de Karen… Tous ces moments sont tendres, les personnes décrites sont incroyablement attachantes.

Les dessins hyper expressifs d’Aby sont entrecoupés de polaroids et de photos mettant en valeur ses errances dans le pays, comme sa visite par exemple des maisons de Hobbits (trop bien!). On a juste envie de visiter ce pays qui a l’air si merveilleux!

Le livre mêle anglais et français. Si le double langage est un peu déstabilisant au début, finalement j’ai trouvé cela sympa, cela m’a permis de réviser mon faible anglais LV2.

Vous l’aurez compris, c’est d’un joli ouvrage dont je fais la chronique ici. N’hésitez pas à jeter un oeil au blog de l’auteure (suivez le lien!), j’ai apprécié y faire un tour et cela a été un moyen de prolonger la lecture. Rien que pour l’épisode du « Hopla » cela valait la peine, les vrais savent 😉

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s