Les Outrepasseurs, tome 1: Les Héritiers

Les Outrepasseurs, tome 1 : Les héritiers  par Van WilderTitreLes Outrepasseurs, tome 1: Les Héritiers

Auteur: Cindy VAN WILDER

Editeur: Gulf Stream Editeur

Date de sortie: 2014

Prix:  18 euros

Nombre de pages: 350 pages

Pour commander: dans toutes les bonnes librairies et sur le site de Gulfstream

Note (sur 5 ♥): ♥♥♥,♥

Challenge: 2ème année, 1/20 chroniques

Résumé:

« -Jure-moi fidélité et je te protégerai. Nous le ferons tous.

-Nous?

-Les Outrepasseurs. Tous ceux qui portent la marque. Regarde ces jeunes gens. Voilà ta seule famille à présent. Vous combattrez ensemble. (Il baissa le son de sa voix.) Nos adversaires ne s’arrêteront jamais. Les fés nous pourchassent depuis huit siècles. Une éternité pour nous. Un instant pour eux. « 

Londres, 2013. Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat. Il découvre que l’attaque le visait personnellement et qu’elle a été préméditée par de redoutables ennemis : les fés. Emmené à Lion House, la résidence d’un dénommé Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète qui lutte depuis huit siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Ces derniers lui révèlent un héritage dont il ignore tout…

L’Avis d’Elodie: 

Première chronique pour le challenge Faerie qui est reconduit une année supplémentaire. Pour jeter un oeil sur mon bilan précédent, n’hésitez pas à cliquer sur le lien Challenge Faerie: le Bilan 1 an après, et si l’aventure vous tente, allez sur le site Bazar de la Littérature ou sur le groupe facebook Challenge Faerie !

Meltoryas et moi avons eu la joie de rencontrer Cindy VAN WILDER deux fois lors des Imaginales d’Epinal (promis, c’est le dernier lien de l’article ^^), et on avait été frappé par sa gentillesse. Et j’ai l’impression qu’elle a mis beaucoup d’elle dans son ouvrage… Le tome 1 des Outrepasseurs est un livre fait d’attente et de murmures, et même lorsque la tragédie s’invite, c’est fait avec élégance et retenue. Le style est simple, le public visé est adolescent, mais l’ouvrage transcende les genres, et à 26 ans, j’ai apprécié malgré mon grand âge lire ce livre!

La magie opère avant même d’ouvrir le livre, tant la couverture est superbe! Faite par la boîte B.System, un système astucieux de découpes met en valeur le lit ondoyant d’une rivière, un décor enluminé d’arabesques et d’une typographie délicate. Un chef d’oeuvre!

Pour en venir sur le contenu de l’ouvrage, j’ai beaucoup aimé l’univers crée par Cindy VAN WILDER, bestiaire revisitant allègrement le Moyen-Age. Lions, renards et ours sortent de leur héraldique traditionnelle et se mêle aux fés (sans e, orthographe voulue par l’auteure) et autres vouivres.

Ici, les fés ne sont pas des entités bénéfiques. Loin des Fées Clochettes et consoeurs, elles me font plus penser à des entités primaires, capables du pire comme du meilleur sans distinction aucune. Séduction, violence ou douceur, ces fés là sont capables de tout pour servir leurs desseins… Peut-être sont-ils réduits à cela car ils sont en train de perdre leur place dans le monde?

Néanmoins, pour moi il n’est pas exempt de défauts, et c’est pour cela qu’il perd quelques étoiles à mon classement. J’ai trouvé qu’il y avait des longueurs, et l’attente évoquée auparavant peut devenir lassante pour le lecteur. Mais ces flottements s’espacent vers le milieu de l’ouvrage, pour tout doucement disparaître.

L’alternance entre deux espaces-temps (Moyen- Age VS 2013) dynamise le texte, mais peut parfois nous perdre au passage. Il m’a paru difficile pour un jeune public de suivre le va et vient entre les dates, et moi même j’ai eu un peu de mal à me remémorer tous les détails lorsqu’après une pause je reprenais ma lecture!

Ces détails fournis qui sont aussi bien appréciables… VAN WILDER soigne son univers, et c’est sur LE point positif des Outrepasseurs que j’avais envie de conclure cette chronique. On oscille entre roman historique, quête initiatique et enquête policière sur un étrange clan, à l’histoire douloureuse, et cette trame m’a parue originale. A saluer, les recherches des plus complètes de l’auteure sur le Moyen-Age, on croise dans le texte des baillis et des fèvres, le vocabulaire est soigné et c’est appréciable! Comme références, on peut noter « Le Roman de Renart » ou « Le Joueur de Flûte de Hamelin », et c’est jouissif! Les descriptions du Moyen-Age comme du temps plus récent sont travaillées, les éléments fourmillent et font de ce livre un écrit extrêmement visuel.

Malgré les quelques réserves évoquées, j’ai apprécié cet ouvrage autant que j’ai aimé rencontrer son auteure, et compte bien lire la suite de ce pas!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s